A l'attention de Jerry / Sans Jerry / Avec Jerry …

"Cher Jerry".

"Cher Jerry"... allez au diable (Microsoft.com)

Le premier éditeur mondial met en ligne la lettre envoyée par Steve Ballmer, son Pdg, à Jerry Yang, le fondateur de Yahoo. Particulièrement intéressant : le passage où Ballmer explique les raisons pour lesquelles Microsoft ne lancera pas (pour l'instant au moins) d'OPA hostile. Le ton est direct et en dit long sur l'hostilité entre les deux hommes... passées les politesses d'usage.

L'après Yahoo : la liste des prix de consolation (ComputerWorld)

Avec 45 milliards de dollars, t'as plus rien (ou presque). Après l'échec de son OPA amicale sur Yahoo, Microsoft pourrait être tenté d'utiliser son trésor de guerre pour racheter une autre société Internet. Computerworld dresse le portrait de trois cibles potentielles : AOL, LinkedIn et ValueClick.

Yahoo "sous l'oeil des projecteurs" (San Jose Mercury News)

Tout à son tropisme californien, le San Jose Mercury News se penche sur l'avenir de Yahoo, qui doit très vite faire la preuve de sa capacité à évoluer seul. "Les projecteurs sont braqués sur nous", avertit Jerry Yang dans un e-mail envoyé aux employés. Pour l'heure, c'est l'action du portail qui prend un coup de chaud, avec une baisse de plus de 15% à l'ouverture de la bourse tandis que Microsoft et Google profitent des derniers rebondissement avec une hausse de 2%.

Deutsche Telekom/Sprint : une OPA chasse l'autre (La Tribune)

Pour éviter une (trop forte) déprime des marchés financiers après l'échec du "deal Microsoft/Yahoo, Deutsche Telekom a le bon goût d'envisager à son tour une OPA géante sur l'opérateur mobile américain Sprint. C'est en tout cas les informations distillées ce week-end dans la presse allemande et d'outre-Atlantique. Des rumeurs que résume ici la Tribune.

Atos-Origin : une AG sous haute tension (Les Echos)

Dans un peu plus de deux semaines, Atos-Origin réunira une des assemblées générales les plus importantes de son histoire. Les actionnaires devront choisir entre la voie poussée par la direction de la SSII - la poursuite du plan de transformation - et celle défendue par deux actionnaires clefs du groupe, les fonds Centaurus et Pardus. Ces derniers militant pour une fusion avec un autre acteur des services. Les Echos se penche sur les différents scénarios de cette journée clef. L'article est en accès payant ou réservé aux abonnés.

Sun s'abrite derrière le nuage (The Register)

Le constructeur californien, qui ouvre aujourd'hui sa conférence JavaOne, dévoile les tarifs de support de son OS Open Source OpenSolaris. Sun annonce également avoir signé un accord avec Amazon, via lequel ce dernier va intégrer OpenSolaris à sa plate-forme hébergée (le fameux cloud computing) EC2.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close