Tim Berners-Lee fustige la régulation du Net à la française

À l’occasion d’une séance de questions/réponses avec la presse, organisée lors de RSA Conference, cette semaine, à Londres, Tim Berners-Lee a rebondi, à la demande du MagIT, sur les débats qui avaient précédé et animé, en France, l’organisation de l’e-G8, fin mai dernier.

Timothy John Berners-Lee

Internet doit-il être régulé par les États et dans quelle mesure ? Sans répondre exactement à la question, Tim Berners-Lee souligne que «la nature décentralisée d’Internet a joué un rôle important dans son développement. Et sa neutralité, en tant que medium, est très importante, philosophiquement, pour nos sociétés, et comme base pour nos démocraties ». Et de s’inquiéter des tentations de filtrage ou de régulation d’Internet : «il est très dangereux que des gouvernements cherchent à contrôler qui peut se connecter à Internet ou à quoi il devrait se connecter via Internet », se référant à l’exemple des pays arabes, ou encore de la Chine, où l’accès à Internet est non seulement filtré mais, surtout, étroitement surveillé.

Internet civilisé?

Quant à savoir si Internet doit être civilisé, pour Tim Berners-Lee, «la civilisation implique le respect entre pairs sur Internet et l’ouverture des gouvernements - par exemple en diffusant des données à l’intention des personnes utilisant Internet, en ayant une bonne relation collaborative avec les citoyens. C’est tout cela, pour moi, la civilisation.» Globalement, et faisant référence à la réponse graduée pratiquée par Hadopi, Tim Berners-Lee estime que «la civilisation, ce ne sont pas des gouvernements qui déconnectent des gens d’Internet parce qu’un membre de la famille a volé de la musique ». Selon lui, en faisant le choix de cette approche, le gouvernement français s’est engagé sur une voie dangereuse.

Enfin, pour Tim Berners-Lee, Internet est une chance pour les démocraties : «la démocratie se construit sur la communication. Et Internet permet une meilleure communication.» Toutefois, nos démocraties modernes ont peut-être encore des efforts à faire pour se mettre à l’heure d’Internet : «nous devons construire de nouvelles structures capables de tirer profit d’Internet pour faciliter [le débat politique] au sein d’un pays et au-delà des frontières.» 

En complément:

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close