Avec l'Opteron six cœurs, AMD revient à hauteur d'Intel sur le marché des serveurs

Avec près de cinq mois d'avance sur son planning initial, AMD a annoncé cette semaine l'arrivée de ses nouvelles puces pour serveurs Opteron, nom de code "Istanbul". Equipées en standard de six cœurs, ces puces auront pour mission d'affronter les Xeon 5500 "Nehalem" d'Intel sur le marché des serveurs bi-socket, mais aussi de conforter la position d'AMD sur le marché des serveurs quadri et octo-socket face aux Xeon 7400.

AMD aura finalement tenu promesse en lançant ses Opteron hexa-coeurs avec près de deux trimestres d'avance sur son planning initial. Les Opteron “Istanbul”, dévoilés officiellement lundi dernier, ont pour objectif de contrer les Xeon 5500 “Nehalem” d'Intel sur le segment des serveurs bi-socket (Opteron “Istanbul” 24xx), mais aussi de permettre à AMD de conserver sa domination sur le marché des serveurs quadri et octo-socket (Opteron “Istanbul” 84xx) face aux Xeon 7400 hexa-coeur d'Intel.

Les derniers-nés d'AMD embarquent 904 millions de transistors, dont une large partie consommés par le cache (128 Ko de niveau 1, 512 Ko de niveau 2 et 6 Mo de niveau 3). Ils affichent globalement les mêmes caractéristiques de consommation et de dissipation thermique (environ 75 W) que les actuels Opteron quadri-coeurs “Shanghai” pour des performances annoncées en hausse de 20 à 40 % en moyenne. Autre bonne nouvelle pour les constructeurs et utilisateurs de puces Opteron, ces nouvelles puces hexa-coeurs s'insèrent dans les mêmes sockets que les puces existantes (Socket F) après une mise à jour du BIOS. Cela devrait permettre leur apparition rapide dans les gammes de serveurs de grands constructeurs comme HP, Dell ou Sun.

AMD met l'accent sur le rapport performance/consommation

Les premiers Opteron « Istanbul » font leurs débuts à des fréquences inférieures à celles des actuels « Shanghai » - 2,6 GHz au maximum contre 2,9 GHz pour les « Shanghai ». Du fait de leur nombre plus élevé de coeurs – six contre quatre -, leurs performances sont toutefois en forte hausse, mais pas au point d'égaler les plus véloces des Xeon 5500 « Nehalem » sur les serveurs bi-socket. Si l'on en juge par les premiers benchmarks, les serveurs bi-socket équipés de puces Istanbul à 2,6 GHz devraient afficher des performances en retrait de 10 à 20 % par rapport aux meilleurs Xeon 5500. Il faudra attendre septembre et l'arrivée de fréquences plus élevées pour voir si AMD peut rattraper son concurrent sur le créneau des performances pures. En attendant, AMD peut se consoler sur le terrain du ratio performance/consommation. Car « Istanbul » se montre particulièrement peu vorace en Watts et affiche une consommation en crête bien inférieure à celle des Xeon 5500, un point intéressant que pourraient apprécier les entreprises dont les datacenters sont sous contrainte en matière d'énergie.

HT-Assist : une bande passante mémoire dopée sur les grands serveurs x86

Sur le marché des serveurs haut de gamme à quatre et huit sockets, Istanbul ne devrait en revanche pas avoir de mal à  écraser les serveurs à base de Xeon 7400, handicapés par la vieille architecture de bus partagé d'Intel en attendant leur remplacement au premier trimestre 2010 par les Xeon Nehalem-EX. D'autant qu'outre les gains liés à l'ajout de deux coeurs supplémentaires, le dernier né d'AMD peut compter sur HT-Assist, une nouvelle technologie d'optimisation des échanges inter-CPU sur le bus Hypertransport – le bus point à point conçu par AMD pour permettre à ses processeurs de communiquer entre eux au sein d'un même système multi-processeurs.

Opteron Istanbul ht-assist

Conçue pour les serveurs à quatre ou huit sockets, HT Assist s'arroge 1 Mo du cache de niveau 3 de chaque processeur pour constituer un annuaire des informations stockées dans chacun des caches. Ceci permet de réduire de façon significative les échanges inter-CPU sur le bus Hypertransport, et donc d'accélérer l'accès aux données stockées dans les caches par les processeurs. Chaque CPU est en effet au courant des informations résidant dans le cache de ses voisins. Selon AMD, HT Assist permet d'accroître la bande passante utile sur le bus Hypertransport de l'ordre de 60 % par rapport à un Opteron “Shanghai”. Une amélioration qui augure de sérieux gains de performances pour les applications de bases de données et, plus généralement, pour les applications faisant un usage intensif de la mémoire sur les grands serveurs quadri et octo-socket.

Si HT-Assist tient ses promesses, on pourrait voir de surprenant résultats sur des benchmarks comme le SAP-SD ou comme le benchmark TPC-C. Les gains de performances dans le domaine de la virtualisation pourraient aussi être significatifs. Nous reviendrons plus en détail sur ce point vers la fin du mois de juin ou au début du mois de juillet, une fois que nous disposerons d'un plus large échantillon de benchmarks

Offensive sur les prix en entrée de gamme

Terminons en signalant que le lancement des Opteron “Istanbul” ne signifie pas la disparition des actuelles puces de la gamme “Shanghai”, qui se voient repositionnées en entrée de gamme après une sérieuse baisse de prix. Cela devrait permettre à AMD de mener une offensive en tenaille sur le marché des serveurs bi-socket face aux Xeon 5500. Avec, en entrée de gamme, des Opteron Shanghai économiques et peu consommateurs en énergie et des “Istanbul” plus performants, mais aussi plus chers, en haut de gamme. 

opteron istanbul bi-socket

opteron istanbul 4 à 8 sockets

Dans tous les cas, AMD devrait avoir l'avantage du prix du fait du plus faible coût des mémoires DDR2 utilisées par l'Opteron (les mémoires DDR-3 des Xeon restent encore très coûteuses). D'autant que la plupart des constructeurs ne devraient pas avoir à faire évoluer leurs plates-formes serveurs pour intégrer les “Istanbul”, ce qui limite les coûts de R&D et de validation. Là encore, il faudra sans doute attendre quelques semaines pour mener un comparatif prix/performances entre les offres Intel et AMD des grands constructeurs...

Terminons en signalant qu'Istanbul devrait servir de base à la prochaine puce dodeca-coeur d'AMD, connue sous le nom de code "Magni-cours" et qui sera en fait ni plus ni moins qu'un assemblage de deux puces Istanbul reliées par des liens Hypertransport au sein d'un même module processeur. Cette puce à douze coeurs devrait arriver au tout début d'année 2010 pour faire face aux Xeon octo-coeurs "Nehalem-EX".

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close