Amazon : une panne de 30 minutes paralyse les sites européens

Selon Reuters, les sites européens d’Amazon.

Selon Reuters, les sites européens d’Amazon.com, dont celui en France, ont été rendus indisponibles pendant plus d’une demi-heure dans la soirée de dimanche 12 décembre, jusqu’à 21h45, heure à laquelle les services semblaient revenir à la normale. Outre le site français, les boutiques en ligne allemandes, espagnoles, britanniques ont également enregistré la panne.

Réaction immédiate d’Amazon, qui par la voix d’un porte-parole, a expliqué à Reuters que cette interruption de service a été provoquée par une panne matérielle dans son datacenter européen (localisé à Amsterdam, ce centre sert l’ensemble des sites du vieux continent). Selon les déclarations du groupe à nos confrères de Reuters, cette interruption de service ne serait pas le résultat d’une attaque par déni de service (DDos) ou d’un acte malveillant orchestré par des pirates, qui ont pris le parti de Wikileaks et s'attaquent aux entreprises ayant retiré leur soutien au site de divulgation d'informations confidentielles après la publication des câbles de la diplomatie américaine.

Amazon Web Services (AWS), l'activité Cloud du cyber-libraire, a été la première société à prendre ses distances avec Wikileaks, alors que le site utilisait l’infrastructure du groupe. AWS avait alors débranché Wikileaks quelques jours après le début de la tourmente - et des attaques DDos incessantes contre le site de divulgation d'informations confidentielles -, indiquant que le site violait les conditions d’utilisation du groupe en n’étant pas le propriétaire des contenus diffusés. Amazon avait expliqué que sa décision n'était pas liée à d'éventuelles pressions du gouvernement américain. Mastercard, Visa et Paypal, notamment, avaient également décidé de couper les vivres à Wikileaks, interrompant les services de paiement que le site utilisait pour recevoir des donations. En réponse à cette ostracisation, une vague d’attaques DDos, orchestrées cette fois-ci par des activistes pro-Wikileaks, a pris pour cible toutes les entités ayant tenté de barrer la route au site.

Egalement sur LeMagIT.fr :

- Wikileaks : la justice française laisse OVH dans le flou 

- Eric Besson veut bouter Wikileaks hors de France

- Wikileaks : quand Intel faisait du chantage à l'emploi en Russie

- Wikileaks : Pékin, responsable du piratage de serveurs américains depuis 2002

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close