iXsystems lance des NAS d’entrée de gamme plus fonctionnels

Destinés aux studios de création, aux succursales, ou à la télémétrie, ces équipements compacts et peu énergivores s’accompagnent de systèmes anti-erreurs, de reporting graphique et de plug-ins applicatifs.

Le fabricant de NAS OpenSource iXsystems lance deux nouveaux modèles dans sa gamme FreeNAS Mini, les Mini XL+ et Mini E. Conçues pour les TPE et les succursales, les machines de cette catégorie se présentent sous la forme d’une petite tour compacte, silencieuse et peu énergivore. Les nouveaux équipements succèdent aux FreeNAS Mini XL et Mini E, qui adressaient respectivement les besoins de travail en groupe et de stockage d’appoint.

Le FreeNAS MiniXL+ contient dix disques, dont huit extractibles au format 3,5 pouces qui constituent la capacité de stockage brute et deux internes au format 2,5 pouces destinés au cache. On y trouve deux ports réseau 10GbE, un processeur doté de huit cœurs et 32 Go de RAM. Le constructeur indique qu’une version dotée de 80 To de capacité, avec cache en SSD, et consommant environ 100 Watts, coûte 4299 dollars.

Pouvant grimper à plus de 100 To de capacité, cette machine se veut particulièrement adaptée aux applications qui ont besoin de performances. Sont citées l’édition de médias haute résolution en studios de production, ou l’hébergement de machines virtuelles.

Le FreeNAS Mini E propose pour sa part quatre disques 3,5 pouces extractibles, quatre ports Ethernet GbE et 8 Go de RAM. iXsystems annonce qu’une configuration dotée de 8 To coûte 999 dollars et consomme 34 Watts. Ce modèle, outre partager des documents sur le réseau local, serait conçu pour supporter la diffusion non-stop de vidéos en 1080p, par exemple sur un point de vente. iXsystems cite également le stockage de télémétrie sur un lieu de production.

Un système plus riche que sur les autres NAS d’entrée de gamme

Par rapport à des produits concurrents de gamme similaire, l’avantage des FreeNAS Mini est d’être mieux équipés contre la perte de données. Ils intègrent des mémoires ECC qui évitent la corruption des informations en cas de problème électrique, leur système de fichiers OpenZFS repose sur un dispositif de contrôle pour éviter les erreurs d’écriture et des fonctions de snapshot comme de réplication sont offertes dans l’OS FreeNAS.

Par ailleurs, un système de plug-ins permet d’exécuter directement dessus des applications, en Open source ou non, qui vont du logiciel de sauvegarde aux outils collaboratifs. Il est à noter que ces plug-ins comprennent également des fonctions de copie automatiques des données vers un espace de stockage en ligne à des fins d’archivage. Amazon S3, Microsoft Azure, Google Drive et Backblaze S2 sont supportés nativement.

L’ensemble est piloté depuis une interface Web – une nouveauté, car iXsystems, en fervent représentant de la communauté Open source privilégiait jusqu’ici la ligne de commande. Cette console, TrueCommand, a le mérite de regrouper sur une seule interface tous les équipements de marque iXsystem, dans le cas où une entreprise en aurait installé plusieurs. Outre des fonctions d’administration (créations de volumes, de partages, etc.), on y trouve des rapports graphiques détaillés, notamment en ce qui concerne les alertes. Il est à noter que TrueCommand nécessitera l’achat d’une licence supplémentaire au-delà de 50 disques.

D’ici à quelques semaines, l’actuelle version 11.2 de l’OS FreeNAS devrait évoluer en une version 11.3 offrant plus de fonctions de réplication, puis serait mise à jour avec la version 12.0. Celle-ci devrait permettre de mixer dans un même pool des disques mécaniques et SSD en répartissant automatiquement dessus les données selon leurs priorités.

FreeNAS est librement téléchargeable pour assembler un NAS similaire à ceux d’iXsystems depuis un serveur traditionnel.

Pour approfondir sur SAN et NAS

- ANNONCES GOOGLE

Close