NextiraOne : datacenter et sécurité, deux piliers pour passer la crise

L’intégrateur réseau NextiraOne confirme ses objectifs de rentabilité pour 2012. La société de Philippe Hedde affiche un CA étal en 2012 et parle de faible croissance pour 2013. NextiraOne compte notamment sur la poursuite des investissements dans les datacenters, la sécurité et le Wan.

L’intégrateur réseau NextiraOne, né de la séparation en 2002 des activités de services et de distribution d’Alcatel (ARE) du reste du groupe, ressent certes le contre-coup d’une réduction des budgets IT des entreprises, mais mise sur le cloud ainsi que sur son ADN d’expert technique multi-vendeurs pour se maintenir. « En 2012, dans une guerre des prix, nous sommes parvenus à faire progresser notre marge de 7% sur deux ans», note Philippe Hedde, son directeur général, ajoutant que « tous les objectifs financiers ont été atteints en matière de profitabilité ». Le métier d’intégrateur réseau serait-il comme épargné ou profiterait-il de sa présence sur l’un des secteurs au coeur de l’industrie  numérique ? 

Pour Philippe Hedde, il est vrai que dans les entreprises, « les cycles de décision sont plus longs et les projets de moindre ampleur ». Autre constat : une forte pression sur les prix sur le segment des services managées et de la maintenance qui représentent aujourd’hui un tiers du chiffre d’affaires de la société. Dans ce contexte morose, la société compte réaliser, en France, un chiffre d’affaires de 330 millions d’euros en 2012, l’année de ses 10 ans. Un chiffre d’affaires étal par rapport à 2011, indique Philippe Hedde. Et pour 2013 ? le directeur général de la société table sur « une croissance faible » des activités dans l'hexagone. 

Aujourd’hui, les entreprises continuent toutefois d’investir dans des secteurs clés, dits prioritaires. Il s'agit par exemple des datacenters et de la sécurité, deux domaines dopés par le cloud, par des problématiques de mobilité, de BYOD et d’obligations légales, souligne-t-il. Autre secteur qui a su préserver l’intérêt des entreprises, le WAN, car cela représente une réalité de coûts en permettant notamment de se rendre indépendant de l’opérateur. « Nous avons énormément investi dans les datacenters, et ce segment constitue un segment important dans notre croissance », lance Philippe Hedde. La société a par exemple récupéré la maintenance du datacenter de Dassault Systèmes à Velizy. 

Sans oublier également, les autres piliers de la société : les communications unifiées et les centres de contacts.  Surtout, NextiraOne compte bien faire valoir son ADN d’expert technique d’intégrateur réseau multi-technologies. La société travaille avec des partenaires, comme Cisco, Alcatel et Microsoft, pour les communications unifiées notamment, mais également VMware, Netapp et EMC au coeur des datacenters. 

L'entreprise met également en avant sa capacité à être présente dans des projets innovants. Philippe Hedde cite ainsi le secteur de la santé qui, porté par des projets de modernisation des hôpitaux et des projets prospectifs autour de la télé-médecine, demeure un secteur dynamique pour les réseaux. NextiraOne collabore notamment avec Econocom autour du terminal patient dans l’hôpital de Boulogne-sur-mer, met en place des WAN pour gérer les flux liés à l’imagerie médicale, déploie la ToIP (notamment à l’hôpital de Metz). Un secteur qui constitue « une opportunité pour les activités de datacenter », tient-il à souligner.

Pour approfondir sur Opérateurs et intégrateurs réseaux

- ANNONCES GOOGLE

Close