Evgen3d/stock.adobe.com

Centreon intègre la météo et l’expérience utilisateurs à la surveillance des serveurs

Le petit éditeur français aux 200.000 utilisateurs enrichit son logiciel de monitoring de l’IT avec des plug-ins vers l’APM d’Accedian et les services de cartographie en ligne.

L’éditeur français Centreon ajoute plusieurs plug-ins commerciaux à sa console de supervision des serveurs. Il est désormais possible d’intégrer au monitoring les métriques APM du partenaire Accedian, de mieux prendre en compte l’état de santé des ressources hébergées en cloud public et d’afficher l’ensemble des résultats sur une cartographie plus dynamique.

« La force de notre logiciel est véritablement dans ses 300 connecteurs qui permettent d’aller chercher des indicateurs très différents, de l’AS/400 d’IBM au Cloud AWS d’Amazon, en passant par les imprimantes et même les équipements électriques, pour fournir une vision globale la plus complète possible et aider les entreprises à mieux comprendre l’impact d’un problème technique sur leurs activités » se targue Julien Mathis, le co-fondateur et directeur technique de Centreon.

Rappelons que Centreon est né il y a 14 ans d’un projet d’étude de deux étudiants d’Epitech qui souhaitaient rendre plus ergonomique le logiciel Open Source Nagios. Gagnant rapidement en notoriété – il y aurait aujourd’hui plus de 200.000 utilisateurs de Centreon dans le monde – le logiciel s’est décliné en une version commerciale dite EMS (Enterprise Monitoring Solution) qui donne droit à l’installation de plug-ins publiés tous les six mois. A date, plus de 400 entreprises européennes seraient clientes de la version commerciale ; il y aurait des mairies, des ministères, des collèges et lycées, des PME et même des entreprises du CAC 40 comme Total, EDF ou encore Air France, selon l’éditeur.

Prendre automatiquement en compte les métriques cloud et météo

Dans le détail, les plug-ins concernant les clouds publics se connectent à présent aux API d’AWS et Azure, de sorte que l’utilisateur n’a plus besoin d’entrer à la main les adresses des ressources virtuelles qui y sont hébergées.

Ceux liés à la cartographie sont intégrés au module Centreon MAP et servent désormais à mettre des vues issues de différents services en ligne.

« Avant, nous nous contentions d’afficher l’image d’une carte géographique sur laquelle les entreprises posaient juste leurs ressources. L’intérêt était surtout de mieux voir sur quels sites des problèmes pouvaient survenir. Désormais, l’intégration avec des services tiers permet de faire le lien par exemple avec une situation météorologique particulière et le fonctionnement des objets connectés », indique le directeur technique.

Centreon EMS fonctionnant sur site, chaque utilisateur devra manuellement télécharger ces plug-ins pour les installer.

« Personne n’a besoin de déployer absolument tous les plug-ins que nous proposons, c’est pourquoi nous préférons que les utilisateurs ne téléchargent que ceux dont ils ont besoin », dit notre interviewé, en précisant qu’une version cloud du logiciel – automatiquement mise à jour – est à l’étude.

Lier l’administrateur système à l’utilisateur

Mais la plus grande avancée est celle de l’intégration des métriques issues du logiciel SkyLIGHT PVX d’Accedian, anciennement Performance Vision, lequel sert à mesurer la performance des applications (APM).

« Il devient possible de faire le lien entre une baisse de réactivité d’une application et un événement sur les serveurs ».
Julien MathisCo-fondateur, directeur technique de Centreon

« D’ordinaire, les outils d’APM renseignent les développeurs sur l’expérience utilisateurs afin qu’ils sachent où améliorer leur code. Mais le problème ne se situe pas toujours au niveau du code. Grâce à cette intégration, il devient possible de faire le lien entre une baisse de réactivité d’une application et un événement sur les serveurs qui n’était pas nécessairement marqué comme un incident », explique Julien Mathis.

Entre autres exemples, il cite la corrélation entre un ralentissement applicatif et le franchissement d’un seuil d’IOPS sur un serveur.

« Dès que SkyLight PVX émet une alerte, les informaticiens peuvent prendre tout de suite la main pour résoudre le problème. Pour la première fois, l’administrateur système est lié à l’utilisateur final. D’autant que notre logiciel est capable de prédire, selon l’activité utilisateurs, à quelle date les infrastructures en place auront atteint leurs limites. »

Accessoirement, Accedian étant un éditeur canadien, Centreon entend mettre à profit son nouveau partenariat pour partir à la conquête de l’Amérique du Nord. Des bureaux auraient même déjà été installés à Toronto.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close