Henri Verdier nommé Administrateur général des données

Henri Verdier devient officiellement le premier administrateur général des données en France.

Henri Verdier devient officiellement le premier administrateur général des données en France. Un arrêté daté du 18 septembre officialise la nomination de ce CDO (Chief Data Officer) à la française, souhaitée notamment par Marylise Lebranchu, ministre de la décentralisation, de la réforme de l’Etat et de la publique. La France devient ainsi  le premier pays à mettre en place un Administrateur Général des Données (AGD) au niveau national », rappelle Etalab sur son site. Ce poste n’avait jusqu’alors été créé que dans le cadre de ville, comme New York par exemple.

Henri Verdier est un peu le « Monsieur Open Data » de la France. A la tête d’Etalab, il a notamment contribué à la mise en place d’une politique liée aux données publiques dans l’hexagone et surtout, contribué à la structuration d’un écosystème. Outre l’ouverture du portail de référence de l’Open Data en France, Data.gouv.fr, Etalab a encouragé la création de projets et d’une communauté en France via les coucours Dataconnexions.

Henri Verdier aura également ce rôle d’animateur auprès des administrations françaises. Selon le décret publié cette semaine au Journal Officiel, cet administrateur général des données,  placé sous l'autorité du Premier ministre et rattaché au secrétaire général pour la modernisation de l'action publique, devra coordonner « l'action des administrations en matière d'inventaire, de gouvernance, de production, de circulation et d'exploitation des données par les administrations ». Il devra également organiser «  dans le respect de la protection des données personnelles et des secrets protégés par la loi, la meilleure exploitation de ces données et leur plus large circulation, notamment aux fins d'évaluation des politiques publiques, d'amélioration et de transparence de l'action publique et de stimulation de la recherche et de l'innovation », précise encore le décret. Une mission d’accompagnement des administrations dans l’ouverture de leurs données, mais également de création de cas d’usage et de services, donc. Dans cette même idée, il devra proposer au Premier Ministre des « stratégies d’exploitation des données produites » ou encore « élaborer des outils, des référentiels et des méthodologies permettant une meilleure exploitation des données ».

Point important dans ces prérogatives, ce CDO pourra également être saisi  « par toute personne de toute question portant sur la circulation des données ». Enfin tous les ans, il devra remettre un rapport au Premier Ministre « sur l'inventaire, la gouvernance, la production, la circulation, l'exploitation des données par les administrations ». Outre un état des lieux des données publiées, ce rapport abordera la notion de la qualité des données disponibles, un élément souvent pointé du doigt.

Henri Verdier conserve en parallèle la direction d’Etalab.

Pour approfondir sur Secteur public

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close