Impact 2013 : IBM fête le premier anniversaire des PureSystems

A l’occasion de sa conférence Impact 2013, IBM a annoncé une mise à jour de son système intégré PureApplication. Et comme pour fêter la première année des PureSystems et ses 4000 ventes, PureApplication s’ouvre enfin au monde des applications Windows.

Comme pour fêter la première année de sa famille de systèmes intégrés PureSystems, IBM a profité de sa conférence Impact 2013, qui se tient actuellement à Las Vegas, pour annoncer une mise à jour de ses systèmes PureApplication. A la clé, des fonctions de récupération après sinistre, une sécurité renforcée des applications, une meilleure gouvernance, mais surtout, le support des applications Windows. 

C’est avec cela qu’IBM entend en effet fêté la première année d’existence de sa gamme PureSystems. Ces systèmes intégrés, sous forme d’appliance, qui mèlent à la fois serveurs, stockage, réseau et middleware, se sont ainsi écoulés à 4000 unités depuis sa commercialisation, nous indique IBM. Sans véritablement préciser de quel modèle il s’agit. Les PureSystems sont déclinés en trois séries : Pureflex, PureApplication et PureData - les PureFlex, qui portent essentiellement sur la couche infrastructure, étaient jusqu’alors les plus vendus, avait confirmé Philippe Bournhonesque, directeur de la stratégie Software IBM France, à la rédaction. 

Selon Nancy Pearson, interrogée lors d’une session de question / réponse à Impact, ces 4000 ventes seraient un chiffre « très impressionnant », mais pour elle, l’adoption des Puresystems rime également avec « un long voyage ». En somme, il reste encore du chemin à parcourir.

Un système PureData sur Impact 2013

Depuis leur lancement, IBM a d’ailleurs multiplié les initiatives pour abaisser le tickets d’entrée de ses systèmes PureApplication. En début d’année, Big Blue a présenté deux modèles à la configuration hardware allégée, les W1500-32 et W1500-64, qui forment l’entrée de gamme de la série. Le nombre de coeurs, la quantité de mémoire et les capacités de stockage avaient été revus à la baisse. Autre tentative pour muscler les ventes et élargir la cible, Big Blue a présenté en février dernier d’un modèle « Mini » du PureApplication, souhaitant cibler les entreprises au budget plus limité. 

375 patterns recensés 

Autre bougie qu’IBM entend souffler lors d’Impact 2013, celle du nombre de patterns, listés dans le PureSystems Center (le magasin applicatif de ces systèmes intégrés). Ils sont aujourd’hui au nombre de 375, développés par quelque 275 ISV, raconte Nancy Pearson, vice président des Puresystems. Ces patterns sont en fait des templates applicatifs, qui visent à accélérer la configuration, les déploiements ainsi que la maintenance d’applications. Ils sont censés traduire l’expertise d’IBM. De quoi alors faire taire les critiques : le catalogue de patterns avait été pointé du doigt par certains observateurs du marché. Selon eux, ces patterns ne couvriraient pas suffisamment les besoins des entreprises

PRA, applications Windows et sécurité 

C’est ainsi dans ce contexte, où subsistent encore quelques interrogations, qu’IBM a choisi de renforcer son PureApplication. Le système intégré se voit ainsi doter de possibilités de récupération après sinistre, un cas d’usage révélé par de nombreux clients (notamment dans le secteur bancaire), explique Savio Rodrigues, directeur de programme de PureApplication chez IBM. Selon lui, l’idée est de permettre à une entreprise de mettre en place un PRA (plan de reprise d’activité) « en quelques clics » alors que cela nécessite des heures, voire des jours, de déploiements avec des solutions maison. L’argument de tout intégré refait une nouvelle fois surface. 

Autre ajout mis en avant par IBM, la possibilité de chiffrer les applications ainsi que leurs données associées via des templates interchangeables. Ces templates doivent ainsi permettre d’ajouter des politiques de chiffrements aux applications et de les laisser gérer par le PureApplication. 

Mais le point d’orgue de cette mise à jour est assurément le support par PureApplication des applications Windows. Jusqu’alors, l’OS pré-installé dans les VM du PureApplication était Linux. Les applications Windows pouvaient certes tourner en s’adossant à des VM VMware (installé par défaut dans le système), mais PureApplication ne pouvait pas gérer en direct les applications Microsoft. « Les premiers systèmes étaient basés sur Linux. Mais les clients nous ont demandés : ‘que faisons-nous de nos workloads Windows, comme Sharepoint et Exchange’ », explique Savio Rodrigues. Il ajoute : « tout ce que nous avons offert en matière d’expertise avec les patterns pour Linux et AIX est [désormais] applicable aux applications Windows. » De quoi alors élargir la portée - ainsi que les prospects potentiels - du système intégré. Selon lui, PureApplication est désormais «la seule plate-forme d’applications qui supporte à la fois les applications Linux et Windows, consolidées au sein d’un unique système ». 

Enfin, PureApplication s’enrichit également de fonctions d’administration, dont une baptisée « Licence Tracking ». Celle-ci liste les licences de logiciels utilisées afin de s’assurer que l’entreprise ne consomme pas plus de licences que prévu. La fonction est portée à l’ensemble des applications. 

Blu Acceleration dans PureApplication 

Notons enfin que Marie Wrieck, directrice générale de Websphere chez IBM, a confirmé, que le module Blu Acceleration de la base de données du groupe DB2, serait également intégré au PureApplication.DB2 est un élément coeur du PureApplication. Ce module dote DB2 de possibilités de stockage de données en colonne et en mémoire afin d’accélérer leur traitement et leur analyse. Ce composant propose également un module de compression des données qui permet de les analyser sans avoir à les décompresser.  

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close