pathdoc - stock.adobe.com

Parallels Desktop 14 souligne la maturité des hyperviseurs clients

Parallels Desktop pour Mac 14 apporte les améliorations de performances attendues. Mais plus important encore, il dispose d'une large gamme d'outils qui peuvent s'adapter à l'évolution du paysage.

Parallels vient d’annoncer la sortie de la version 14 de son hyperviseur client pour Mac. La plupart des fonctionnalités que l’éditeur met en avant cette année constituent des améliorations incrémentales. Cela signe l’arrivée à maturité de cette catégorie de logiciels. Mais le rôle des hyperviseurs clients n’a pour autant pas manqué d’évoluer.

Quelles sont les nouveautés de Parallels Desktop pour Mac 14 ?

Sans surprise, Parallels Desktop 14 supportera macOS Mojave une fois que ce dernier sera sorti de sa phase bêta. Et cela vaut aussi pour la principale nouvelle fonctionnalité de ce nouveau système client, son mode sombre.

Au-delà de cela, Parallels Desktop pour Mac 14 se concentre largement sur l’amélioration des performances. L’éditeur annonce ainsi un lancement d'applications 80 % plus rapide, assorti d’un délai de démarrage des machines virtuelles réduit de 10 %.

Mais ce n’est pas tout. En particulier, les snapshots des machines virtuelles sont maintenant plus petits d'environ 15 %. Dans son communiqué de presse, l’éditeur prend toutefois soin de noter que les utilisateurs passant à la nouvelle version ne verront pas de réduction immédiate de la taille des machines virtuelles, car les optimisations se font en arrière-plan. Parallels Desktop 14 inclut au passage une boîte de dialogue où seront suggérées des actions d'économie d'espace disque supplémentaires sur les machines virtuelles.

En outre, le logiciel prend en charge la sensibilité à la pression dans les applications via Windows Ink, via le trackpad mais également les tablettes Wacom.

L'évolution des hyperviseurs clients

Le domaine hyperviseurs clients n’est plus aussi sexy qu’il pouvait l’être il y a cinq ou dix ans. Mais la demande apparaît encore suffisamment forte pour que VMware et Parallels continuent d'investir dans leurs outils respectifs.

Historiquement, parmi les nombreux cas d'utilisation, il y avait l’arrivée d’ordinateurs portables Apple dans les entreprises. L'idée était de permettre aux services informatiques de proposer une machine virtuelle assez standard pour être ensuite libre d'ignorer tous les aspects spécifiques aux Macs. Et tant pis si cela n'a jamais été la meilleure approche : les utilisateurs choisissent les Macs pour l’expérience utilisateur apportée par le logiciel ; pas seulement pour un matériel élégant.

Heureusement, la gestion native des Macs s’est fortement développée dans les entreprises ces dernières années. L'offre propre à Parallels, sous la forme d'une extension pour Microsoft SCCM, est sortie en 2013. Le cas d'utilisation de l'hyperviseur client le plus important reste l’exécution d’applications Windows métiers – et il promet de le rester longtemps. Parallels l’a bien compris et propose ici une autre option : Parallels Remote Application Server (RAS). Le résultat est qu’entre Desktop, Mac Management for SCCM et RAS, Parallels couvre tous ces cas de figure.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close