SAP HANA , au cœur d’une nouvelle méthode de détection précoce de cancers

L’éditeur a fourni une appliance aux chercheurs et veut montrer le potentiel de sa technologie in-memory dans le médical, un secteur économique amené à croître.

Clin d’œil de l’Histoire, c'est à Londres, dans une ancienne maternité pour nécessiteux reconvertie en Club privé par un des co-créateurs de Microsoft, que SAP a décidé de faire un point sur la manière dont ses outils – en premier lieu le in-memory – peuvent être utilisés dans le monde de la santé et des hôpitaux.

Fer de lance de sa stratégie dans le médical, l'Hôpital de la Charité à Berlin avait déjà été évoqué par l’éditeur. L’hôpital universitaire utilise en effet des technologies SAP – dont HANA depuis trois ans – notamment dans la mobilité et pour la dématérialisation des documents médicaux.

Dans ce « cas client » précis, les retombées sont opérationnelles. Les docteurs peuvent par exemple avoir toutes les informations médicales, actualisées en temps réel et journalisées (différents diagnostics, prescriptions, réactions aux traitements, etc.) sur une tablette pendant leurs rondes. « C’est une vision 360° beaucoup plus riche que ce que l’on peut trouver sur un dossier papier au pied du lit d’un patient, souligne James Fisher, Chief Innovation Officer chez SAP, cela évite aussi de faire des allers et retours sur un poste de travail fixe, ce qui représente une perte de temps pour des médecins qui en ont de moins en moins ».

Mais HANA a également servi à un projet d’une toute autre nature, loin de l’opérationnel, des problématiques financière ou de baisses de coûts : la recherche contre le cancer.

Des protéines annonciatrices et des camions de Lego

Proche du Charité-Universitätsmedizin, le Docteur Tim Conrad travaille à la Freie Universität de Berlin, une des universités les plus réputées selon différents classements internationaux. Docteur en mathématiques, il y exerce en tant que chercheur-spécialiste du « Computational Proteomics ». En clair : en tant qu’expert du calcul assisté par ordinateur appliqué à l’étude des protéines (protéomique). Un domaine où HANA va vite l’intéresser.

Le point de départ du travail de recherche de Tim Conrad repose sur une idée simple. Certains types de cancer (poumon, prostate, larynx, prostates, etc.) se manifestent de manière très précoce en produisant des protéines caractéristiques. Repérer ces protéines chez un patient reviendrait à diagnostiquer très en amont la maladie et à augmenter drastiquement les chances de guérisons.

Problème : identifier ces protéines annonciatrices pour les cataloguer revenait à chercher une aiguille dans une botte de foin. Tim Conrad compare ses recherches à un jeu des 7 différences que l’on pourrait faire avec deux semi-remorques remplies de Lego. Les briques de Lego étant les protéines. Les camions, des prélèvements. Et les différences, un peu plus de sept.

HANA a divisé par 24 les temps de calculs pour identifier les protéines

Le but du jeu était de repérer les différences de composition entre le premier chargement/échantillon (prélevé sur un patient bien portant) et le deuxième (prélevé sur un patient malade) pour isoler et lister les protéines en question. Une tâche titanesque quand on ajoute à la masse de protéines/Lego à analyser, le fait que les deux chargements sont dans un fouillis total, sans aucune forme de classement, et que - pour corser le tout - ils sont plongés dans le brouillard (le bruit de l’image provoqué par les outils d’observation).

Si le projet de recherche a été lancé il y a maintenant six ans, c‘est – d’après son initiateur - en passant à HANA qu’il a vraiment pu décoller et aboutir aux premiers résultats concrets.

« Avec HANA, mes algorithmes peuvent traiter une quantité de données énorme de protéines. Ou traiter la même quantité d’informations contenues dans mes échantillons précédents mais beaucoup plus rapidement, explique le Docteur. Pour donner un ordre d’idée, ce que je traitais en deux heures, je le traite avec HANA en 5 minutes. » Soit un potentiel de tests 24 fois plus élevé et une accélération énorme pour ses travaux.

Pour ses recherches, Tim Conrad et son équipe ont pu accéder gratuitement à une appliance HANA d’une capacité de 2 To. « Ce n’était pas la plus grosse, il y en a des encore plus puissantes à Walldorf (NDR : siège et berceau de SAP) mais cela nous suffisait amplement », précise le chercheur.

Médecine, santé, hôpitaux, recherche : un secteur économique d’avenir, pour l’IT aussi

Résultat, à peine deux ans plus tard, les tests cliniques sont effectifs à la Charité. Entrer dans un cabinet médical, faire une simple prise de sang et ressortir avec le traitement approprié qui peut vous sauver ne serait donc plus de la science-fiction. « Non, ce n’est pas de la fiction ! On le fait déjà à Berlin. » Et bientôt ailleurs ? «  J’espère qu’un jour ce sera possible partout. Je l’espère vraiment. Si cela n’arrive pas je serai sincèrement, très, très déçu. »

Bien que n’ayant pas chiffré avec précision les retombées, Tim Conrad nous explique que cette nouvelle méthode de détection pourrait sauver « 80% des personnes qui sont aujourd’hui diagnostiquées trop tardivement parce que l’on n’avait pas les outils pour le faire à une phase suffisamment précoce ».

Pour SAP, cette recherche est une occasion en or de promouvoir le potentiel de sa technologie in-memory HANA dans le domaine médical. Une occasion stratégique aussi. Car pour les analystes, ce secteur va se développer avec le vieillissement de la population et la croissance démographique mondiale. Conséquence directe pour SAP, cette « ligne de business » est un relais de croissance que l’éditeur veut voir devenir de plus en plus importante dans son chiffre d’affaires global. Que ce soit via des clients intéressés par des gains opérationnels ou financiers (hôpitaux, assurances, etc.) ou via la recherche fondamentale. Comme celle, pleine d’espoirs et très applaudie, de Tim Conrad.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close