OpenXML : six pays se rebellent contre l'ISO sur fond d’antiaméricanisme

La résistance à la standardisation d’OpenXML se poursuit. Après avoir vu leur appel auprès de l’ISO rejeté, quelques pays ont décidé de poursuivre la lutte en publiant une lettre de défiance envers l’organisme de normalisation. Sur fond de conflit ouvert entre les Etats-Unis et l’Amérique latine.

La normalisation par l’ISO d’OpenXML – le format bureautique promu par Microsoft et concurrent d’ODF lui même standardisé de longue date – n’a pas fini de faire des vagues. Mari du rejet de l’appel formé par quatre pays qui remettaient en cause le processus de normalisation, six Etats – réunis au sein du Consegi (Congresso Internacional Sociedade y gobierno electronico), un conseil international sur la société de l’information largement favorable au logiciel libre – ont publié début septembre une lettre ouverte à l’ISO. Les signataires (Venezuela, Brésil, Afrique du Sud, Equateur, Cuba, Paraguay) expliquent que « le fait que ces inquiétudes [émises par les quatre pays ayant fait appel de la décision de normalisation de l’ISO – ndlr] n'aient pas été traitées comme il se devait par une commission de conciliation entache l'intégrité de ces institutions internationales de normalisation. »
L’impartialité de l’ISO est clairement mise en cause. Le Consegi explique notamment ne pas comprendre « l'assouplissement des règles pour permettre la procédure express pour DIS29500 », la cote sous laquelle est enregistrée la norme OpenXML. De même, selon eux, « l'empiètement de la norme en question sur la norme ISO/IEC26300 (Open Document Format) existante reste sujet à questionnement ». Défendue par le monde du logiciel libre, la norme ODF est enregistrée depuis mai 2007. Dès lors, les pays signataires expliquent l’avoir adopté et ne pas comprendre l’ajout d’une norme concurrente alors même que, selon eux, « l'adoption à grande échelle d'une norme pour les documents est longue et coûteuse » Et d’ajouter que parmi eux, nombreux sont ceux à avoir alloué beaucoup de temps et de ressources à cet effort. « Par exemple, au Brésil, le processus de traduction de la norme ISO/IEC26300 en portugais a duré plus d'un an ».

Reste que si le processus de normalisation d’OpenXML a été exceptionnel à bien des égards - en France par exemple les conditions dans lesquelles l’Afnor a rendu son avis ont été largement contestables - la position du Consegi revêt un arrière plan géopolitique palpable. Les pays d’Amérique Latine sont actuellement en conflit ouvert avec Washington, suspecté d’ingérence impérialiste dans le sous-continent. Du coup l’occasion est belle de tancer – sans qu’il ne soit jamais nommé – Microsoft, l’un des fleurons « Yankee » et principal bénéficiaire d’une normalisation expresse et perçue comme douteuse par ces pays. Une récupération donc, qui explique sans doute que l’Inde - l’un des pays ayant pourtant interjeté appel à la décision de normalisation – n’ait pas signé la lettre de défiance à l’ISO.

Le texte de la lettre du Consegi à l’ISO sur le site de linux.fr

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close