SAP Hana : it's the apps, stupid !

Après avoir milité pour la mise en mémoire des données, via sa base de données Hana, SAP passe à la phase 2 de sa stratégie : la conception d'un vaste portefeuille d'applications tirant parti de l'informatique In-Memory. Avec pour credo, des programmes de co-innovation impliquant clients et partenaires dans la conception des applicatifs.

"Nous avons atteint un point d'inflexion à partir duquel le sujet majeur d'attention devient l'applicatif fonctionnant sur Hana. Aujourd'hui, des centaines, peut-être un millier d'applications tournent sur notre plate-forme". En ouverture de son discours lors de Sapphire, l'événement de SAP qui a réuni environ 20 000 personnes la semaine dernière à Orlando (Floride), Hasso Plattner, le co-fondateur du premier éditeur mondial, également à l'origine de la base de données In-Memory via les travaux de ses étudiants du Hasso Plattner Institute, a fixé le nouveau cap. D'ailleurs, les travaux en cours au sein de son institut hébergé par l'université de Postdam - des travaux présentés sur scène par quelques-uns des étudiants (analyse de paniers, création d'agrégats dynamiques) - laissent peu de place au doute. 

L'applicatif tirant parti des caractéristiques de Hana est donc devenu la priorité. D'abord pour SAP qui, en parallèle du portage de son CRM et de son ERP Business Suite, a commencé à mettre sur le marché des applications spécifiques pour la base de données In-Memory (CO-PA, Sales Pipeline Analysis, Sentiment Intelligence, Smart Meter Analytics...). Mais le credo de l'éditeur semble largement partagé par ses partenaires, présents en masse sur cette édition 2013 de Sapphire. Pour Hasso Plattner, 60 % des scénarios applicatifs développés au dessus de Hana sortent d'ailleurs du périmètre traditionnel de SAP. Finalement logique quand on sait que la plate-forme a réussi à fédérer plus de 400 start-up dans le monde au travers du programme dédié monté par l'éditeur et qualifié de "meilleure idée depuis 20 ans" par le co-fondateur. 

Suivre la consommation d'énergie, surveiller la production de déchets 

Ce programme (SAP Start-up Focus) illustre bien la volonté de l'éditeur allemand de faire de Hana une plate-forme ouverte, sur laquelle clients, partenaires et jeunes pousses peuvent déployer des applications. La démarche est d'ailleurs formalisée au sein de ce que SAP appelle des programmes de co-innovation, où l'éditeur, un ou plusieurs donneurs d'ordre et éventuellement un partenaire fédèrent leurs forces et moyens pour développer un nouvel applicatif. Selon Franck Cohen, le président EMEA de SAP, 1 500 programmes de co-innovation ont déjà été lancés. Exemple : l'application Energy and Environment Management, qui sera disponible en juillet prochain, avec pour socle la base de données In-Memory. Co-développée par SAP, Colgate-Palmolive, 3M et le MIT (Massachusetts Institute of Technology), cette application vise à monitorer la consommation d'énergie et de matières premières (eau, gaz, électricité...) ainsi qu'à suivre les quantités de déchets produites, tout en y greffant des fonctions prédictives. 

"Depuis 1998, nous collectons des données venant du monde entier : consommations d'électricité, de gaz, production de 30 types différents de déchets, l'empreinte carbone, etc. Cette application va faciliter l'agrégation de ces informations et nous permettre de les explorer en profondeur", explique Vance Merolla, directeur de l'environnement et de l'énergie pour le groupe Colgate-Palmolive. Objectif de ces analyses : fournir des leviers de réduction de la consommation d'énergie... donc de réduction de coûts. 

Même démarche pour Cagemini, associé à SAP et MS Mode (un distributeur néerlandais possédant 400 magasins en Europe), qui, lors de Sapphire, a dévoilé Affinity Basket Analysis et Next Best Action, deux applications Hana conçues pour aider les distributeurs à proposer des suggestions d'achat aux consommateurs en temps réel. Au total, la SSII française prévoit de livrer 15 ou 20 applications reposant sur les technologies SAP (dont certaines autres dédiées à la grande distribution) dans les 24 prochains mois. 

L'argument de la plate-forme 

Car la démarche de co-innovation n'est pas limitée à Hana. On la retrouve dans la mobilité où, via le rachat de Sybase, SAP dispose désormais d'une plate-forme de développement et de synchronisation. Un atout qui a convaincu Carlsberg de se lancer dans le co-développement d'une nouvelle version de Retail Execution, une application mobile dédiée aux forces de vente. Epaulé par l'éditeur et la SSII indienne TCS, le brasseur a collaboré à la conception de la version 3.0 de ce logiciel, l'amenant à un niveau fonctionnel conforme à ses attentes. 

"Finalement, sur ce dossier, c'est le choix de la DSI qui a prévalu, explique Etienne Dock, vice-président en charge du sourcing et de l'optimisation des actifs IT du groupe danois. La solution du co-développement était en compétition avec des applications Saas, répondant d'entrée de jeu à nos exigences fonctionnelles. Malgré la faiblesse fonctionnelle des versions précédentes de Retail Execution, nous avons choisi cette voie en raison de la robustesse de la plate-forme SAP et des capacités d'intégration qu'elle amène." Avec la volonté d'aller plus loin : Carlsberg fait aujourd'hui pression sur SAP pour accélérer le calendrier de développement de la mouture 4.0 qui supportera les terminaux Windows 8, que le brasseur a décidé de retenir à l'avenir après de premiers déploiements sur iPad auprès de quelque 200 commerciaux.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close