15 ans après l’avoir créé, Yang laisse Yahoo exsangue

Abandonné par Google, Jerry Yang n’a pas eu d’autre issue que de démissionner de la direction opérationnelle de Yahoo. Il laisse le groupe au plus bas et surtout à la merci de Microsoft. Un prédateur contre qui il a combattu sans relâche depuis la cofondation du portail en 1994. Et qui pourrait au final s’avérer être l’ultime chance du groupe.

Jerry Yang aura donc survécu aux assauts de Microsoft, à ceux de Carl Icahn… mais pas au lâchage en rase campagne orchestré par Google qui était bien le dernier recours du Pdg affaibli de Yahoo. Le patron historique du groupe et son co-fondateur – l’un des seuls à cette échelle à avoir tout de même survécu à l’éclatement de la bulle Internet du début des années 2000 – s’est vu contraint de démissionner quelques jours seulement après le renoncement de Google à appliquer un accord censé donner de l’air à Yahoo. Un accord signé sous la contrainte de Microsoft et très tôt mis en cause par l’ensemble des acteurs concernés par le marché publicitaire en ligne aux Etats-Unis, qui y voyaient un risque d’abus de position dominante.

Après que la nouvelle ait été rendue publique par la direction de Yahoo, Jerry s’est fendu d’un mail (reproduit ci-dessous) aux salariés du groupe. Assez peu de remise en cause d’une politique revendiquée comme bonne dans ce message. Même si sa chute tend à montrer le contraire. Yang estime avoir fait le job et continuera d’ailleurs, puisqu’il affirme avoir un rôle à jouer dans la recherche de son successeur. Rien n’est moins sûr cependant dans la mesure ou autant que d’un Pdg pour la gérer, la société a besoin d’une vision stratégique, distancée qu’elle est par Microsoft et Google et même remisée au rayon des antiquités par l’émergence de la vague 2.0 qui – si elle n’a pas encore confirmé économiquement ses promesses technologiques – a fortement contribué à assombrir l’avenir de Yahoo.

La voie est libre pour le retour de Ballmer ?

Les lendemains du portail peuvent prendre plusieurs formes. Tout d’abord, il semble bien que la bande à Carl Icahn – promue à la faveur d’une assemblée générale estivale dont la préparation fût houleuse – sorte en position de force de cette dernière séquence. Et du coup l’hypothèse Microsoft – qui avait les faveurs du milliardaire – refait surface. Jerry Yang avait récemment émis le souhait de voir le leader mondial du logiciel revenir à la table des négociations. Proposition immédiatement rejetée par Steve Ballmer qui n’aura sans doute pas goûté l’énergie déployée au printemps par Yang pour rejeter ses offres et y opposer une stratégie du « tout sauf Microsoft »… passant y compris par un accord avec Google.

Jerry sur la touche, Steve pourrait bien rentrer dans Sunnyvale à cheval et pour un prix bien plus bas que la dernière offre sur la table. Les compteurs étaient longtemps resté bloqué sur 47,5 milliards de dollars pour une valorisation de l’action à 33 $. Une crise boursière et surtout pas mal d’atermoiements plus tard, le titre Yahoo vaut désormais trois fois moins… et pourrait même passer sous la barre des 10 $ l’unité si la quête d’un patron devait durer. A l’annonce du départ de Yang, l’action continuait de baisser, il est vrai dans un marché globalement déprimé.

Ou une vente à la découpe

L’autre solution serait peut-être un découpage et une vente par appartement des actifs du groupe. De nombreux partenaires ont été envisagés depuis le mois de janvier, mais tous ont reculé devant les difficultés, le risque, voire le coût. Aux dernières nouvelles, Microsoft aurait surtout été interessé par l’activité recherche. Reste donc le portail - ses contenus et applicatifs - et la régie publicitaire. Qui pourraient intéresser AOL, un temps pressenti.

Même en difficulté, Yahoo demeure une société qui a su attirer de nombreux développeurs de talent et a encore récemment investi dans des briques – notamment Open Source comme Zimbra – pleines de promesses. On cherche donc un magicien des affaires pour redonner du souffle aux équipes et de la cohérence à la stratégie du groupe.

Reproduction du message adressé par Jerry Yang aux employés de Yahoo suite à l’annonce de sa démission du poste de Pdg du groupe.

To: All Yahoos
Fr: Jerry
Subject: Update

Yahoos -

I wanted to address all of you on the news we’ve just announced. The board of directors and I have agreed to initiate a succession process for the CEO role of Yahoo!. Roy Bostock, our chairman of the board, is leading the effort to identify and assess potential candidates for consideration by the full board. The board will be evaluating and considering both internal and external candidates and has retained Heidrick & Struggles [an international executive search firm] to help in this effort.

I will be participating in the search for my successor, and I will continue as CEO until the board selects a new CEO. Once a successor is named, I will return to my previous role as Chief Yahoo and continue to serve as a director on the board.

Last June, I accepted the board’s request that I assume the CEO role to restructure and reposition the company as a whole in order to more effectively meet the fast-changing needs of both users and partners. Since taking on the CEO role, I have had an ongoing dialogue with the board about succession timing. Thanks in large measure to your tireless efforts, we have created a more open, competitive Yahoo! and we believe the time is now right to transition to a new CEO who can take the company to the next level.

Despite the external environment we face, the fact remains that Yahoo! is now a significantly different company that is stronger in many ways than it was just 18 months ago. This only makes it all the more essential that we manage this opportunity to leverage the progress up to this point as effectively as possible. I strongly believe that having transformed our platform and better aligned costs and revenues, we have a unique window for the right CEO to take ownership over the next wave of mission-critical decisions facing the company.

All of you know that I have always, and will always, bleed purple. I will always do what I think is right for this great company. While this step will be an adjustment for all of us, I know it’s the right one. I look forward to updating you on this process as soon as the board has developments to share, and will continue to do everything I can to make Yahoo! fulfill its full potential.

Thank you,
Jerry

Pour approfondir sur Outils collaboratifs

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close