SAPPHIRE 2016 : les précisions de Hasso Plattner sur la roadmap de S/4HANA

Après son intervention, le président et créateur du groupe SAP est revenu sur la roadmap compliquée de S/4HANA. Il a justifié l’approche pragmatique choisie, relativisé l’importance du sujet, et dessiné les contours des années à venir en matière de R&D.

Hasso Plattner, est le seul des cofondateurs de SAP dans les années 70 à demeurer en place - au poste de chairman du board. Il est surtout l'inspirateur majeur de la R&D du groupe allemand et à l’origine du virage HANA. Lors de son passage toujours très attendu à la tribune de SAPPHIRE, Hasso Plattner a tenté de dissipé le flou entourant la roadmap de l’intégration autour de S/4HANA.

Un S/4HANA complet d'ici 2018

A date seul les modules Finance et Logistics composent la nouvelle génération de la Business Suite, la première portée sur la plateforme In-Memory HANA.

epuis un an les spéculations vont bon train concernant les autres modules traditionnels de l’éditeur. Comme l’on confirmé dans un bel ensemble Bill McDermott, le PDG de SAP, Franck Cohen, patron EMEA, et enfin Hasso Plattner : le but est de simplifier le code, les usages et les process (le S de S/4HANA). Mais en respectant la culture progicielle maison.

A savoir des applications fonctionnelles intégrées mais bien identifiées, au plus près des problématiques des différents secteurs industriels (les « verticaux » ou les « micro-verticaux »). Pas si simple donc !

Hasso Plattner confirme lui l’approche pragmatique du groupe. Pas d’agenda ferme – qui serait rassurant pour les DSI. Pour le créateur de SAP, une feuille de route rigide fait courir le risque d'être parfois éloigné des attentes réelles des entreprises. Il prône au contraire une adaptation permanente aux besoins des clients. Du moins aux besoins de cinquante d’entre eux – sur les 48 000 revendiqués par Plattner.

Ces cinquante privilégiés sont actuellement co-producteurs de la fameuse roadmap. « C’est du surf » dixit Hasso Plattner. Le président du groupe prévoit cependant que le portage de l’ensemble des fonctions de la Business Suite pour HANA sera achevé d’ici fin 2017.

Hasso Platner regarde vers le futur, pas vers les anciennes briques de l'ERP

Concernant l’ordre il faudra repasser. « On redéfini en permanence la roadmap. Certaines fonctions seront portées sur l’ensemble des secteurs ; des industries se verront priorisées et pourront avoir un ensemble fonctionnel complet avant les autres : tout dépendra des besoins des clients ! ».

Légèrement agacé par la pression des analystes sur ce point, Hasso Plattner semble trouver la question déplacée. Pour lui, HANA est « disruptif » pour de nombreuses années encore. Au delà du portage de la Business Suite,  il considère par ailleurs que se sont les applications futures - pas celles à intégrer - qui constitueront le principal élément différenciateur vis à vis de la concurrence.

Un secteur semble avoir tout particulièrement les faveurs de la R&D de SAP dans ce contexte : celui de la santé. Les prochaines générations d’applications lui seront consacrées d’après le créateur du groupe.

La santé, futur terrain de chasse de l'éditeur

C’est donc là que devrait massivement porter les futurs efforts de SAP. Mais dans un environnement totalement anarchique – car les approches des secteurs de la santé américains et européens semblant loin d’être conciliables à date. Les Etats-Unis acceptent des données ouvertes, tandis que l'Europe s'appuie sur un système où la protection des données personnelles est centrale.

Reste que pour Hasso Plattner « les progrès médicaux potentiellement liés aux usages IT sont incroyables ». Et ils pourraient être multipliés « si l’on règle les problèmes de régulation ».

Industrie pharmaceutique, R&D hospitalière, anonymisation des données pour une exploitation de masse, analyse épidémiologique. SAP travaille déjà sur un certain nombre de programmes. Il cite par exemple la collaboration avec les autorités sanitaires algérienne sur un programme de tracking du virus Ebola qui permet de prendre des décisions tactiques en termes de communication, via une application mobile dédiée permettant une information en temps réel sur le terrain.

Et demain : AI et apprentissage statistique

Outre la santé Hasso Plattner a désigné le Machine Learning et l’Intelligence Artificielle comme les deux nouvelles « big thing » sur lesquelles SAP devrait s’investir dans les prochaines années.

Pour approfondir sur SAP

- ANNONCES GOOGLE

Close