EMC ajoute le support d'HDFS à VIPR et met à jour sa suite SRM

Comme promis à EMC World, EMC vient d'ajouter à sa plate-forme de virtualisation de stockage VIPR le support du file-system Hadoop. Il a aussi lancé la v3 de ses outils de SRM.

EMC a annoncé hier l’arrivée de la version 1.1 de son contrôleur de virtualisation VIPR incluant le support du file system Hadoop, HDFS (Hadoop Distributed File System).

VIPR est le fer de lance de l’offensive d’EMC sur le segment du Software Defined Storage. Le logiciel, qui se présente sous la forme d’une série de machines virtuelles VMware distribuées, permet de virtualiser les capacités des baies de stockage SAN et NAS d’EMC, mais aussi celles de baies tierces comme les baies NetApp. Il embarque aussi une série de services de données originaux, dont notamment des services de stockage en mode objet, qui permettent de transformer tout stockage NAS en un stockage objet compatible avec les API Atmos ou S3.

Promis lors du lancement de la technologie à EMC World, en mai 2013, le support d’HDFS permet à une entreprise d’utiliser un espace de stockage géré par le contrôleur VIPR pour fournir un stockage HDFS consommable par un cluster de calcul Hadoop. L’un des points intéressants est qu’un même volume peut à la fois être accédé via le protocole de stockage objet de VIPR et via HDFS ; ce qui permet d’envisager des opérations analytiques sur des contenus déjà stockés sans avoir à charger les données sur un autre volume. Comme l’explique Amitabh Srivastava, le président de la division logiciels avancés d’EMC, « VIPR ajoute une abstraction HDFS au-dessus du stockage existant et permet ainsi au moteur analytique de faire son office. Bien sûr, les performances ne sont pas aussi bonnes qu’un environnement Hadoop dédié, mais elles sont largement suffisantes pour ceux qui veulent faire de l’analytique sur des données sans les déplacer ».

Une autre fonctionnalité qui ne faisait pas partie des capacités annoncées à l’origine est le support de la réplication SRDF (Symmetrix Remote Data Facility) des baies Symmetrix VMAX, qui permet à un contrôleur VIPR de délivrer des environnements de stockage critiques protégés par la réplication SRDF. Enfin, EMC a annoncé la disponibilité d’une version gratuite de VIPR, téléchargeable par les clients pour des tests, POC et autres prototypes. Le logiciel est une version complète de VIPR dont la licence limite l’usage aux utilisations hors production.

Il est à noter que VIPR devrait encore évoluer dans les mois à venir. EMC ne fait pas mystère du fait qu’il travaille d’arrache pied à la maturation de la couche de stockage distribuée ScaleIO, rachetée en juin dernier. ScaleIO pourrait servir de pilier à une évolution radicale de VIPR, permettant à la technologie non seulement de virtualiser des baies tierces, mais aussi de proposer sa propre couche de stockage distribué en mode bloc, au-dessus de laquelle viendraient se greffer l’ensemble des services déjà proposés par VIPR (stockage en mode objet, support de HDFS, plug-in Cinder pour OpenStack…)

SRM suite 3.0 unifie les outils de gestion du stockage d’EMC

Séparément, EMC a aussi annoncé l’arrivée de sa suite de gestion du stockage SRM 3.0 (Storage Resource Management version 3). SRM 3.0 achève de faire converger les différents outils SRM de la firme (ProSphere, Storage Configuration Advisor et Watch4Net) en un seul logiciel avec une architecture web unique (celle de Watch4Net) et une interface graphique unifiée. 

Au passage, EMC indique avoir optimisé le logiciel pour réduire ses exigences matérielles. SRM 3.0 permet à un administrateur de disposer d’une vue synthétique sur ses ressources de stockage et de disposer de rapports avancés sur la configuration de ses équipements, leurs performances, ainsi que sur les niveaux d’utilisation et de consommation des différentes ressources. 

Afin de compléter le périmètre fonctionnel de l’outil, EMC a aussi ajouté une passerelle d’intégration avec l’outil d’administration de la sauvegarde EMC Data Protection Advisor – qui permet ainsi d’avoir un reporting sur l’état de la protection des différentes ressources de stockage, sur l’état des snapshot et des opérations de réplications et sur le respect des SLA en matière de protection de données. Enfin, le constructeur a ajouté une interface d’intégration avec l’outil d’analyse de la performance et des configurations de SAN Virtual Wisdom de Virtual Instruments

 

 

 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close