Echec des négociations entre Syntec et syndicats sur le chômage partiel

Les négociations entre le Syntec et les syndicats CFDT et CGT ont été rompues ce mercredi 22 avril au soir. Dans un communiqué commun, les deux syndicats dénoncent « l’intransigeance » d’un patronat accusé de chercher à négocier un accord global incluant les SSII, là où la CFDT et la CGT veulent aller vite en concluant un accord limité aux prestataires de l’automobile, les plus gravement touchés par la crise économique.

syntec cgt cfdtAller vite pour mettre en place un ensemble couvrant chômage partiel avec formation et suivi individuel dans la filière des entreprises de service du secteur automobile. C’était le souhait des syndicats dans leur discussions avec Syntec. Contacté par téléphone, Ivan Béraud, secrétaire national de la F3C (Fédération Communication, Conseil, Culture) CFDT, explique : « nous voulions une négociation rapide limitée aux prestataires de service de la filière automobile car, là, on a localisé et identifié une situation très grave ». Pour lui, négocier un accord ciblé aurait permis « d’évacuer les débats sur la définition des intercontrats, du chômage partiel, des entreprises en difficulté, etc... ». Mais les débats ont tourné court. Le communiqué commun de la CGT et de la CFDT explique ainsi que « après trois interruptions de séance, les organisations syndicales ont décidé de quitter la séance. Les négociations sont donc rompues. » Et de condamner la position de Syntec. Selon les deux syndicats, « pour masquer ses divisions, le patronat a préféré demander une ouverture à tout va du dispositif à l’ensemble de la branche et avait une logique de mise en œuvre excessive du chômage partiel (cadres au forfait heure ou jours en dehors d’une fermeture totale d’établissement). »

Situation complexe dans les SSII

Ces divisions, Ivan Béraud les entrevoit principalement chez les SSII. « Certaines voient dans le chômage partiel le moyen de mettre sur la touche des ingénieurs en intercontrat et d’améliorer de manière purement technique leurs résultats. » Récemment, nous révélions précisément dans nos colonnes les efforts de lobbying du Syntec Informatique auprès des pouvoirs publics pour autoriser les SSII à accéder au dispositif de chômage partiel. Et Yvan Béraud de relever que les négociations de ce jeudi 23 avril - qui logiquement auraient du être menées par des représentants de Syntec Ingénierie, NDLR -, étaient directement conduites par la direction d’Atos Origin, « et Cap Gemini en sous main - Bref, par les SSII, NDLR - ». Avec la rupture du dialogue, le syndicaliste fait état « d’un sentiment amer. Le dindon de la farce, ce sont les prestataires de services de l’automobile. Le patronat s’est montré irresponsable. » Et de souligner qu'aujourd’hui, dans la filière automobile, ce sont « 4000 salariés concernés dans un secteur qui en emploie vingt à trente mille. »

Anticiper au-delà des filières

Mais, de son côté, le Syntec réfute les accusations de divisions et dénonce un manque « d’ouverture » des syndicats. Dans un courrier adressé ce vendredi 24 avril aux syndicats, l’organisation patronale défend son approche élargie : « la notion de filière ne permet pas d’être en anticipation pour des entreprises de services intervenant dans de multiples secteurs. Si nous souhaitons anticiper les effets de la crise, il est d’ores et déjà nécessaire de ne pas cantonner le périmètre à une seule filière mais de l’élargir à tous les secteurs de la branche qui seraient impactés par la crise. »

Le Syntec se dit prêt à « reprendre immédiatement les discussions. » De son côté, la CFDT déplore l’absence de calendrier et s’interroge sur la réalité de la volonté du Syntec de négocier : « certains patrons se sont clairement opposés au recours au chômage partiel. »

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close