Thales se propose d’acquérir les activités sécurité d’Alcatel-Lucent

Les deux groupes viennent d’engager des négociations exclusives aux termes desquelles Thales pourrait reprendre les activités services de cybersécurité et sécurité des communications de l’équipementier.

Thales et Alcatel-Lucent viennent d’indiquer, dans un communiqué de presse, leur entrée en négociations exclusives visant à permettre au premier de racheter les activités services de cybersécurité et de sécurité des communications du second. En contrepartie, Thales pourrait fournir ses services et donner accès à son offre de cybersécurité à l’équipementier pour lui permettre de servir ses clients. Et Alcatel-Lucent poursuivrait le développement de « fonctionnalités de sécurité avancées dans son portefeuille de produits stratégiques ». Les deux groupes présentent donc l’opération son l’angle d’un partenariat stratégique. De fait, l’équipementier recentrerait ainsi ses efforts en matière de cybersécurité sur les « solutions de bout en bout hautement sécurisées », « dans le cadre de son plan de transformation Shift ».

C’est en juin dernier qu’Alcatel-Lucent a annoncé son plan « Shift ». Avec lui, l’équipementier entend faire progresser de plus de 15 % sur trois ans les revenus de ses activités liées aux coeurs de réseaux, tout en augmentant considérablement sa marge opérationnelle sur ce segment. Alcatel-Lucent prévoit en outre de concentrer ses investissements sur la 4G LTE, les liens DSL et FTTx. Le partenariat avec Thales doit ainsi lui permettre de concentrer ses efforts en matière de cybersécurité sur ses produits de télécommunication. Lors de l’annonce du plan Shift, le groupe avait par ailleurs annoncé son ambition de restructurer sa date et « d’adopter une approche entrepreneuriale de l’utilisation de sa propriété intellectuelle afin de développer une solide source de revenus de sa bibliothèque de plus de 30 000 brevets et 16 000 demandes en cours ».

De son côté, Thales indique « se renforcer dans la cybersécurité et consolider sa place de leader européen dans un secteur stratégique ». Et de souligner que « cet investissement répond à l’ambition de Thales de croître dans les secteurs porteurs de la sécurité afin de proposer des solutions qui garantissent l’intégrité et la résilience des systèmes d’information » de ses clients.

Mais si c’est en 2011 que Thales a créé une division Communications et Sécurité, ce partenariat s’inscrit dans une tendance plus large à la structuration de l’offre française, sinon européenne, de cybersécurité. Début 2013, Cassidian (groupe EADS) a ainsi racheté Arkoon Network Security, quelques mois après l’acquisition de Netasq. Une façon de se positionner comme géant européen de la cybersécurité. Les PME de la sécurité ne sont pas en reste. Début octobre 2013, douze d’entre elles se sont regroupées au sein d’un club de la sécurité made in France, Hexatrust. L’un de ses membres, DenyAll, vient de racheter BeeWare, un autre spécialiste du pare-feu applicatif, dans une opération de « consolidation » revendiquée.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close