Google ajoute la migration de VM à chaud à Compute Engine

Afin de minimiser l’impact très handicapant des phases de maintenance sur son service d'IaaS, Google a enrichi son offre de possibilités de migration de VM à chaud d’une zone à l’autre.

La semaine dernière, alors que se tenait la grande conférence d’AWS, Re:Invent, le buzz est venu d’un de ses grands concurrents. Google a annoncé doter son Google Compute Engine (GCE) de possibilités de migration de machines virtuelles (VM) à chaud, celles s’exécutant sur son infrastructure IaaS, afin de minimiser les efforts de clients lors des opérations de maintenance du service, qui prennent deux semaines et impliquent la mise hors ligne d’un datacenter.

Les zones us-central1-a et us-central1-b ne seront pas placées en mode off line lors des opérations de maintenance planifiées, a indiqué Google dans un billet publié sur un Google Groups, daté du 14 novembre. Google poursuivra bien ses opérations de maintenance, mais désormais, les VMs impactées seront déplacées automatiquement et la zone restera fonctionnelle pendant toute la procédure de maintenance, assure Google.

De son côté, AWS a pour politique de limiter les opérations de maintenance, mais lorsque cela est nécessaire, éteint et redémarre les instances utilisées par les clients d’EC2 pour justement effectuer la maintenance. Selon les recommandations d’AWS, les clients doivent s’efforcer de développer leurs applications qui s’exécutent dans plusieurs zones de disponibilité et plusieurs régions afin de rester opérationnels pendant ces procédures.

Toutefois, en agissant ainsi, les clients sont confrontés à des coûts plus élevés dû à un accroissement du nombre d'instances. « C’est vraiment quelque chose que devrait faire Amazon », confirme Adrian Cockcroft, architecte cloud pour Netflix, tout en pensant qu’AWS ajoutera cette fonction dans le futur. D’ici là, le potentiel de Google dans le marché de l'Iaas est réel, affirment des spécialistes. « La seule entreprise qui peut tailler des croupières est Google, s’il décide de vraiment entrer dans la partie du Iaas », soutient de son coté Bryson Koehler, CIO et executive vice président de la société The Weather Company.

Bien que Google Compute Engine soit le premier service cloud non VMware à ajouter la migration à chaud, ce service reste encore à l’état de bêta. Les analystes pensent également que cette possibilité est nécessaire pour compenser les longues périodes de maintenance de GCE. « Même les start-up, pure players du cloud, ne sont pas capables de proposer cela aussi facilement », écrit l’analyste Lydia Leong du cabinet d’analyste Gartner. « Cette position rigide qui consiste à mettre offline les zones lors des opérations de maintenance limitait les opportunités commerciales de GCE. »

Certaines entreprises sont plus à l’aise à maîtriser le flux des opérations de maintenance, « mais cela nous force à revoir notre façon de penser », affirme Larry Phenow, directeur des opérations techniques pour la société Capstone Publishers. Il cite l’exemple d’un serveur dont l’extinction était programmée il y a six mois mais qui ne s'éxecutait pas dans la bonne taille d’instance. « Nous avons repensé et construit notre stratégie sur une base hebdomadaire », ajoute-t-il alors.

Traduit de l’anglais par la rédaction

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

En soumettant ces informations à LeMagIT.fr, vous acceptez de recevoir des emails de TechTarget et ses partenaires. Si vous résidez hors des Etats-Unis, vous consentez à ce que vos données personnelles soient transférées et traitées aux Etats-Unis. Politique de confidentialité

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close