Mark Hurd, CEO d'HP, limogé suite à une plainte pour harcèlement sexuel

Alors qu'HP annonçait ses résultats préliminaires, la firme a fait connaitre le limogeage de son CEO (Pdg), Mark Hurd, impliqué dans une plainte pour harcèlement sexuel. Si l'enquête interne de la firme ne confirme pas cette plainte, elle a en revanche mis en lumière le viol des principes de conduite internes du groupe.

 hp exp 10
Mark Hurd (au centre) en 2008, lors d'un salon
présentant les innovations des HP Labs
(crédit photo HP : Court Mast)

Avec l'annonce des résultats préliminaires d'HP est tombée une petite bombe. Mark Hurd, le CEO d'HP a été limogé par la firme suite à la plainte d'une consultante marketing externe de la firme alléguant un harcèlement sexuel. HP a été informé de la plainte le 29 juin dernier et a promptement lancé une enquête interne. Si la firme indique que cette enquête n'a pas confirmé le harcèlement sexuel, elle précise en revanche que Hurd a violé les principes de conduite du groupe et qu'il ne peut donc conserver son poste. Hurd aurait ainsi fait payer certaines prestations non réalisées et aurait aussi enregistré de fausses factures pour couvrir certaines de ses activités avec cette consultante avec laquelle il avait une relation "privilégiée". Selon son avocat, cité par l'AFP, il n'y aurait pas eu de relations sexuelles entre Hurd et cette consultante. L'honneur est sauf...

Dans le communiqué émis par HP, Hurd explique "qu'au fur et à mesure des progrès de l'enquête, j'ai réalisé qu'il y a eu des cas où je n'ai pas été à la hauteur des principes de confiance, de respect et d'intégrité que j'ai épousé chez HP et qui m'ont guidé tout au long de ma carrière. Après des discussions avec le conseil d'administration, j'ai décidé de m'effacer et le conseil va rechercher un nouveau dirigeant. C'est une décision pénible pour moi, après cinq ans passés chez HP, mais je pense qu'il serait difficile pour moi de rester un dirigeant efficace et je pense qu'il s'agit de la seule décision que le conseil et moi pouvions prendre. Je veux insister sur le fait que cela n'a rien à voir avec la performance opérationnelle ou l'intégrité financière d'HP."

Hurd, actuellement âgé de 53 ans, avait rejoint HP au début 2005 après la fin du règne de Carly Fiorina. Sous sa direction, HP est devenu le premier constructeur informatique mondial et a considérablement amélioré sa performance financière. Selon AP, Hurd négociait actuellement un nouveau contrat pour rester à la tête d'HP, un contrat potentiellement valorisé à 100 M$. Au final, il devrait quitter la firme avec environ 12M$ d'indemnités plus les bénéfices de ses actions et stock options HP, ainsi qu'un plan de couverture maladie de 18 mois, ce qui n'est finalement pas si mal pour un CEO accusé d'avoir violé les principes d'intégrité d'une firme respectée pour ses valeurs internes.

C'est une vétérante de Hewlett-packard (plus de 24 ans chez HP), Cathie Lesjak, actuellement directrice financière, qui assurera l'intérim suite au départ de Hurd. La quête d'un nouveau CEO est officiellement en cours. Les candidats internes ne devraient pas manquer, à commencer par l'inoxydable Ann Livermore, actuellement en charge du business entreprise d'HP, ou Todd Bradley, qui dirige la division systèmes personnels du groupe. Mais déjà, d'autres noms circulent, comme ceux de Michael Capellas, l'ex-patron de Compaq avant son rachat par HP. Capellas a récemment été nommé à la tête d'Acadia, la co-entreprise entre Cisco, EMC et VMware. Gageons que la liste des prétendants devrait s'allonger au fil des semaines...

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close