Talend engrange 8 M$ pour bousculer le marché du MDM

Encore une levée de fonds pour Talend, qui espère mettre à profit cette nouvelle rallonge pour bousculer le marché de la gestion des données maîtres (MDM) avec une offre intégrée low cost. Un dernier tour de table pour l'éditeur Open Source français, qui prévoit d'atteindre la rentabilité à l'automne prochain.

Nouveau tour de table pour l'éditeur Open Source Talend. Après avoir levé 4 millions de dollars en 2006, la même somme en 2007 et 12 millions en 2009, le spécialiste de l'intégration de données engrange cette fois plus de 8 millions de dollars. Le tour de table est constitué des investisseurs déjà présents dans le capital : les fonds AGF Private Equity, Galileo Partners et Balderton Capital. "Tous ont cherché à maintenir leur prorata dans le capital de la société", explique Fabrice Bonan, co-fondateur de Talend. Entré lors du tour précédent à hauteur de 9 M$, Balderton Capital, un fonds anglais, a donc investi un peu plus que les autres. Rappelons que, à la faveur de cette arrivée dans le capital de l'éditeur, Bernard Liautaud, l'ex Pdg de Business Objects (qu'il a quitté après son rachat par SAP) aujourd'hui associé-gérant de Balderton, est entré au conseil d'administration de Talend. "Ce sera la dernière levée de fonds, explique Fabrice Bonan, qui fixe pour objectif une entrée en bourse dans quelques années. On lève le minimum à chaque fois, et on a eu la chance de toujours atteindre nos objectifs".

Cette nouvelle enveloppe vise notamment à porter la toute nouvelle solution de Talend, Open Studio 4.0, qui regroupe trois offres (ETL, qualité des données, MDM) intégrées au sein d'une suite. Venu de l'ETL, l'éditeur français s'est ensuite frotté au marché de la qualité de données en développant sa propre technologie, avant de s'immiscer aujourd'hui sur le marché de MDM (Master Data Management ou gestion des données maîtres) via le rachat des actifs technologiques d'Amalto, un éditeur propriétaire fondé en 2005. Une emplette à plusieurs millions de dollars annoncée en septembre dernier.

Verticalisation : Talend compte sur sa communauté
Pas question pour Talend de se lancer dans des déclinaisons de sa suite par métier, voie privilégiée par les concurrents propriétaires du Français. "Nous n'avons jamais eu cette volonté, affirme Fabrice Bonan, le co-fondateur. Par contre, nous allons mettre en place des systèmes de partage de modèles dans notre communauté. Ces modèles pourront être enrichis et maintenus par nos clients ou partenaires". Un principe déjà mis en œuvre dans l'intégration de données, où 350 des 450 modèles disponibles sont issus du travail communautaire.
Cliquez pour dérouler

"Démocratiser le MDM"

"Avec cette version 4.0, nous proposons une suite intégrant le MDM dans notre environnement, reprend Fabrice Bonan. En terme de timing, cette arrivée sur le marché du MDM se produit à un moment que nous jugeons propice. Comme dans l'ETL en 2006, ce marché est dominé par des éditeurs propriétaires, dont les solutions sont chères et fonctionnent souvent un peu comme des boîtes noires. Or, notre raison d'être a toujours été de démocratiser les technologies." Selon l'éditeur, le ticket d'entrée avec sa solution Open Source sur abonnement se situe en dessous des 100 000 dollars, contre un million avec les éditeurs propriétaires (le marché du MDM est dominé par des grands noms comme Oracle, IBM, Tibco et Informatica qui vient de racheter le spécialiste Siperian).

Talend rentable à partir de l'automne

"Notre message est simple. Nous affirmons que nous sommes moins chers que le seul coût de maintenance des éditeurs propriétaires. De plus, nos tarifs sont indexés sur le nombre d'utilisateurs, et non sur des notions de volumétrie dans un contexte où le volume des données stockées double tous les 12 à 18 mois", affirme Fabrice Bonan. Selon ce dernier, l'offre MDM de Talend a déjà été retenue par quatre clients au premier trimestre (dans le cadre d'un programme d'adoption en avance de phase), dont Bolloré Logistics pour ses activités dans plus de 30 pays d'Afrique.

La nouvelle levée doit donc permettre au Français de porter cette nouvelle offre sur le marché et d'en poursuivre le développement. Un dernier tour de table avant de voler de ses propres ailes. Selon Frédéric Bonan, la société devrait commencer à générer des bénéfices à partir du troisième trimestre 2010. Conformément aux prévisions données en septembre 2009 par Bertrand Diard, l'autre co-fondateur de Talend.

En complément :

- Talend fait son entrée dans le MDM, en convertissant du code propriétaire à l'Open Source

- Enfin un signal positif : l'éditeur Open Source Talend lève 12 millions de dollars

Talend approche les 20 millions de dollars
Selon son co-fondateur, Fabrice Bonan, Talend a connu en 2009 une croissance un peu supérieure à 100 %, portant son chiffre d'affaires à un peu moins de 20 M$. "Notre objectif de croissance pour 2010 se situe entre 100 et 120 %". Selon les prévisions de la société, l'activité devrait être génératrice de cash à partir du troisième trimestre de l'année. Fabrice Bonan affirme que Talend compte plus de 1 000 clients à ses offres payantes (contre 800 en septembre dernier), et regroupe une communauté de 350 000 utilisateurs (Talend propose aussi une version gratuite de ses offres, aux fonctionnalités plus limitées). "C'est trois fois plus que tous nos concurrents propriétaires réunis", calcule le co-fondateur. L'éditeur français dispose de 7 implantations dans le monde (San Francisco, Los Angeles, New York, Suresnes, Allemagne, Londres, Chine) et emploie 220 personnes.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close