HP Software Universe : HP voit des opportunités dans la crise

Profitant de son événement logiciel annuel, HP a invité ses clients et partenaires à tirer profit de la crise pour optimiser la gestion de leur système d'information afin d'être prêts, lorsque l'économie repartira à la hausse. La firme entend aussi tirer parti de la crise pour renforcer son offre et ne fait pas mystère de son intention de procéder à de nouvelles acquisitions, notamment dans le secteur du BI.

hpsoftware

Devant un parterre de plus 3000 clients et partenaires, Tom Hogan le vice-président en charge de la division Software de HP a dressé un portrait plutôt sombre de la situation économique mondiale tout en mettant l'accent sur les opportunités que la crise ouvre pour les entreprises qui sauront en tirer parti. 

Dans son discours d'ouverture d'HP Software Universe, qui se tient cette semaine à Vienne, Hogan a fermement invité les participants à profiter de la crise pour optimiser leur SI (si possible en utilisant les technologies d'HP). Pour appuyer son propos, il a présenté des statistiques qui montrent que les entreprises qui savent profiter d'une crise pour se réorganiser sont celles qui ont les meilleures chances de figurer en bonne place lors du retour de la croissance. Un discours sur la performance très américain, mais qui semble avoir rencontré un certain impact parmi les participants. Les mêmes participants, invités par Hogan à répondre à une question sur leurs prévisions budgétaires pour l'année à venir avaient, il est vrai, répondu un peu plus tôt qu'ils s'attendaient, pour la plupart, à une stabilité ou à une baisse de leurs budgets SI pour l'année à venir.

HP Software : une entité en croissance rapide et dont la rentabilité explose

perfHP Software entend s'appliquer ses propres recettes. Hogan n'a ainsi pas caché que la firme espère profiter de la crise pour réaliser certaines acquisitions à bon compte. Il est vrai que les rachats ont largement profité à HP au cours des trois dernières années. Le numéro un mondial de l'informatique, qui réalisait un peu plus d'un milliard de dollars de CA avec le logiciel il y a trois ans (après le rachat de Peregrine), affiche aujourd'hui un CA supérieur à 3 Md$ dans le secteur. Surtout, alors que le logiciel était un foyer récurrent de pertes,  HP Software affiche aujourd'hui un résultat opérationnel de 461 M$. 

Sans surprise, c'est l'activité dite BTO (Business Technology Optimization), construite autour de la réunion des activités OpenView, Peregrine et Mercury, qui tire l'ensemble de l'activité d'HP Software. Cette activité a réalisé un CA de près de 2,5 Md$ en 2008, en croissance de 25% sur un an. Mais HP entrevoit d'autres opportunités de croissance avec le reste de ses activités logicielles, notamment dans la gestion de l'information (records management et content management) et dans le BI.

Ce dernier secteur, que connait bien le CEO d'HP, Mark Hurd, pour avoir dirigé le très rentable Teradata, pourrait concentrer l'essentiel des acquisitions à court terme. HP Software dispose déjà avec Neoview d'une offre crédible en terme de Datawarehouse; et il entend renforcer son activité avec des solutions de BI opérationnelle. L'idée de l'éditeur est, semble-t-il, d'assembler une offre à partir des réalisations d'EDS, mais également de renforcer son portefeuille logiciel au travers de rachats ciblés. EDS devrait ensuite servir de bras armé d'intégration et de conseil chez les clients. Il est à noter que la nouvelle entité BI de HP Software, désormais dirigée par Kristina Robinson, une autre ex de Teradata, emploie déjà près de 600 personnes.

4piliers

Peu d'annonces de nouveaux produits

Si Software Universe est traditionnellement une plate-forme de lancement pour les nouvelles offres d'HP, les annonces cette année sont en retrait des années précédentes. HP Software a ainsi profité de l'événement pour lancer la version 10 de son produit Quality Center (issu du rachat de Mercury) et a également dévoilé la version 8 de HP Universal CMDB, sa base unifiée de gestion des configurations destinée à fédérer ses multiples CMDB préexistantes. Relativement discrète sur ses produits d'administration des datacenters et notamment sur le sujet de la virtualisation, la société a aussi laissé entendre l'annonce d'un partenariat avec VMware dans les prochains jours autour de la gestion et de l'orchestration d'environnements virtuels.

Il est vrai que HP dispose déjà d'un vrai savoir-faire sur le sujet dans le monde Unix (où HP dispose de son propre hyperviseur HP VM). Interrogé à ce sujet lors d'un entretien avec LeMagIT, David Gee, le vice-président du marketing d'HP, n'a pas confirmé l'information. A une question soulignant que nombre d'entreprises ont tendance à se tourner vers les outils de leur fournisseur d'hyperviseur pour leur plate-forme d'administration de la virtualisation, une tendance qui marginalise les acteurs traditionnels du secteur comme HP, Computer Associates ou BMC, il a répondu que nombre d'entreprises ont une stratégie de virtualisation qui repose sur plusieurs hyperviseurs. Du coup, pour David Gee, les fournisseurs traditionnels restent plus que jamais pertinents. Et d'ajouter (avec malice ?) que l'arrivée de Microsoft sur le secteur fait courir une menace de type « Netscape » sur Vmware...

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close