Avec LiveCycle sur Amazon et les mashups, Adobe vise le poste de travail professionnel

Cloud et mashup. A l'occasion de Max 2009, sa conférence développeurs, Adobe donne un coup de fouet à la prochaine édition de LiveCycle Entreprise en l'hébergeant dans le nuage d'Amazon. La solution se dote également d'une plate-forme de création de mashup par laquelle pourront être consommés les services LiveCycle. Une façon de préparer l'évolution - possible - des postes de travail en entreprise.

LiveCycle, un peu plus près des nuages. Adobe, la société qui fait Flash et PDF, a annoncé à l'occasion de sa conférence développeurs Max 2009 (du 4 au 7 octobre à Los Angeles), deux évolutions majeures de LiveCycle Entreprise Suite 2, la plate-forme de gestion documentaire de l'éditeur. Primo, cette dernière sera dès l'année prochaine disponible sous forme d'instance dans le nuage d'Amazon. Secundo, les services qui composent LiveCycle pourront également être accessibles dans un outil de mashup, baptisé Mosaic, qui doit permettre de fédérer les services au sein d'une unique interface Web contextualisée en fonction des besoins de chaque employé. Un projet qui marque l'arrivée d'Adobe sur ce segment, et conforte la stratégie d'un éditeur soucieux d'assoir sa puissance dans le monde des interfaces riches, y compris en environnement professionnel.

Ces deux projets seront coordonnées avec la sortie de LiveCycle Enterprise Suite (ES) 2 prévue pour la fin 2009.

LiveCycle Data Services dans le Cloud

En mettant à disposition des instances préconfigurées de LiveCycle sur le nuage d'Amazon (sur EC2 et S3), Adobe offre une énième forme de consommation de sa plateforme, les LiveCycle Data Services pouvant ainsi être partagés dans le nuage. Bénéfices : outre ceux du Cloud Computing, Paul McNamara, spécialiste du sujet chez Adobe, explique qu'il s'agit ici de réduire la complexité des déploiements et parle également de développement accéléré, « en plus du taux de disponibilité élevé et un support 24/24 » fourni par Amazon.

A partir du début 2010, les entreprises pourront démarrer la mise en production, explique-t-il, en précisant que cette annonce suit celle du Developer Express (réalisée en janvier dernier), qui permettait de tester le service. Dès l'ouverture pour production, 9 services LiveCycle seront hébergés.

Offrir la flexibilité attendue par les grands comptes

Si Adobe fait reposer son produit sur le Cloud d'Amazon, il lui a fallu développer une console d'administration qui permet de gérer l'infrastructure du géant de l'hébergement en nuage. « Cet outil de management supporte par ailleurs les API de régionalisation », ajoute Paul McNamara. Ces dernières permettent de se mettre en conformité avec les politiques de régulation de sauvegarde des données. Un bon point quand on s'adresse à des grands comptes, dont les agences peuvent être géographiquement distantes. Mais la fonction peut également être utile pour les entreprises cherchant un système reposant sur deux modèles de déploiement, commente Shantanu Narayen, Pdg d'Adobe. Un sur site et l'autre dans le nuage, pour gérer des pics de charges par exemple.

Adobe indique que le modèle de tarification n'est pas encore défini et ne précise pas si l'achat d'une licence de LiveCycle ES incluera une « licence » pour une instance sur Amazon.

Une entrée sur le marché des mashups

C'est dans ce contexte très tourné vers le Cloud que l'éditeur fait son entrée sur le marché des plates-formes de mashup, en publiant Mosaic. « Les interfaces pour les entreprises sont généralement mal conçues ; c'est une des principales causes d'échec d'une application », explique-t-on chez Adobe. Le framework RIA de création d'applications composites Mosaic suit ainsi une logique de portail. Il doit permettre de composer un bureau virtuel personnalisé en agglomérant les services et processus métier (LiveCycle Data Services) nécessaires pour chaque rôle dans l'entreprise. Un framework complet pour assembler des widgets avant et après le firewall en somme, le tout orchestré par une couche de gestion de processus (BPM – Business Process Management). L'un des gros avantages – qui va la distinguer de la concurrence - de l'offre ? Elle repose sur Flex / Flash, et Ajax et pourra être portée sur le desktop grâce à Air.

Une aubaine pour les développeurs, d'autant que la version 2 de LiveCycle Entreprise mise sur une intégration simplifiée avec Flex, grâce notamment à un environnement consolidé. Adobe a en effet publié un plug-in pour Flash Builder qui permet d'inclure des process LiveCycle dans Flex. L'éditeur a également intégré l'ensemble des outils de développement dans Eclipse, l'IDE Open Source.

Adobe explique que des widgets développés par des éditeurs tiers pourront également être ajoutés, l'éditeur travaillant encore à nouer quelques partenariats.

ColdFusion aussi chez Amazon
 

Toujours à l'occasion de Max 2009, Adobe a publié une version bêta privée d'une édition « In the Cloud » de ColdFusion 9 qui permet de consommer l'environnement de développement Web en mode hébergé depuis l'infrastructure de Cloud Computing d'Amazon. Une façon de fidéliser également les quelque 800 000 développeurs (en 2008, source Evans Data) qui constitue la communauté ColdFusion, outil arrivé dans le giron d'Adobe avec le rachat de Macromedia.

Adobe promet de coupler un accès à une instance ColdFusion sur le nuage d'Amazon à l'achat d'une licence.

Cliquez pour dérouler

Pour approfondir sur Editeurs

- ANNONCES GOOGLE

Close