Hurd limogé de HP : Ellison parle d'une "idiotie", la femme à l'origine du scandale se dit "triste"

Malgré les largesses de l'ex-patron au profit d'une ex-actrice employée comme consultante de luxe par HP, Mark Hurd conserve son parachute doré. Une bizarrerie parmi d'autres qui suscite les interrogations dans la presse américaine. Larry Ellison, ami personnel de Mark Hurd, tance lui brutalement la décision du groupe.

Alors que l'affaire Hurd - le Pdg de HP contraint à la démission vendredi - continue d'intriguer la presse américaine, le nom de la personne à l'origine de toute l'affaire, suite à une plainte pour harcèlement sexuel, a été dévoilé en début de semaine. Il s'agit d'une ex-actrice de 50 ans, Jodie Fisher, vue dans divers longs-métrages passés relativement inaperçus et dans une émission de télé-réalité de NBC en 2007 (voir son profil sur The Internet Movie Database). Via un communiqué transmis par son avocate, Jodie Fisher se dit "surprise et triste que Mark perde son poste suite à cette affaire". Précisons que l'actrice, employée par HP pour animer certains événements internes, a retiré sa plainte contre le versement d'une somme d'argent par Mark Hurd (dont le montant reste inconnu). Elle affirme n'avoir eu aucune relation intime avec l'ex-Pdg.

Selon les affirmations de HP, l'enquête interne, menée suite au dépôt de plainte de Jodie Fisher, ne confirme pas le harcèlement sexuel. Mais met en lumière d'autres dérives nées d'un conflit d'intérêt dans la relation qu'il entretenait avec Jodie Fisher, comme des notes de frais maquillées ou des factures payées à la consultante pour des prestations jamais réalisées. Pour moins de 20 000 $ sur une période de deux ans toutefois.

Plus de 12 M$ d'indemnités malgré tout

Malgré ces accusations mettant en cause sa probité, Mark Hurd touchera une indemnité de 12,2 millions de dollars, sans oublier son portefeuille d'actions HP d'une valeur de 16 millions, selon un document remis à la SEC (le gendarme des bourses US) en fin de semaine dernière. Une largesse étonnante pour un dirigeant accusé par son ex-employeur d'abus de biens sociaux.

Ecoutes téléphoniques : un premier scandale en 2006
En 2006, quelques mois après sa nomination à la tête du groupe, Mark Hurd avait été pris dans un premier scandale, concernant des écoutes téléphoniques mises en place par HP chez des employés et des journalistes pour découvrir l'origine de fuites dans la presse. Cette première affaire avait coûté son poste à la présidente du conseil d'administration de l'époque, Patricia Dunn. Suite à ce départ, Mark Hurd avait cumulé les postes de directeur général et de président du conseil d'administration.
Cliquez pour dérouler

Les bizarreries de l'affaire Hurd poussent la presse américaine à s'interroger sur les raisons réelles du départ du Pdg du premier groupe mondial d'informatique. Pour nos confrères de Computerworld, d'autres motivations ont pu pousser le conseil d'administration à remercier le dirigeant. Associé à de sévères tours de vis (vagues de licenciements, réduction de salaires) et très tourné vers l'opérationnel, Mark Hurd ne possédait peut être pas le profil idoine pour conduire les destinées de HP, suggèrent nos confrères. Qui signalent que le conseil d'administration du groupe compte en son sein un membre au profil largement plus tourné vers l'innovation, en la personne de Marc Andreessen, co-fondateur de Netscape entré chez HP à la faveur du rachat de Opsware - qu'il dirigeait - en 2007. Un Marc Andreessen particulièrement présent lors de l'annonce de la démission du Pdg, vendredi dernier, remarque Computerworld. La personnalité de l'avocate de Jodie Fisher, Gloria Allred, une star aux Etats-Unis qui affectionne les affaires retentissantes, et la peur du scandale ont aussi pu décider le conseil d'administration à prendre une décision radicale.

"La pire décision depuis qu'Apple a viré Jobs en 1985"

Ami de Mark Hurd, et peu habitué à manier la litote, Larry Ellison n'a pas tardé à réagir. Dans un e-mail au New York Times, qualifié "d'enflammé" par nos confrères, le patron d'Oracle tance le conseil d'administration de HP. Selon Ellison, ce dernier "a commis la pire décision depuis que les idiots du conseil d'administration d'Apple ont viré Steve Jobs voici plusieurs années (en 1985, NDLR)". Rien de moins. Rappelons que Oracle a récemment été confronté à un scandale similaire ; son président, Charles Phillips, ayant admis une relation extra-conjugale... sans toutefois perdre son poste.

Selon Larry Ellison, contrairement aux affirmations de HP, le conseil d'administration était dans un premier temps partagé sur la nécessité de dévoiler publiquement l'affaire qui touchait son Pdg. "Dévoiler des accusations de harcèlement sexuel reconnues comme fausses, ce n'est pas de la bonne gouvernance d'entreprise, c'est du politiquement correct de lâches appliqué à l'entreprise", tonne Larry Ellison, dans son style caractéristique tout en diplomatie. Pour la patron d'Oracle, les accusations de dépenses frauduleuses du conseil d'administration à l'encontre de Mark Hurd - raison officielle de son départ - ne sont "pas crédibles". "Le conseil d'administration de HP cherche désespérément une prise pour expliquer publiquement l'inexplicable".

En complément :

- Mark Hurd, CEO d'HP, limogé suite à une plainte pour harcèlement sexuel

Pour approfondir sur Constructeurs

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close