NetApp dope les performances de ses baies Flash de la série E

Avec sa nouvelle baie EF560, NetApp annonce des performances en hausse de près de 60%. Un benchmark SPC-1 met aussi en avant les avantages de cette baie par rapport aux baies FAS du constructeur.

NetApp vient de rafraîchir son offre de baies 100% Flash de la série E (héritée du rachat d’Engenio) en dévoilant la baie de stockage EF560, qui selon la firme offre des performances environ 60% supérieures à celles de son prédécesseur, l’EF550.

245 000 IOPS au benchmark SPC-1

La baie EF560 de NetAppLa baie EF560 de NetApp

Selon la firme, l’EF560 affiche un niveau d’IOPS soutenu de 650 000 IOPS, contre 400 000 pour l’EF 550 et un score d’un peu plus de 245 000 IOPS au benchmark SPC-1. Ce score au benchmark SPC-1 est tout juste inférieur à celui d’un cluster de six baies FAS6240. Il est aussi à mettre en parallèle du score de 86 000 IOPS obtenu par un cluster de deux baies FAS 8040. Le plus intéressant est que la configuration EF560 testée au benchmark SPC-1 coûtait environ 133 000 $ pour 10 To de capacité brute (et 5 TO de capacité utile en miroir) contre près de 500 000 $ pour la configuration à base de 2 nœuds FAS 8040 avec 80 To de capacité brute.

Surtout la latence de la baie EF560 est restée largement inférieure à la barre de la milliseconde dans la quasi-totalité des scénarios alors que le cluster FAS a affiché des latences allant d’une demi-milliseconde à 10 ms selon les scénarios. Des résultats qui disqualifient les baies FAS 100%Flash dans la plupart des scénarios et mettent aussi en lumière les atouts des baies de la série E pour un usage SAN face aux baies FAS de NetApp (dont l’usage SAN n’a jamais vraiment été le point fort).

Une architecture tirant parti des dernières interfaces et technologies

Le niveau de performances atteint par la baie EF560 est le produit de plusieurs améliorations combinées portant à la fois sur le matériel et le logiciel. Côté matériel, on note en particulier la mise en œuvre des dernières générations de puces Xeon E5, le remplacement du bus interne SAS 8Gbit par des interfaces SAS à 16 Gbit/s et l’accroissement du débit des interfaces externes avec par exemple le support de l’InfiniBand FDR à 56 Gbit/s (contre les 40 Gbit/s de l’InfiniBand QDR utilisé précédemment). Côté logiciel, NetApp a optimisé son OS pour tirer parti des capacités multicœur des derniers Xeon, répliquant en cela les optimisations déjà apportées à son autre système d’exploitation, OnTap.

Notons pour terminer que la baie EF560 supporte jusqu’à 120 SSD de 1,6 To (24 dans le châssis 2U d’origine et 96 supplémentaires dans les tiroirs d’extension 2U de 24 disques proposés par le constructeur), ce qui permet d’offrir une capacité brute maximale de 192 To contre 96 To pour la génération EF550.

Un niveau de performance de nature à menacer les baies FlashRay du constructeur ?

Cette capacité, ce niveau de performances et un positionnement tarifaire relativement agressif font de la baie EF560 une alternative intéressante à d’autres offres du marché. Pour les besoins plus sophistiqués, NetApp propose aussi sa baie de stockage 100% Flash en mode scale-out, la baie FlashRay, mais on se dit qu’une entreprise créative qui utiliserait un outil de virtualisation comme DataCore SanSymphony en frontal de plusieurs baies EF560 connectées via Infiniband pourrait bâtir une alternative plus que compétitive aux baies scale-out du marché comme XtremIO, FlashRay ou même SolidFire. Avis aux amateurs…

 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close