Jr Casas - Fotolia

La semaine vue par LeMagIT (26 janvier)

SAP - Rémunération des cadres de l’IT - John Chambers - Microsoft - Saagie - AWS - Intel - Sage France - Etude de la Lloyds sur l’assurance du risque Cloud - Recast.AI

Chaque semaine, LeMagIT résume et synthétise les actualités qui ont animé l'écosystème du monde IT B2B.

En Une cette semaine

Google, Facebook et surtout SAP ont promis d’investir en France après un dîner organisé à Versailles par le Président Emmanuel Macron. Le but de l’événement était de promouvoir les atouts économiques du pays. Plus d’une centaine de chef d’entreprises internationales y ont été conviés. Dans l’IT, Google a fait savoir qu’il ouvrira un centre de R&D sur l’AI en Bretagne. Facebook renforcera son centre de recherche parisien sur le même sujet. Mais c’est l’Allemand SAP qui a fait la plus grosse annonce. Son PDG américain, Bill McDermott, promet 150 millions d'euros d’investissements par an sur 5 ans dans la R&D de l’éditeur en France ainsi que la création d’un fonds - son deuxième en Europe - qui soutiendra le développement de plusieurs dizaines de start-ups locales « en rapport avec le Machine Learning, l’IoT, le Cloud et la Blockchain ». En tout, SAP devrait consacrer 2 milliards d’euros à l’écosystème IT français.

Les rémunérations des cadres dans l’IT progressent fortement en 2017 (+7%) et vont continuer à progresser en 2018. La mobilité et le volume d'offres (+8%) sont également en hausse. C'est ce qui ressort de l'étude sur les rémunérations en 2018 du cabinet Robert Walters. Les DSI ont vu leurs rémunérations moyennes progresser de 13 % ; celles des Chief Digital Officer (CDO), des spécialistes en cybersécurité et des Data Scientists de +10 %. Le rapport souligne que la pénurie de candidats dans l’IT va s'accroître et annonce « une guerre des talents »

Lundi

L’ex-PDG emblématique de Cisco John Chambers est nommé ambassadeur de la French Tech à l’international dans le cadre du sommet de Versailles. Sa fonction sera bénévole, précise le Secrétariat d'Etat au Numérique. Sa mission consistera à mettre en avant les start‐ups française les plus prometteuses via des visites à l’étranger, à convaincre les fonds d’investissements d’investir dans le pays, et à conseiller le gouvernement sur sa stratégie start‐up en collaboration avec Pascal Cagni, président de Business France.

Bot : SAP rachète la start-up française Recast.AI pour améliorer ses capacités de traitement du langage naturel. SAP a pour objectif global de simplifier les interactions et les processus métiers complexes en utilisant des technologies de bot. Recast.AI a été fondée en 2015 par des anciens de 42 (l’école de Xavier Niel) et est incubée à la Station F (l’incubateur de Xavier Niel). Elle possède des algorithmes propriétaires de compréhension du langage naturel qui devraient améliorer l’assistant numérique actuel de SAP (CoPilot). Son équipe de Data Scientists renforcera le développement du Machine Learning chez SAP.

Mardi

Microsoft France confirme le lancement de quatre datacenters dans le pays. Les trois premiers sont localisés dans la région parisienne et constituent la Région France Centre. Le quatrième est localisé à Marseille et bénéficiera d’une réplication asynchrone en cas de sinistre des trois premiers. L’ouverture officielle des services Azure basés physiquement en France aura lieu fin mars.

Le Français Saagie lève 5 millions d’euros pour son développement international. La start-up est spécialisée dans le Big Data et l’AI  « as-a-Service » avec une plateforme de bout en bout (un PaaS) qui s’appuie sur l’Open Source (Hadoop, MongoDB, etc.). Son but est de réduire le time-to-market de nouveaux services/produits  de ses clients. BNP-Paribas Cardif, la Caisse d’Epargne Normandie et Eric Boustouller, actuel PDG de SoLocal Group et ancien VP de Microsoft Europe de l’Ouest, font partie de ce nouveau tour de table. En 2016, c’est une autre figure de Microsoft, Jérome Tredan, qui avait rejoint l’entreprise avant d’en être nommé DG. Hervé Couturier, (ancien de la R&D de Business Objects, de celle de SAP puis d'Amadeus) fait également partie de son conseil stratégique. Présent à San Francisco, Saagie utilisera ces fonds pour s’implanter à New-York, dans de nouveaux pays européens et pour étoffer son offre. La SNCF, Matmut, Bouygues Construction ou encore l’industriel Vallourec font partie de ses clients.

Mercredi

19 milliards de dollars. C’est la perte d’exploitation que chiffre une étude de la Lloyd’s en cas de cyber-problème (piratage, foudroiement, attentat à la bombe, erreur humaine) qui bloquerait totalement un grand fournisseur de Cloud aux Etats-Unis pendant plusieurs jours. Une telle panne perturberait le e-commerce, les mails, les expéditions en tout genre et les paiements. L’industrie et la grande distribution seraient les deux grands secteurs les plus touchés. Dans ce scénario catastrophe, les pertes assurées plafonneraient à 3,5 Md$.

AWS rachète un spin-off de la NSA pour renforcer la sécurité de son offre Cloud. Sqrrl édite une solution dédiée à l'investigation sur les menaces. Son socle n’est autre qu’Accumulo, développé par l’agence américaine du renseignement pour ses propres besoins de gestion de vastes volumes de données De quoi renforcer l’offre d’AWS en matière de sécurité face à Azure.

Le jour même où les partenaires d’Intel étaient informés des failles Spectre et Meltdown, le PDG du fondeur vendait le maximum légal de ses actions. Le document confidentiel que s’est procuré LeMagIT montre que les OEM ont été mis dans le secret des failles le 29 novembre. On savait déjà que Brian Krzanich avait vendu massivement ses parts après en avoir été informé. On savait qu’il les avaient vendues avant leur communication publique début janvier. On sait maintenant qu’il l’a aussi fait avant toute communication vers l’extérieur. Et, ironie de l’histoire, que la vente a eu lieu simultanément aux tous premiers avertissements du fondeur.

Jeudi

Sage france est condamné à rebondir. La filiale locale a une fois encore détérioré les résultats globaux du premier trimestre 2018 de l’éditeur britannique. La direction du groupe, questionnée à plusieurs reprises par les analystes financiers internationaux sur le sujet, a fortement témoigné sa confiance au nouveau responsable France venu de chez Oracle fin 2017. Les premiers effets de sa stratégie pour améliorer la situation et migrer les clients vers le SaaS sont attendus pour le deuxième semestre. Pour le DAF de Sage, « la France a maintenant l'opportunité de mener une nouvelle vague de croissance en migrant réellement ses clients vers Sage Business Cloud ».

Vendredi

Intel, même pas mal. Malgré les failles, malgré les ralentissements provoqués par les patch, malgré les révélations sur les ventes d’actions de son PDG, le fondeur affiche de bons résultats (+3% à 34 Md$) et son cours monte. Sa division Datacenter progresse même à un taux insolent de +20% (5,6 Md$), là où la prévision était de +10%. Pour 2018, Intel prévoit un CA de 65 Md$, bien au-delà des précédentes prévisions de 63,7 Md$. Intel avertit néanmoins que Spectre et Meltdown pourraient nuire à ses résultats futurs, à ses relations avec ses clients et à la réputation de l'entreprise. Mais le plus gros risque identifié par les analystes, ce jour, est que les clients se mettent à utiliser les perturbations causées par les patch comme argument pour obtenir des rabais.

Pour approfondir sur Editeurs

- ANNONCES GOOGLE

Close