Bits and Splits - stock.adobe.co

AWS est toujours en très bonne santé en 2018

La division cloud d’Amazon.com affiche encore de grosses performances sur la fin de son exercice 2018. AWS affiche une croissance de 47 % en un an.

Amazon Web Services (AWS) a généré plus de bénéfices pour sa société mère sur son exercice 2018, que la branche nord-américaine du site de eCommerce. C’est une des conclusions que l’on aurait pu retenir de la publication par Amazon des résultats de quatrième trimestre 2018.

Au cours des 12 derniers mois, les activités cloud d'Amazon ont confirmé être une source de profit plus importante pour le géant que son cœur historique : la vente de détail en Amérique du Nord. AWS affiche un résultat d'exploitation annuel de 7,29 milliards de dollars, tandis que ses activités de détail en Amérique du Nord ont généré un peu moins de 7,267 milliards de dollars.

Il convient toutefois de noter qu'en CA pur, AWS a généré 25,65 milliards de dollars en ventes, contre 141,3 milliards de dollars pour ses activités de détail nord-américaines.

Le bénéfice d'exploitation des activités de détail en Amérique du Nord a globalement augmenté de 156,15 % en 2018.  Jeff Bezos, fondateur et CEO d'Amazon, attribue cette progression à la demande croissante des terminaux à commande vocale Echo Dot, qui se reposent sur la technologie d'assistant personnel virtuel Alexa du groupe. « Echo Dot a été l'article le plus vendu parmi tous les produits d'Amazon dans le monde, et les clients ont acheté des millions d'appareils de la famille Echo en plus par rapport à l'année dernière », a-t-il expliqué.

D’ailleurs, « le nombre de chercheurs travaillant sur Alexa a plus que doublé au cours de l'année écoulée, et les résultats de ce travail acharné de l'équipe sont ici évidents », a-t-il ajouté.

« Grâce au Machine Learning, en 2018, nous avons amélioré de plus de 20 % la capacité d'Alexa à interpréter les demandes et à répondre aux questions. Nous avons ajouté des milliards d’informations, augmentant le niveau de connaissance d’Alexa », indique encore Jeff Bezos.

Du côté des nuages, le rythme des trimestres précédents n’ont cessé de prendre les analystes et les investisseurs par surprise, tout comme la croissance annuelle. L'entreprise a continué à croître en volume et en valeur. Les résultats du troisième trimestre en octobre 2018, avaient en effet atteint 27 milliards de dollars de CA.

Selon la loi des chiffres, la progression du chiffre d'affaires des entreprises à croissance rapide a plutôt tendance à diminuer lorsque la base de revenus augmente. Si AWS a connu un recul comparé au 78 % de croissance en 2015 à 42 % au troisième trimestre de 2017, il a rebondi à hauteur de 46-49 % au cours des trimestres récents.

Chiffre d'affaires de +47% en un an

La performance d'AWS au quatrième trimestre s'inscrit dans la continuité de cette tendance. Le chiffre d'affaires est en hausse de 45 % par rapport à l'année dernière à 7,43 milliards de dollars. Sur l’année, celui-ci atteint 25,65 milliards de dollars, soit une hausse de 47 % par rapport à 2017.

Mais ces résultats arrivent également à un moment crucial pour Amazon. D’un côté, ses pratiques commerciales font en effet l'objet d'un examen de plus en plus minutieux de la part des régulateurs européens et américains. D’un autre côté, les actionnaires du groupe souhaitent faire interdire la vente aux autorités américaines du service d'analyse d'images et de vidéos, Rekognition, de crainte qu'il ne soit utilisé pour effectuer du profilage racial, notamment.

Si l'activité cloud de l'entreprise continue de se développer - la société compte des nouveaux clients dans presque tous les marchés verticaux du marché -, elle est également mise à mal dans la grande distribution. Un secteur où la concurrence, à l’image de Microsoft et de Google, s’organise.

La proximité entre AWS et Amazon.com - qui, en plus d'être sa société mère, est aussi son plus gros client - semble susciter des inquiétudes chez certains distributeurs.

C'est d'autant plus vrai qu'Amazon.com continue de se diversifier, quitte à aller au-delà du numérique pour prendre racine dans le monde réel et ouvrir ses propres boutiques. Cela est devenu possible avec l'acquisition de la chaîne d'épiceries Whole Foods, avec l’ouverture de magasins en self-service (Amazon Go) aux États-Unis et à ses incursions dans le domaine des soins médicaux.

Pour certains détaillants, ces activités sont interprétées comme un signe qu'Amazon cherche à empiéter sur leur territoire. D’où la frilosité de le choisir comme fournisseur de cloud public.

En 2018, l'entreprise a augmenté sa base de clients dans le cloud. Le groupe a fait état de nouvelles signatures, comme Santander et Korean Air ou encore dans le secteur de l’automobile avec BMW ou Toyota.

Dans le même temps, la société a travaillé à accroître l'efficacité de son infrastructure, a révélé son directeur financier, Brian Olsavsky, lors d'une conférence téléphonique avec les analystes - transcrite par le site Seeking Alpha.

« Nous avons investi dans notre activité AWS pour soutenir l'infrastructure et son expansion mondiale. Ces investissements ont augmenté de 10 % l'an dernier, alors qu'il avait augmenté de 69 % en 2017 », a-t-il déclaré.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close