Vol de données : les licenciements d'informaticiens augmentent le risque

La crise accentuerait les risques de vol de données par les informaticiens, selon le spécialiste de la sécurité Cyber-Ark.

La crise accentuerait les risques de vol de données par les informaticiens, selon le spécialiste de la sécurité Cyber-Ark. Dans une étude, ce dernier estime que le nombre d’informaticiens ayant usé de leurs droits d’accès pour se promener sur le réseau sans réels motifs professionnels a augmenté de 2 points en un an pour atteindre 35 %. Surtout, à la question de savoir ce que chacun d’eux emporterait en cas de licenciement, près d’un informaticien sur deux affirme vouloir récupérer des données de type fichiers clients, listes de mots de passe ou encore documents sensibles liés à des fusions/acquisitions…

En février, Symantec avait déjà mis le doigt sur l’accroissement des risques de vols lié aux incertitudes sur l’emploi. Le numéro un de la sécurité informatique estimait alors que 59 % des personnes interrogées et ayant récemment été licenciées avait quitté leur société en emportant avec elles des données confidentielles.

Aux Etats-Unis, plusieurs affaires de vols ou d'effacement de données impliquant des informaticiens ont été rendues publiques ces derniers mois. En mai, l’ex DSI d’une organisation non gouvernementale spécialisée dans la recherche d’organes - LifeGift Organ Donation Center - a décidé de plaider coupable dans une histoire d’effacement de données dans l’outil de comptabilité de son employeur. En juillet, un administrateur réseau de San Francisco avait été condamné pour avoir séquestré les mots de passe du reséau de la ville.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close