Web 2.0 : la révolution tranquille pour les entreprises

Mélange de marketing et de réelles évolutions des technologies et des usages le web2.0 faisait salon cette semaine aux Etats-Unis. L’occasion de faire le point sur les tendances en entreprise et sur les services et sites qui s’imposent.

Semaine de surchauffe pour le Web 2.0 qui tenait salon du 21 au 25 avril à San Francisco sous l’égide de TechWeb et d’O’Reilly. De Californie ou d’ailleurs, nombre d’acteurs du secteur en ont profité pour multiplier les annonces.
Tout d’abord une tendance lourde selon Forrester : le marché des outils web 2.0 destinés aux entreprises devrait croître de 43% par an pour se monter à 4,6 Md$ en 2013. Surtout, tandis que le cabinet d’étude prévoit toujours un ralentissement des dépenses informatique des entreprises en valeur, près de 56% d’entres elles, tant en Europe qu’aux Etats-Unis, considère les investissements dans des technologies 2.0 comme une priorité dès cette année.

Une prise de conscience en réaction


Et l’on comprend pourquoi en lisant les propos rapportés des travées de l’expo par nos confrères de PCWorld. Nombre d’organisations s’inquiètent de l’ampleur prise par l’utilisation des réseaux sociaux – les plus populaires des applications web 2.0 – à des fins professionnelles… et hors de tout contrôle de la DSI ou des directions fonctionnelles ou générales. Du coup, le salut semble reposer dans la réappropriation d’outils déjà répandus au niveau des salariés.
Certains s’y sont déjà essayés et Forrester cite notamment General Motors, McDonald’s, Northwestern Mutual Life Insurance, et Wells Fargo. Autant d’entreprises américaines dans une étude portant pourtant également sur le continent européen…
Au-delà de l’idée de rattrapage d’un coup déjà parti, les deux questions essentielles qui se posent tournent autour du RoI possible et de la sécurité des outils.
Oliver Young de Forrester estime ainsi que « si quelques économies peuvent être entrevues il ne s’agit pas de gagner des centaines de millions de dollars ». Surtout les effets seront difficilement calculables. La plupart des fonctions 2.0 qui seront adoptées dans les cinq années à venir devraient se fondrent dans les applicatifs de l’entreprise liés à la vente, au marketing et à la gestion des ressources humaines.

Les Mashups en fer de lance

En attendant la face du 2.0 en entreprise est aujourd’hui plus enfouie. Les progrès les plus important se trouvent du côté des mashups. Ces composants qui permettent d’assembler sur l’interface d’un même service des informations provenant de différentes sources. Pour une grande entreprise au parc applicatif disparate ce peut être le meilleur moyen de proposer un outil à l’apparence unifiée pour l’utilisateur. Ou encore d’intégrer simplement à des outils internes des informations publiques (Dell, par exemple, propose aux clients de son support un mashup avec Google Maps permettant de localiser leurs stocks de pièces détachées).
Les coups partant un peu dans tous les sens la sécurité et la maintenance des services laissent à désirer et les composants usités sont surtout lié à des données non stratégique. Mais des bibliothèques se mettent en place (par exemple http://www.webmashup.com/ ou http://www.programmableweb.com/) et les fournisseurs poussent pour une adoption massive en entreprise.

Le top 100 des services les plus populaires

Des approches fonctionnelles et composites donc, plutôt que des services tout en un. Une vision différente de celle qui prévaut dans le grand public où les marques ont le vent en poupe. Reste que de futures applications professionnelles pourraient bien se retrouver parmi le top 100 des services les plus populaires établi par le site Webware et publié à l’occasion de la Web 2.0 Expo. Sans surprise les grands gagnants sont à trouver côté réseaux sociaux – avec Facebook, Myspace, Youtube, Friendster, Devianart et Gaia – et navigateurs – avec toujours Firefox et maintenant le chinois Maxthon.
Les outils dits de productivité ou encore les utilitaires – notamment liés à la sécurité – sont moins populaires. Mais ils pourraient néanmoins s’avérer clé en entreprise (voir la sélection illustrée ci dessous).

top100 web20 250408

Pour approfondir sur Architectures logicielles (SOA)

Close