Les lectures de la rédaction

La rédaction du MagIT vous ouvre ses lectures chaque semaine, afin de partager avec vous des reflexions et ses interrogations sur le monde du IT. Pas vraiment une revue de presse - notre décryptage de l’actualité vous livre l’essentiel des informations à suivre - , mais davantage une ouverture vers l’extérieur, qui invite à prendre du recul et s’enrichir d’autres connaissances.

La rédaction du MagIT vous ouvre ses lectures chaque semaine, afin de partager avec vous des reflexions et ses interrogations sur le monde du IT. Pas vraiment une revue de presse - notre décryptage de l’actualité vous livre l’essentiel des informations à suivre - , mais davantage une ouverture vers l’extérieur, qui invite à prendre du recul et s’enrichir d’autres connaissances.

 

Cette semaine : Open Data en France -  Nokia de l'intérieur - De l'importance de l'écran d'un smartphone - Chute de Nirvanix - Existe-t-il une crise du recrutement et de la formation de spécialistes IT  ? - Taxe carbone : un enjeu pour l'industrie du datacenter en France ?

 


Circulaire Open Data du Premier Ministre : Henri Verdier parle d’explication et non de rappel à l’ordre

« L’open data, ce n’est pas seulement une quantité de données », soutient Henri Verdier, le patron d’Etalab en France qui coordonne les actions autour de l’ouverture des données publiques en France, chez nos confrères du Monde. Pour lui, l’objectif est davantage de pousser à la ré-utilisation de ces données et non pas de concentrer tous les efforts sur la quantité de données libérées. Si la France est plutôt en avance sur ses homologues européens en matière d’ouverture des données, les agents publics ont encore besoin d’être éduqués, semble-t-il dire, interrogé sur les motivations de l’envoi par le Premier Ministre d’un vade-mecum aux ministères. Vu comme un rappel à l’ordre par les medias, Henri Verdier y voit surtout comme une explication, tentant de répondre aux questions des agents.


La chute de Nokia, vue de l’intérieur
A la fin des années 1990, alors que Nokia dominait le marché de la téléphonie mobile, Frank Nuovo était responsable du design de ses appareils. Dans une interview accordée à l’Australian Financial Review, il livre un regard cru sur la culture du constructeur finlandais, il déplore les opportunités manquées et tire son chapeau à Apple pour le pari de l’iPhone.


Ecran tactile : l’iPhone plus réactif que les terminaux Android

C’est un point souvent négligé mais qui compte dans le confort d’utilisation d’un smartphone : la réactivité de l’écran tactile. Selon des tests réalisés par Agawi, ceux des iPhone 4 et 5 s’avèrent bien plus rapides que ceux concurrents tels que le Galaxy S4, le HTC One, ou encore le Moto X, voire le Lumia 928, sous Windows Phone. Des écarts dûs au logiciel ou au matériel ?

 

Nirvanix dans le cirage
Nos confrères américains de Wired reviennent sur la décision de Nirvanix, un spécialiste du stockage dans le cloud, partenaire d’IBM, de stopper ses activités après avoir échoué à lever des fonds. Un acteur du cloud qui disparait ? Oui, mais en fermant ses services, la société demande à ses clients - uniquement des entreprises - de rapatrier leurs données...en 15 jours. Deux semaines pour sauvegarder plusieurs petaoctets - pour les plus gros clients de la société - de données ? De quoi donner des sueurs froides...et inviter à la réflexion.

 

La crise du recrutement de super-spécialistes est un mythe
Existe-t-il oui ou non une pénurie de scientifiques, de mathématiciens et d’ingénieurs dans le monde ? Le journaliste Robert Charette tente de livrer une réponse très argumentée à cette question que l’on lit sur les lèvres des entreprises américaines, mais également européennes - comme en Allemagne par exemple. Selon lui, il s’agirait plutôt d’une guerre des chiffres associée à des frontières trop floues et changeantes de la définition des postes. Pourquoi aux Etats-Unis, y aurait-il une pénurie de scientifiques alors que les universités n’ont jamais produit autant de diplômés dans ces disciplines ?

 

Le retour de la taxe carbone
Le retour d’une taxe carbone est-il néfaste pour la France, souvent présentée comme un pays accueillant pour les implantations de datacenters, de part le faible coût de l’électricité ? Si la taxe carbone de l’ère Sarkozy avait écarté la consommation électrique de l’équation (https://www.lemagit.fr/actualites/2240198846/Taxe-carbone-Francois-Fillon-ne-fait-quegratigner-le-GreenIT), rien ne dit aujourd’hui que le projet du gouvernement en place fera de même.  L’Hexagone parviendra-t-il à conserver son avantage ?

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close