Après la fraude comptable : Michael Dell désavoué par une partie des actionnaires de sa société

La fraude comptable, dont Dell et plusieurs de ses dirigeants étaient accusés par le gendarme des bourses américaines et que la compagnie a réglé à l'amiable via un gros chèque, a laissé des traces. Un quart des actionnaires du constructeur a voté une motion de défiance à l'encontre de celui qui incarne la société : Michael Dell.

Une partie des actionnaires de Dell a mené une fronde contre le maintien au poste de président du conseil d'administration de Michael Dell, fondateur du troisième constructeur mondial de PC. Dans un document déposé à la SEC (le gendarme des bourses américaines), la société dévoile que, lors du vote de la dernière assemblée générale, des actionnaires représentant environ 25 % du capital se sont opposés au maintien de celui dont le nom est pourtant associé à la réussite de la firme texane. Un niveau surprenant pour un dirigeant si intimement lié à sa société.

461http://beta.lemagit.fr/wp-content/uploads/2011/06/neklxzn2pn545xl4agqr2hndkkinmz43.jpg24 92f4702ca6 zLe mois dernier, Dell a versé 100 millions de dollars à la SEC pour tirer un trait sur l'enquête portant sur ses pratiques comptables au milieu des années 2000. Michael Dell, Kevin Rollins, le Pdg à l’époque, et James Schneider, l’ex-directeur financier, vont, quant à eux, payer personnellement des amendes comprises entre 3 et 4 millions de dollars. Selon la SEC, Dell a manipulé ses comptes pendant de longs trimestres afin de pouvoir publier des résultats flatteurs à Wall Street. Des manipulations qui visaient notamment à masquer l'importance des sommes versées par Intel - pour écarter son rival AMD - dans le résultat opérationnel du constructeur. Ce scandale a probablement laissé des traces dans la tête des actionnaires. Rappelons que, depuis trois ans (et le départ de Kevin Rollins), Michael Dell cumule les fonctions de directeur général et de président du conseil d'administration.

Les syndicats poussent les actionnaires à agir

En amont de la dernière assemblée générale, deux syndicats américains ont appelé à un vote de protestation contre le fondateur du constructeur. "En nous basant sur les allégations figurant dans la plainte de la SEC à l'encontre de notre société et de Michael Dell, nous pensons que les intérêts des actionnaires seraient mieux défendus si Michael Dell était démis de son poste de président du conseil d'administration", écrivaient les deux syndicats dans leur lettre aux actionnaires.

Michael Dell possède 11,7 % du capital de la société qu'il a créée. Rappelons que, s'éloignant de plus en plus de ce qui était présenté comme son modèle (vente directe, supply chain optimisée...), Dell vise maintenant une place sur le marché de l'informatique professionnelle convergente. Une place qu'il se bâtit notamment à coups de rachats. Il y a quelques jours, le constructeur a ainsi mis la main sur le spécialiste du stockage 3Par (pour 1,15 Md$).

En complément :

- Avec le rachat de 3Par : comment Dell est devenu un grand du stockage

Pour approfondir sur Constructeurs

- ANNONCES GOOGLE

Close