Cet article fait partie de notre guide: Dossier Stockage : La révolution Flash

Kaminario ajoute la déduplication à ses baies 100% Flash K2

Kaminario, l'un des pionniers du stockage 100% Flash a dévoilé cette semaine la cinquième génération de ses baies K2 et intégré le support de la déduplication inline.

Kaminario, l’un des pionniers du stockage Flash et le premier constructeur à avoir produit une vraie architecture en mode scale-out 100% Flash, a dévoilé cette semaine la cinquième génération de ses baies de stockage SAN iSCSI et Fibre Channel K2. Basées historiquement sur des châssis de serveurs lames Dell, les baies K2 ont beaucoup évolué au cours des dernières années et s’appuient désormais sur des nœuds contrôleurs x86 au format rack 19 pouces, preuve de l’adaptabilité de l’architecture de la baie et de son OS, baptisé SPEAR.

Les baies K2 sont organisées en blocs (baptisés K-Block), chacun composé de deux contrôleurs redondants en mode actif/actif et de tiroirs de disques – il s’agit en fait de serveurs Supermicro embarquant deux lames serveurs x86 de 1U de haut chacune. Chaque bloc est une baie autonome qui peut évoluer en mode scale-up par ajoute de tiroirs de disques SSD. Il est aussi possible d’assembler plusieurs blocs au sein d’un cluster relié par des interfaces Infiniband pour assembler une baie de stockage Flash en mode scale-out, dont les performances augmentent linéairement avec le nombre de blocs utilisés (chaque bloc ajoute environ 250 000 IOPS en matière de capacités d’entrées/sorties, ainsi que 3,2 Go de bande passante utile). À ce jour le nombre maximal de blocs dans un cluster est de huit (même si le site du constructeur n’affiche pour l’instant qu’une limite à 4 Blocs).

Architecture d'une baie Kaminario K2 en mode scale-out

Architecture d'une baie Kaminario K2 en mode scale-out

Les tiroirs de disques sont quant à eux constitués de disques SSD SanDisk à base de mémoire Flash MLC et Kaminario garantit une endurance de 7 ans pour ses SSD. Chaque bloc peut être connecté à un ou deux tiroirs de disques chacun capable d’accueillir un maximum de 24 SSD au format 2,5 pouces. La capacité utile par bloc (après RAID et déduplication) va de 7 To à 180 To, soit une capacité maximale allant de 28 To à 720 To pour un cluster de 4 blocs.

La déduplication de données inline désormais intégrée en standard

Comme Pure Storage, Kaminario s’appuie sur une architecture à base de blocs variables ce qui lui permet d’optimiser la gestion des entrées/sorties (mais aussi le volume des métadonnées), là où les baies Flash travaillant sur des blocs fixes de 4K génèrent en back end plusieurs opérations d’I/O lorsque les entrées sorties ont une taille supérieure à 4K (Kaminario note que sur sa base installée, la taille moyenne d’un bloc est de 42Ko). L’une des principales nouveautés apportée par cette cinquième génération de baies est l’intégration d’un mécanisme avancé de réduction de données en mode inline. Chacun de ses blocs ingérés par la baie passe désormais au travers d’un mécanisme de réduction de données inline (compression LZ4 et déduplication) afin non seulement de réduire le nombre d’I/O atteignant le back-end de stockage, mais aussi afin d’optimiser la capacité de la baie. Selon Kaminario, la déduplication est globale lorsque plusieurs Blocs K2 opèrent en mode cluster. Il est à noter que les clients ont la possibilité de désactiver la déduplication volume par volume pour des applications pour lesquelles la technologie n’offre que de faibles perspectives de réduction de données, ce qui permet, entre autres, de limiter la charge CPU de la baie.

Interface d'administration d'une baie Kaminario K2

Interface d'administration d'une baie Kaminario K2

Côté sécurité, les baies K2 implémentent un algorithme à base d’erasure coding qui fournit un niveau de protection supérieur au Raid6 et qui ne consomme que 12,5 % de la capacité des baies. Cet algorithme protège contre la panne simultanée de 3 SSD par tiroir de disque (et d’un SSD additionnel pendant la reconstruction de données), le tout en garantissant que les opérations de reconstruction des pools RAID se font sans impact sur la performance de la baie. Les baies K2 proposent également un mécanisme de snapshot efficace (la taille du snapshot est strictement égale à celle des deltas de données dédupliquées) et intégré avec les API de VMware, Oracle et Microsoft. Ces snapshots sont utilisés comme support à la technologie de réplication asynchrone intégrée aux baies de Kaminario.
 
Notons, pour terminer, que Kaminario propose également un plug-in d’administration pour la console vCenter de VMware et un plug-in Cinder pour OpenStack. Si le constructeur ne communique pas de prix pour ces baies, il indique comme Pure Storage un coût au Go utile (après mécanisme RAID et déduplication). Selon Kaminario, l’efficacité de son processus de déduplication permet d’obtenir un coût moyen de 2 $ par Go contre 3 à 4$ pour Pure Storage. Mais comme d’habitude, ces chiffres sont à prendre avec des pincettes puisqu’ils dépendent largement de l’efficacité de la déduplication sur les types de données écrits par les applications sur la baie…

 

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close