Achats : Capgemini s'offre un logiciel en mode Saas pour armer son bras BPO

Capgemini prend pied dans le Saas, en rachetant l'éditeur d'une plate-forme de gestion d'achats destinée aux grands comptes. Un façon pour la SSII de muscler son offre de BPO dédiée à ce sujet, alors que la prestataire a pour l'instant surtout percé dans l'externalisation de la fonction comptable.

La SSII française Capgemini a annoncé hier matin le rachat de la société suédoise IBX. Cette entreprise créée en 2000 a conçu, sur la base du module SRM de SAP, une solution Saas permettant aux grands comptes de gérer leurs achats non stratégiques. En 2009, IBX, qui compte une centaine de clients (majoritairement des grands comptes européens) et référence 27 000 fournisseurs, a réalisé un chiffre d'affaires de 30 millions d'euros environ, pour une marge opérationnelle de 16 %. Le montant du rachat n'a pas été précisé.

"IBX possède une plate-forme technologique bien implantée dans l'industrie européenne. Mais la société se posait des questions stratégiques sur son implantation aux Etats-Unis, ainsi que sur le développement d'une offre BPO (Business Process Outsourcing, NDLR) autour de ses solutions, analyse Hubert Giraud, qui dirige l’activité mondiale de BPO de Capgemini. Alors que nous occupions une position inverse, avec un réseau mondial de centres de BPO employant plus de 8 000 personnes. C'est pour cela que ce rachat est allé vite". Si les relations entre les deux sociétés remontent à un an, la SSII et l'éditeur n'ont noué un partenariat formel qu'à l'été dernier. Hubert Giraud confirme que Cap maintiendra deux types d'offres, la solution technologique héritée de IBX et des solutions de BPO (comprenant les personnels assurant les opérations, donc). A ce jour, l'activité d'externalisation des processus métier compte pour environ 10 % de la branche outsourcing de Capgemini.

BPO achats : environ 1 000 personnes dans le monde chez Cap

"Un des objectifs du rachat sera de convertir une partie de la base installée IBX à nos offres de BPO", explique le dirigeant de la SSII. Le Suédois compte notamment parmi ses clients des sociétés comme Ikea, Ericsson, Deutsche Post, Lufthansa ou Kraft Foods.

En agrégeant les 240 employés d'IBX aux quelque 700 personnes de Capgemini dédiées à la problématique, le prestataire entend créer une force de frappe sur le sujet, baptisée BPO Procurement Services, entité dirigée par le directeur général du Suédois, Leif Bohlin. "Nous proposerons une offre complète allant de la détection de fournisseurs, au règlement des factures, en passant par la maintenance des données, la production de documents ou le volet BI. Et, avec plus de 6 000 comptables dans le monde, Capgemini a aussi la possibilité de coupler la gestion des achats à nos services de BPO dans la comptabilité", pronostique Hubert Giraud. Un choix fait récemment par le chimiste Syngenta dans la cadre du renouvellement d'un contrat de BPO avec Capgemini.

La France prête pour le BPO achats ?

Bref, déjà bien positionnée dans la BPO F&A (finance et comptabilité), la SSII française entend mettre en place une nouvelle offre à forte croissance. S'il promet un premier contrat "spectaculaire" dans quelques jours aux Etats-Unis, Hubert Giraud estime également que la gestion externalisée des achats est également bien adaptée au marché français, car elle n'entraîne pas de conséquences sociales majeures. Un des freins classiquement évoqués pour expliquer le faible attrait des grands comptes hexagonaux pour le BPO.

En complément :

- Capgemini dit avoir touché "le fond de la piscine" et cherche à reprendre de l'air

- En France, le BPO compte sur la crise pour décoller

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close