Apple envoie un uppercut juridique à HTC pour freiner Android

La bataille ne fait que commencer. Après la passe d’arme entre Nokia et Apple, la firme à la Pomme se tourne cette fois-ci vers HTC, premier constructeur de terminaux Android. Un constructeur qui, selon Steve Jobs, violerait des brevets de l’iPhone. Un coup qui vise indirectement l’OS Open Source de Google, dont la popularité va grandissante chez les constructeurs.

Apple vient consolider la digue pour se préparer au tsunami Android. C’est ainsi que l’on pourrait imager la décision de la firme à la pomme de poursuivre HTC, un des premiers constructeurs de terminaux mobiles sous Android, pour violation de brevets. Le groupe de Steve Jobs, qui a déposé une plainte devant une cour du Delaware et auprès de l’International Trade Commission des Etats-Unis, accuse le Taïwanais d’avoir illégalement emprunté 20 de ses technologies brevetées pour les intégrer dans ses terminaux.

nexusHTC, le plus important constructeur de terminaux Android qui fabrique également le Nexus One - le Google Phone annoncé le 6 janvier (en photo) -, aurait ainsi doté certains de ses terminaux des fameuses interfaces utilisateurs qui ont servi à propulser l’iPhone dans le palmarès de tête du marché mondial des smartphones. Dans le texte où sont décrites les plaintes - publié par le New York Times -, Apple cite les terminaux visés : outre le Nexus One, les Touch Pro, Touch Diamond, Touch Pro2, Tilt II, Pure, Imagio, Dream, myTough 3G, Hero, HD2 et enfin Droid Eris sont incriminés. Des modèles qui auraient “volé” le design propre à l’iPhone, déclare en substance Apple dans sa plainte. Ces terminaux fonctionnent essentiellement sous Android, même si quelques-uns exploitent Windows Mobile.

Parmi les brevets que HTC est suspecté d’avoir violés, Apple cite notamment des fonctions de déblocage de l’appareil par le geste, l’accéléromètre, des possibilités d’optimisation de la batterie, et bien sûr les technologies de multitouch et de défilement d’écrans associés. Bref, ce qui a fait la marque de fabrique de l’iPhone et de l’iPod Touch.

Apple réclame une suspension des ventes pour HTC

“Nous pouvons soit rester assis et regarder nos concurrents voler nos inventions brevetées, soit réagir face à cela. Nous avons décidé de réagir”, explique le très charismatique Steve Jobs, Pdg de la firme à la Pomme dans un communiqué. “Nous pensons que la concurrence est saine mais les concurrents devraient avant tout créer leur propre technologie au lieu de voler la nôtre”.
L’heure est donc désormais au combat d’avocats. Dans le texte de la plainte, Apple réclame une injonction empêchant HTC d’importer et de commercialiser les terminaux suspectés de violer les brevets Apple. Ce qui pourrait également refroidir les constructeurs lorgnant vers l’OS Open Source.

Guérilla juridique : aussi la stratégie de Nokia

Il faut ajouter que la montée en puissance d’Android a de quoi inquiéter à Cupertino, le siège d’Apple. Si l’iPhone, avec 14,4 % de parts de marché des OS mobiles en 2009 (source : Gartner) reste loin devant, Android, avec 3,9 % du marché, arrive en trombe. Ce dernier devrait connaître une progression plus rapide sur les années à venir et totaliser plus de 68 millions de terminaux en 2013, affirme IDC. Pour Apple, il s’agit donc de dresser un rempart pour ralentir la montée en puissance de l’OS initié par Google. En mettant la pression sur le constructeur phare d’Android : HTC.

Cette stratégie de guérilla judiciaire est également celle utilisée par Nokia qui, en octobre 2009, avait décidé de poursuivre Apple pour violation de brevets portant sur le GSM, l’UMTS et le Wifi. Objectif : enrayer la montée en puissance de l’iPhone. Apple avait répondu le mois suivant en engageant des poursuites contre le Finlandais pour - encore une fois - violation de propriété intellectuelle liée à l’interface utilisateur.

En complément :

- Android, un ogre prêt à redessiner les frontières des OS mobiles

- OS mobile : Palm revient à la rame

Pour approfondir sur Editeurs

- ANNONCES GOOGLE

Close