L'essentiel sur Frame, l'outil qui virtualise les applications Windows dans un simple navigateur

Microsoft en a fait le successeur d'Azure Remote App et VMware le revend via son Workspace ONE App Express. Frame entend apporter une dimension 100% à la virtualisation des applications Windows dans un simple navigateur.

« Exécuter toutes applications Windows dans un simple navigateur. » C’est avec sur cette maxime que la société californienne Frame.io a bâti une plateforme Cloud maison avec la ferme intention de dépoussiérer l’approche traditionnelle du poste de travail virtualisé (VDI – Virtual Desktop Infrastructure). Son concept : donner la possibilité aux éditeurs de logiciels, aux ISV ou aux entreprises de faire tourner toutes applications Windows (même les plus gourmandes) dans un navigateur, mais tout en bénéficiant de l’élasticité et de la souplesse d’une infrastructure Cloud.

Créée en 2012, Frame s’est appuyé sur un constat que l’on retrouve souvent dans l’histoire des pure-players du Cloud. Les cadres historiques du secteur dont les solutions tournent essentiellement sur site, peinent à passer au Cloud, en dépit d’une demande qui se fait de plus en plus forte. « Les solutions traditionnelles ont été construites pour le monde on premise, avec une prise en compte des réseaux internes et des contraintes internes » explique Carsten Puls en charge du marketing chez Frame.  Mais certainement pas Cloud.

An début, « le Cloud n’en était qu’à des débuts, les composants d’infrastructure n’étaient pas prêts, et les navigateurs ne disposaient pas des bons composants », reconnait le responsable. De plus, ajoute-t-il « aucune solution du marché ne répondait aux besoins des ISV, ils ne pouvaient en effet pas ré-écrire complètement leurs applications. Les solutions VDI sur site étaient vraiment difficiles et chères. De plus, aucune solution de VDI ne fonctionnait dans le Cloud », lance-t-il.

Après avoir pu dévoiler les capacités de sa technologie en 2013, en montrant comment il pouvait faire tourner Adobe PhotoShop dans un simple navigateur, Frame a petit à petit développé son concept de Paas multi-tenant pour le voir aboutir en 2018.

Cette plateforme a pour vocation de cacher la complexité de l’infrastructure Cloud et de la mécanique pour permettre de facilement inclure des applications à l’ensemble. Frame a développé un protocole maison, qui n’est pas bâti sur le traditionnel RDP, mais qui s’adosse au standard H.264. De plus, il est « optimisé pour les réseaux WAN ainsi que pour des usages où la bande passante est faible », constate Carsten Puls.

La plateforme exploite également les ressources des instances GPU des infrastructures AWS et Azure (le support de Google est en cours). Mais la plateforme ne se cantonne pas aux services de stockage propres aux plateformes, assure encore le responsable. Une API permet en revanche de connecter Frame à un ensemble de services tiers (stockage, réseau, sécurité, authentification, systèmes existants) et de l’intégrer dans tous les environnements. Une vingtaine de services sont aujourd’hui supportés.

Frame a aussi mis en place un usage à trois niveaux, dont la vocation est de répondre à trois rôles distincts dans l’entreprise. L’utilisateur final manipule un « launcher » qui rassemble toutes les applications dont il a besoin. Le portail d’administration dispose de deux rôles : une fonction administrateur qui permet d’ajouter simplement une application pour la rendre consommable par l’utilisation via Frame. L’interface d’administration donne accès à un sand box dans lequel un gold master est installé. L’application est distribuée sur les VM, à raison de 1 VM par utilisateur. Le dimensionnement est automatisé (up / down). Une fois l’ensemble configuré, on le publie et il apparait en production. 

Une interface super-admin permet quant à elle d’ajuster les politiques de sécurité et d’attribuer des rôles pour gérer les accès, notamment.

Un partenaire de Microsoft et VMware

Alors AWS, VMware, Microsoft et Citrix n’ont qu’à bien se tenir ? Justement, l’approche de Frame se veut au contraire beaucoup plus pragmatique. Au lieu de s’imposer comme un concurrent direct de ses mastodontes du VDI – et du Cloud -, la société a préféré s’y associer – pour l’heure avec certains d’entre eux – pour se créer un écosystème solide.

Frame a ainsi noué un partenariat très étroit avec Microsoft, qui a d’ailleurs investi dans la société. Redmond revend désormais Frame, à tel point que Azure Remote App, la solution de virtualisation d’application de Redmond, sera placée en fin de vie pour capitaliser sur la plateforme Frame. « Azure Remote App proposait la même chose. Et Microsoft avait du mal avec sa technologie car Frame avait plus de fonctions », résume encore Carsten Puls. Du coup, des optimisations technologiques ont été réalisées sur certains services Azure.

Avec VMware, le partenariat est différent. Le spécialiste de la virtualisation revend Frame en marque blanche par l’intermédiaire de Workspace ONE App Express. Quant à Citrix, le responsable marketing assure qu’il est « toujours concurrent » pour ne pas avoir noué un accord avec la société.

Dernière mise à jour de cet article : mars 2018

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close