OS mobiles : Gemalto veut aussi sa part du gâteau et dégaine ses brevets contre Google

Après Oracle, au tour du Français Gemalto de déclencher sa propre plainte contre Android, l'OS mobile de Google. Au centre des débats : encore et toujours la technologie Java redéveloppée par Google sous le nom de Dalvik.

Nouvelle plainte pour violation de brevets dans le très stratégique marché des OS pour smartphones. Cette fois, c'est le spécialiste de la carte à puces français qui s'en prend à Google, ainsi qu'aux constructeurs HTC, Motorola et Samsung, qui intègrent l'OS mobile Android dans leurs terminaux. Dans une plainte déposée aux Etats-Unis devant une cour texane, le groupe français accuse Google d'avoir violé des brevets qu'il détient sur des technologies développées dans son centre de R&D au Texas au sein d'Android, de la machine virtuelle Dalvik et des outils de développement associés.

Les brevets en question - au nombre de trois - ont été accordés par l'office américain des brevets (USPTO) entre 2001 et 2010 et concernent l'utilisation d'un langage de programmation de haut niveau avec un micro-contrôleur. Ces brevets ont été déposés à l'occasion des développements effectués par Gemalto autour de sa technologie Java Card. Un de ces trois brevets (le 727) a même été accordé la semaine dernière ! Gemalto attendait probablement le visa de l'USPTO pour dégainer sa plainte.

Après la plainte d'Oracle

Cette nouvelle plainte contre Android fait peser une seconde menace sur l'OS mobile de Google et sur les constructeurs de terminaux qui en ont fait leur cheval de bataille. En août, Oracle a également déposé une plainte contre Google, accusant Android de violer le copyright et certains brevets relatifs à Java. La plainte a été déposée devant une cour de district de San Francisco.

Rappelons que, pour Android, Google a développé sa propre technologie compatible Java, baptisée Dalvik, redeveloppée de zéro, officiellement sans s'appuyer sur les technologies Java de Sun. Pour tourner sous Dalvik, une application Java venant d'un environnement Sun doit être recompilée au préalable. Une technologie qui est au centre de la plainte d'Oracle et désormais de Gemalto.

En complément :

- Bataille Oracle/Google autour de Java : les réactions

- Oracle se sert de l'arme Java pour menacer Google

- Apple envoie un uppercut juridique à HTC pour freiner Android

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close