HP accuse deux anciens responsables d’avoir débauché en masse pour GM

HP accuse deux anciens employés de son centre au Texas d’avoir organisé le départ de 16 autres employés vers General Motors, a confirmé un document remis par HP à une cour de Justice texane.

HP accuse deux anciens employés de son centre au Texas d’avoir organisé le départ de 16 autres employés vers General Motors, a confirmé un document remis par HP à une cour de Justice texane. Selon la firme dirigée par Meg Whitman, deux anciens responsables de la division Global Information Technology du groupe, Gregg Hansen et Todd MacKenzie, auraient ainsi sollicité plusieurs de leurs ex-collègues afin de les débaucher au profit de GM.

Le groupe automobile américain, dont le DSI n'est autre qu'un ex-CIO de HP, Randy Mott, est en pleine restructuration de ses activités informatiques, avec pour stratégie de ré-internaliser 90% de ses prestations IT . HP est depuis 2001 l’un des principaux prestataires IT de GM. En 2000, le groupe avait notamment décroché un contrat de 2 Md$ avec le géant automobile. La tension entre les deux partenaires étaient montée d’un cran en octobre, avec l’annonce par GM de la réinternalisation de quelque 3 000 employés dépendant de HP, en charge de son informatique.

Selon les documents remis la cour, ces 18 personnes auraient donné leur démission en masse et sans avis le 30 novembre pour partir occuper un poste directement chez GM. HP accuse ainsi Gregg Hansen et Todd MacKenzie d’avoir joué un rôle clé dans ces départs : 6 démissionnaires rapportaient directement à Hansen et 3 à MacKenzie. Ce qui, toujours selon HP, aurait eu un incidence sur 4 des équipes équipes du groupe. Surtout, prétend HP, de par leur position, ces deux anciens directeurs étaient liés par un contrat de confidentialité, qui les empêche de divulguer des informations propres à HP et donc de débaucher des employés de HP.

HP, qui voit en ces départs en masse «bien plus qu’une simple coïncidence» cherche à obtenir de la cour le droit d’interroger ces deux anciens employés avant de, peut-être, engager des poursuites susceptibles d’empêcher leur recrutement chez GM. HP craint également que l’hémorragie ne se poursuive. Ironiquement, les employés de HP qui avaient été transférés chez GM pour assurer leur prestation avaient principalement travaillé pour EDS qui était, avant d’être racheté par HP, la SSII interne de GM que ce dernier avait fini par filialiser.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close