Fujitsu veut licencier près de 2/3 des salariés de l'ex-Fujitsu-Siemens en France

Lors d'un CE extraordinaire Fujitsu Technology Solutions (ex Fujitsu-Siemens) a annoncé la suppression de 112 emplois sur un total de près de 180 en France. Un choc pour les salariés français, alors qu'au niveau européen les réductions d'emplois ne portent que sur 10 % des 10 000 salariés. Sonnés par cette annonce, les syndicats s'inquiètent aussi des conséquences de cette saignée pour les activités de Fujitsu Services France, la branche service du Japonais.

fujitsu siemens(cet article a été mis-à-jour suite à un communiqué de Fujitsu Technology Solutions. Les remarques du constructeur figurent en fin d'article)

Le 1er avril 2009 n'a sans doute eu rien de drôle pour les salariés de l'ex-Fujitsu Siemens Computers, rebaptisé hier Fujitsu Technology Solutions. Ils se sont vus confirmer hier la suppression de 112 emplois sur un total d'environ 180 salariés en France (dont 144 sur le site de Roissy).

Selon une source syndicale contactée par LeMagIT, le comité d'entreprise avait été informé la semaine dernière d'une convocation pour un CE extraordinaire le mercredi 1er.

Désengagement de l'activité PC grand public, incertitudes sur les PC professionnels

Du côté des salariés, c'est l'écoeurement qui préside. La reprise de Fujitsu-Siemens par son actionnaire japonais avait laissé espérer une stratégie de développement ambitieuse. Mais le désengagement annoncé du marché des PC grand public, qui représente plus de la moitié des ventes de machines de Fujitsu dans l'Hexagone, pour se concentrer sur ce que Fujitsu appelle les infrastructures dynamiques - serveurs, stockage et équipements pour datacenters - devrait avoir un impact détestable sur l'emploi en France. Et même si Fujitsu Technology Solutions indique vouloir rester sur le marché des PC professionnels, des incertitudes demeurent sur sa capacité à survivre face aux géants du secteur comme HP, Dell, Acer ou Lenovo.

A vrai dire, les syndicats ne semblent guère plus rassurés sur la partie serveur en France. Sur le haut de gamme Sparc par exemple, les équipes françaises auraient ainsi largement perdu la main au profit de l'Allemagne. Une source syndicale nous indiquait ce matin “que les salariés n'ont aucune vision claire sur la stratégie de la firme en France et se posent la question de savoir où va Fujitsu dans l'Hexagone”.

Des répercussions sur l'activité service du groupe ?

L'inquiétude est d'autant plus grande que les suppressions d'emplois chez Fujitsu Technology Solutions France pourraient avoir des répercussions sur la branche services, Fujitsu Services. Côté syndical, on confirme qu'une partie significative de l'activité services s'effectue sur le déploiement et la maintenance des PC. “On peut estimer que, dans la vente d'un PC, un tiers du prix est pour la machine, un tiers pour son déploiement et un tiers pour sa maintenance”, nous explique ainsi un responsable syndical de Fujitsu Service. “On peut dès lors se poser la question de l'impact qu'aurait un désengagement de Fujitsu de l'activité PC sur les activités de services”.

Dureté du plan français, précautions en Allemagne

La situation en France contraste singulièrement avec les précautions prises par Fujitsu en Allemagne. Tout en confirmant son plan de réduction des effectifs (de l'ordre de 10 %), le groupe japonais a ainsi pris la précaution de confirmer qu'il entend maintenir et renforcer les sites de Paderborn (R&D), dans le Nord de l'Allemagne, et de Augsburg (assemblage), près de Münich. Et pour faire encore mieux passer la pilule, la firme laisse entendre que des créations de postes pourraient intervenir rapidement outre Rhin. L'objectif affirmé du Japonais est en effet de passer de 4 % du marché mondial des serveurs à 10 % d'ici à 2012. Et Kai Flore, le nouveau patron du groupe d'indiquer que cette montée en puissance nécessitera près de 100 embauches en R&D sur le seul site de Paderborn. 

((Mise à jour))

Réaction de Fujitsu Technology Solutions

Fujitsu Technology Solutions France a confirmé par communiqué avoir présenté aux représentants du personnel un projet de réorganisation prévoyant une profonde modification de ses structures. "Ce projet, qu’impose la situation économique et financière particulièrement dégradée de l’entreprise et du Groupe depuis plusieurs années, devrait permettre à Fujitsu Technology Solutions France d’accélérer son changement de stratégie et d’assurer ainsi sa pérennité dans le contexte fortement concurrentiel dans lequel elle évolue", explique la société. 

Cette dernière fournit toutefois un curieux exercice de mathématique pour détailler l'ampleur de son plan de licenciements : " Si ce projet prévoit la suppression de 112 postes sur 171, il comporte également la création de 17 postes et s’accompagne de la mise en œuvre d’un plan de sauvegarde de l’emploi. Le nombre de salariés, qui pourraient être directement impactés par ce projet, devrait être inférieur à 70".

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close