Racheté par un fonds d’investissement français, Moneo compte s’exporter à l’étranger

La société BMS-Moneo, qui développe le porte-monnaie électronique français, vient de tomber dans la giron d’un fonds d’investissement français. Trop à l’étroit dans une structure où le consensus entre actionnaires est difficile, la société a dû trouver un autre moyen pour se développer. Objectif : exporter le concept dans les pays émergents et tripler le CA d’ici à 5 ans.

Fin d’une ère. A la veille de l’ouverture du salon carte 2010, Moneo, l’icône du porte-monnaie électronique et du micro-paiement en France, a changé de main. Le fonds d’investissement BlackFin Capital Partners a annoncé le rachat de BMS-Moneo (Billetique Monétique Services), la société qui développait le fameux porte-monnaie électronique français. L’acquisition porte également sur la cession de SFPMEI (Société Financière du Porte Monnaie Electronique Interbancaire), la société qui émet et garantit les encours de la monnaie électronique.

BlackFin Capital Partners, qui se définit comme “un fonds dédié aux services financiers : distribution et courtage, gestion d’actifs, monétique, BPO, finance sur internet, marchés de capitaux”, devrait ainsi apporter de nouvelles possibilités de développements.

Depuis 10 ans, le porte-monnaie électronique Moneo a peiné à trouver sa place sur le segment du micro-paiement. Cantonné à des marchés de niches, mais freiné également par un modèle économique souvent pointé du doigt pour ses coûts trop élevés, côté commerçants. Moneo avait alors trouvé un refuge là où finalement on ne l’attendait pas, explique Olivier Méric, directeur général de Moneo à nos confrères de France Info.

“Moneo est une affaire qui marche, […] mais sur des territoires de développement que nous n’avions pas imaginé au départ. Cela nous a permis de développer des approches inaccessibles aux banques,” explique-t-il. Et de citer comme exemple les étudiants qui utilisent Moneo pour animer leur vie universitaire. “Des marchés que le grand public ne voit pas."

Le rachat par BlackFin a notamment été motivé par un manque d’unité des actionnaires de la société - France Télécom, la RATP, la SNCF ainsi qu’un groupe de 7 banques (BPCE, Crédit Agricole, BNP Paribas, Société Générale, Crédit-Mutuel-CIC, HSBC France et la Banque Postale). Autrement dit, Moneo s’est heurté une bête noire du marché du sans-contact et du paiement mobile : faire asseoir à la même table de négociation les constructeurs de composants, les opérateurs télécoms, les banques et les éditeurs d’applications.

“On avait un conseil d’administration avec des actionnaires prestigieux, mais au fil du temps cela a donné une entreprise difficile à manoeuvrer puisqu’il faut mettre tout le monde d’accord en même temps sur des positions communes, ce qui est très compliqué dans le monde bancaire surtout quand on parle d’innovation […]. On avait besoin d’acquérir une nouvelle liberté pour nous adapter plus rapidement au marché tel qu’il est aujourd’hui”, explique alors Olivier Méric.

S’agit-il pour autant d’un nouveau départ ? Oui, répond-il, tout en confirmant capitaliser sur la présence de Moneo dans la vie universitaire en France. Il entend profiter de ce nouvel havre de paix pour “trouver de nouveaux terrains d’applications”, confie-t-il toujours à nos confrères de France Info.

La société qui, aujourd’hui réalise quelque 10 millions d’euros de chiffres d’affaire et est “à l’équilibre”, compte multiplier ce chiffre par 3 d’ici 5 ans. Ce développement passera alors par l’étranger et les pays émergents vers lesquels Olivier Méric compte exporter Moneo auprès, notamment, d’universités.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close