Les dépenses serveurs des sociétés progressent à un rythme soutenu en Europe

Selon les derniers chiffres publiés par IDC sur le marché européen des serveurs au troisième trimestre 2010, les dépenses des entreprises du vieux continent en matière de serveurs d'entreprises se portent bien, tirées notamment par la bonne santé du marché x86. Mais, le cabinet d'analystes prévoit aussi une reprise des achats de serveurs Risc Itanium et Mainframe au 4e trimestre. Autre enseignement, Windows représente désormais plus de 50% des ventes de serveurs en Europe.

Selon les derniers chiffres publiés par le cabinet d’analystes IDC, les ventes de serveurs dans la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique) ont progressé à un rythme soutenu au troisième trimestre 2010. Les livraisons en volume ont ainsi bondi de 10,2% sur un an et de 6,4% en valeur. Comme le note toutefois IDC, à 3,1 Md$, le marché mondial reste loin du pic de dépenses enregistré au quatrième trimestre 2007, une période durant laquelle les dépenses des entreprises européennes en matière de serveurs avaient atteint 5,4 Md$.

Les serveurs x86 tirent la croissance en Europe

Sur les 550 000 serveurs livrés en Europe au troisième trimestre 2010, 533 000 étaient des serveurs x86 - soit 96,9% des livraisons -, le solde en volume provenant pour l’essentiel des serveurs Risc/Itanium sous Unix ou des héritiers des plates-formes mini comme les machines i/OS d’IBM, les serveurs OpenVMS d’HP... Un point intéressant est que le prix moyen des serveurs x86 livré a fortement progressé, un fait qui selon IDC s’explique par l’usage croissante des serveurs x86 pour des applications critiques.

HP en tête, loin devant IBM
Dans un marché en pleine santé, HP se taille la part du lion avec 43,7% des ventes de serveurs en valeur en Europe (dont plus d’un milliard pour les seuls serveurs x86 de la gamme Proliant).

IDC note qu’IBM, le n°2 du marché a vu ses ventes de serveurs x86 progresser de 13% en valeur. La gamme System x représente désormais plus de 40% des ventes de serveurs en valeur de Big Blue.

Dell, n°3 sur le vieux continent, a quant à lui enregistré un bond de 19,1% de ses revenus serveurs, tandis qu’Oracle continuait à reculer du fait de la faiblesse du marché Risc/Unix. Enfin, Fujitsu a vu ses ventes x86 progresser de 15,1% sur un an, une progression effacée par le recul des ventes de serveurs Sparc.
Cliquez pour dérouler

La santé du marché des serveurs x86 en Europe contraste singulièrement avec celle des serveurs Unix (plates-formes Risc/Itanium à base d’OS Unix propriétaires) et des serveurs Mainframes. Les serveurs non x86 ont ainsi vu leurs ventes reculer de 22,5% en valeur et passer sous la barre du milliard de dollars (939,3 M$) pour la première fois depuis 1996. Les ventes de serveurs Risc/Itanium, notamment, se sont repliées de 29,3%, à 438,7 M$, tandis que les ventes de mainframes reculaient de 14,2%, à 193 M$ - un retrait qui contraste avec la reprise des investissements mainframes au niveau mondial, NDLR.
IDC note toutefois que la montée en puissance des investissements des banques, des administrations publiques et des services providers et opérateurs télécoms devrait se traduire par une reprise de ces segments au 4e trimestre 2010.


Les serveurs sous Windows représentent plus de 50% du marché en Europe
Un dernier point à noter est le fait que les serveurs Windows ont passé la barre des 50% des revenus serveurs en Europe au 3e trimestre 2010. Les ventes de serveurs Windows ont bondi de 23,4% sur un an, un taux de croissance toutefois dépassé par celui des serveurs Linux (+ 23,7%).


Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close