PureData Systems : IBM décline ses PureSystems pour le transactionnel et l’analytique

IBM annonce les PureData Systems, une déclinaison de sa gamme de systèmes experts intégrés PureSystems, pour les domaines du transactionnel et de l’analytique. Une offre composée de trois systèmes dédiés qui compilent les technologies DB2, Netezza et InfoSphere Warehouse du groupe.

PureSystems, phase 3. Après avoir décliné son concept de PureSystems pour la couche infrastructure avec

PureFlex et sur la couche plate-forme applicative avec

PureApplications, IBM ajoute un troisième pilier à sa gamme de « systèmes experts intégrés », comme il les présente lui-même. Nom de baptême : PureData Systems, une série de trois modèles qui aborderont cette fois-ci la couche très tendance de gestion des données et de l’analytique. La gamme PureSystems a été inaugurée par IBM en avril 2012. Présenté à l’époque comme la pilule miracle pour la maintenance de systèmes, ce concept, qui prône avant tout l’intégration de bout en bout, vise ainsi à rassembler sous forme d’appliance les composants stockage, virtualisation, réseau, serveur et middleware afin de faciliter le déploiement, la configuration et la maintenance de datacenters virtualisés et d’applications. IBM adosse son offre à une particularité : des templates applicatifs qui sont ainsi censés définir des règles en matière de déploiement de configuration, de développement et d’administration (ainsi que SLA) afin d’accélérer la procédure d’intégration, de déploiement et d’optimisation sur les systèmes IBM. Ces « patterns » symbolisent, selon IBM, l’expertise de terrain de Big Blue. Ces gabarits sont intégrés au système via une console centralisée, la Flex System Manager.  A l’origine, quelque 125 ISV avaient répondu présents pour y intégrer leur applicatif. Lors de la conférence Impact 2012, IBM avait également présenté Virtual Pattern kit for Developer,  un ensemble d’outils de développement qui permet aux entreprises de créer elles-mêmes leurs propres patterns et leurs propres modèles d’intégration PureApplication, adaptés à leur environnement.

Netezza, DB2 et InfoSphere comme socles PureData Systems reprend donc ce mécanisme pour le porter sur le terrain du transactionnel et de l’analytique. Bref de la donnée. Cette gamme se décline en trois formules qui adressent chacun trois pans de la gestion de la données, selon IBM. Le premier baptisé PureData System for Transactions adresse évidemment le modèle transactionnel. Selon Philippe Bournhonesque, directeur de la stratégie Software IBM France, ce système permet ainsi « de créer des centaines de base de données transactionnelles, de les déployer et d’en gérer le cycle de vie ». Le tout s’adossant logiquement à des patterns pré-établis, déposant sur DB2, la base de données du groupe. PureData System for Transactions entend ainsi proposer des types de configuration allant du clustering au environnement de haute disponibilité. Philippe Bournhonesque vante également le haut degré de comptabilité avec le SGBD d’Oracle. Ce système s’adosse aux processeurs Power7+ du groupe, pour proposer des gains de performances jusqu’à 5 fois supérieurs à ceux de la concurrence, note-t-il. PureData System for Analytics, 2e déclinaison, entend quant à lui, accélérer les opérations liées à l’analytique. «L’innovation réside ici uniquement sur la couche logicielle », explique-t-il, rappelant que ce système a pour socle une technologie optimisée de Netezza ainsi qu’une base de données adaptée à l’analyse de données en volume. Ce PureSystems se distingue notamment par plus de 200 fonctions analytiques pré-intégrées, « contre une quarantaine pour la concurrence », souligne encore Philippe Bournhonesque - citant brièvement MapReduce et le langage R.  Exadata d’Oracle est en ligne de mire. Enfin, 3e volet, PureData System for Operational Analytics repose sur IBM InfoSphere Warehouse et vise à proposer de l’analyse de données en temps réel avec une puissance de traitement pouvant atteindre 1000 requêtes par seconde, explique-t-il. Ce système supporte aussi bien les requêtes d’applications métier (transactionnelles) que les requêtes massives. Il supporte le chargement de données en continu, un stockage intelligent qui orchestre la destination cible de la donnée et devrait proposer un gain de performance d’un ratio de 3 pour 1. Globalement, quelque 60 partenaires se seraient engagés sur Puredata, précise Philippe Bournhonesque. De quoi continuer à alimenter l’éco-système des PureSystems qui progresse, admet-il sans toutefois donner des chiffres sur les ventes. Selon lui, les PureFlex seraient les systèmes intégrés les plus vendus, car de part leur approche plus génériques, « ils n’engagent pas le client sur les technologies IBM. Ils peuvent y intégrer leur propre middleware ». Le tout intégré peut en effet parfois refroidir.     .

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close