Un IE 8 finalisé qui pourrait ne pas arriver sur Windows

IE 8 en RC1, IE 8 sans Windows. A quelques jours d'intervalle, Microsoft publie la RC1 d'Internet Explorer 8 et dévoile le plan de la Commission européenne après la plainte d'Opera pour violation de la loi anti-trust. Résultat, Microsoft pourrait être contraint de proposer des navigateurs concurrents.

Des postes de travail Windows sans Internet Explorer. Pendant que Microsoft déballait la Release Candidate 1 de son navigateur Internet n°1 et de son attirail d'innovations flamboyantes, la Commission européenne estimait que finalement, le marché européen pourrait bien s'en passer. Hasard du calendrier, c'est en effet à quelques jours d'intervalle que l'éditeur de Redmond a décidé de publier une première version fonctionnelle (hors des phases de tests) de son navigateur et de lever un coin du voile sur ce qui lui pourrait lui arriver, dans le cadre de son litige qui l'oppose actuellement à Bruxelles autour d'IE.

Pour mémoire, le 15 janvier, le corps législatif européen avait expédié une lettre de grief à l'éditeur estimant qu'il violait les lois anti-concurrentielles européenne en pratiquant la vente liée  IE / Windows. Une affaire qui avait été suggérée, par plainte interposée, par Opera Software, éditeur norvégien du navigateur éponyme et donc concurrent direct de Microsoft sur ce segment.

Dans son rapport trimestriel remis à la SEC (le gendarme des bourses américains) jeudi dernier, l'éditeur révèle qu'il pourrait être contraint d'inclure à Windows des navigateurs concurrents d'IE. Sans en préciser le nombre ni la marque. On pense bien sûr à Firefox (21,34 % de parts de marché en décembre selon Net Applications), Opera (0,71%), Safari (7,93%) ou encore Google Chrome (1,04%), qui constituent l'essentiel du marché des navigateurs.  IE compte quant à lui pour encore 68,15% du marché mondial, en nette baisse toutefois. Une lente érosion d'autant plus alarmante que l'ensemble de l'écosystème IE + Windows est en perte de vitesse, selon Net Applications, au profit de Firefox et MacOS X. « La Commission considère contraindre Microsoft et ses OEMs de demander aux utilisateurs quel navigateur ils souhaitent intégrer à Windows lors de la configuration de l'ordinateur, » écrit Microsoft dans son rapport (en page 16). Une décision qui pourrait alors déboucher « sur l'installation par les OEM de plusieurs navigateurs sur les PC Windows, » ajoute-t-il,  « bien que les utilisateurs et les OEM ont déjà la possibilité d'installer tous les navigateur à leur guise. » « Des fonctionnalités d'IE pourraient également être désactivées si l'utilisateur optait pour un concurrent d'IE », rapporte-t-il plus loin.

Et l'utilisateur pourrait ainsi se voir priver des webslices (extraits de pages Web à la sauve Webclips de Safari sous Mac OS X), des accélérateurs de contenus (des raccourcis-appliquette à du contenu), d'un mode privé, des fonctions de sécurité renforcées, et un meilleur respect des standards, notamment. Toutes les nouveautés mises en avant dans la dernière mouture du navigateur.
Voir l'espace IE8 sur le site de Microsoft.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close