Acer lâche Gateway en tant que marque BtoB

Le constructeur taïwanais a décidé de regrouper l’ensemble de ses gammes produit, y compris professionnelles, sous la marque Acer. Mais il ne renonce pas pour autant à ses ambitions sur le marché entreprises.

Trente mois après avoir relancé la marque Gateway en France pour en faire son fer de lance sur le marché professionnel, Acer jette l’éponge. Gateway va continuer d’exister en tant que nom de ligne de produit au sein de son catalogue, notamment sur les PC et les produits de stockage, mais disparaît en tant que marque distincte.

« Nous avions développé une offre de PC de bureau, de serveurs et de stockage sous la marque Gateway mais il était difficile de justifier la production de portables et d’écrans différenciés faute de volumes suffisants explique Massimo d’Angelo, le PDG d’Acer France. Or c’est sur ces produits que nous étions les plus sollicités. On a donc décidé de remettre toute l’offre Gateway sous la marque Acer par souci de rationalisation. »

Le constructeur ne renonce pas pour autant à ses ambitions sur le segment professionnel. Il a regroupé au début de l’année l’ensemble de ses ressources entreprises (environ 30% de l’effectif France) au sein d’un business unit dédiée. Une équipe dont Hervé Berrebi, jusqu’ici, channel manager de Gateway, a été nommé manager.

Acer a notamment réinvesti sur les grands comptes en y consacrant une équipe dédiée. Cette dernière, sous la houlette d'Yves Borel, EMEA key international corporate account manager, se focalise sur une trentaine de comptes nommés et s’emploie à resserrer les liens avec les principaux revendeurs corporate. « Nous répondons nous-mêmes aux appels d’offre en lien avec nos partenaires pour une meilleure efficacité », détaille Massimo d’Angelo, qui estime avoir repris une part de marché comparable à celle du leader du marché sur ces comptes nommés.

Sur le segment PME, il reconnaît cependant qu’il reste encore un important potentiel d’évolution à Acer France. « Le développement de ce marché fait partie des objectifs de la business unit professionnelle », indique-t-il tout en rappelant que les choses se feront étape par étape et qu’il faudra sans doute attendre deux ou trois ans avant d’arriver à une part de marché plus conforme à celle de ses ambitions. Mais déjà, il peut s'appuyer sur un SAV redevenu conforme aux standards du marché.

Pour l’heure, l’objectif est de reprendre le rythme de croissance d’avant le trou d’air du second trimestre. Ses ventes se sont en effet littéralement effondrées sur avril-juin, reculant de 36% par rapport à la même période de l’an dernier. Certes, le deuxième trimestre n’a été bon pour personne, le marché accusant un recul de 18% en volumes. Mais cela reste beaucoup mieux qu’Acer.

Une sous-performance qu’Acer explique par sa volonté d’apurer les stocks nés du ralentissement du marché PC à partir de fin 2010. « Nous avons volontairement réduit nos livraisons (sales in) au deuxième trimestre pour réduire les stocks de nos partenaires, explique Massimo d’Angelo. Mais cela n’a pas affecté nos parts de marché en sortie de magasin (sales out). GfK a continué de nous créditer d’environ 30% du marché distribution (retail + grossistes) durant cette période, ce qui est conforme à notre part de marché depuis début 2010 ».

Selon lui, Acer a fait le choix de concentrer toute sa perte sur le deuxième trimestre, ce qui devrait lui permettre d’afficher sur le troisième trimestre des sales in et des sales out à nouveau équilibrées. Il ne reste plus qu’à attendre le verdict des cabinets d’études mais les derniers rapports GfK confirmeraient que la marque n’a souffert aucun fléchissement au mois de juillet.

Pour approfondir sur Constructeurs

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close