VMware fera de Kubernetes la nouvelle pierre angulaire de vSphere

L’éditeur dévoile Project Pacific, une prochaine version de sa solution de virtualisation qui intègre les containers au même niveau que les machines virtuelles.

La prochaine version de vSphere, la suite de virtualisation des serveurs de VMware, intègrera Kubernetes, le plus célèbre des orchestrateurs de containers. « Il s’agira de la restructuration la plus importante de vSphere et de sa console vCenter depuis dix ans », a lancé Pat Gelsinger à l’occasion du salon VMWorld qui se tient actuellement à San Francisco.

Pour l’heure connue sous le nom de Project Pacific, cette prochaine version de vSphere permettra à la fois aux opérationnels de l’IT, mais aussi aux développeurs, de déployer et de gérer des containers ainsi que des machines virtuelles. Et, ce, sans bousculer leurs habitudes. Project Pacific réutilise en effet les nomenclatures de Kubernetes pour créer des containers et les outils classiques de machines virtuelles pour les administrer en production.

Ne pas laisser Kubernetes aux acteurs de l’Open source

« Selon la manière dont cette solution sera commercialisée, il se pourrait qu’elle change radicalement le visage du marché de la virtualisation. VMware couperait l’herbe sous les pieds de tous ses concurrents si, par exemple, tous les clients de vSphere obtenaient Kubernetes gratuitement, ou à un coût minimal », commente Gary Chen, un analyste d’IDC, en faisant à demi-mots référence à Red Hat.

D'après lui, VSphere reste aujourd’hui la solution de virtualisation de serveurs la plus populaire en entreprise ; elle serait d’ailleurs utilisée par quasiment tous les grands comptes. Néanmoins, Kubernetes s’impose peu à peu comme une alternative, avec la différence majeure qu’il orchestre non pas des machines virtuelles, mais des containers, à savoir des ressources plus légères.

Gary Chen observe que Kubernetes trace pour l’heure plutôt l’essentiel de son chemin parmi les acheteurs de solutions Open Source et auprès des entreprises impliquées dans le développement de leurs propres applications. Mais il imagine que l’investissement de VMware dans cette technologie changerait justement la donne. Une idée que semblent confirmer les premiers témoignages de clients vSphere : « Nous n’avons pas beaucoup de développeurs... Cependant, j’imagine que si quelqu’un peut nous aider à intégrer Kubernetes pour déployer nos applications métiers, ce serait fantastique », s’enthousiasme ainsi Joe Dutro, administrateur système dans l’enseignement, au micro de nos confrères américains de TechTarget.

Au-delà de vSphere, le nouveau catalogue Tanzu dédié aux containers

Simultanément à l’annonce de Project Pacific, VMware a dévoilé qu’une nouvelle gamme « VMware Tanzu », regroupant des logiciels SaaS et des services dédiés aux containers, allait rejoindre son catalogue.

Premier outil disponible, Tanzu Mission Control est tableau de bord qui sert à visualiser et à gérer les clusters Kubernetes d’une entreprise, qu’ils se trouvent sur ses serveurs physiques ou en cloud. Dans le détail, il affiche des indices de santé et permet aux opérateurs de définir des règles de sécurité. 

La gamme Tanzu s’inscrit dans une stratégie de prise de pouvoir sur les containers et qui a été initiée depuis plusieurs mois, avec les rachats de l’éditeur Bitnami en mai (déploiement d’applications en containers sous la forme de packages) et de l’intégrateur Heptio en fin d’année dernière (spécialiste de Kubernetes). Ajoutons à cela que VMware a récemment annoncé vouloir rapatrier dans ses murs sa société sœur Pivotal, dont la plateforme applicative PKS, concurrente d’OpenShift chez Red Hat, repose essentiellement sur le fonctionnement de Kubernetes.

« VMware s’est enfin décidé à intégrer sérieusement les containers au cœur de sa solution »
Mike MatchettFondateur Small World Big Data

« VMware s’est enfin décidé à intégrer sérieusement les containers au cœur de sa solution », se félicite Mike Matchett, fondateur du cabinet de conseil Small World Big Data. « VMware a manifestement compris que, pour tracer sa route sur le marché du cloud, il leur fallait migrer leurs fonctions traditionnellement orientées datacenter vers un modèle de services horizontaux qui fonctionnent en cloud hybride et en multicloud. »

Il fait notamment référence à des technologies précédentes, comme le projet Photon, qui visaient la compatibilité de VMware avec les containers, sans toutefois en adopter les standards, et qui n’ont pas rencontré de succès.

Project Pacific devrait être disponible d’ici à la fin de l’année sous la forme d’un projet en préversion et uniquement pour les clients de vSphere qui ont souscrit au programme de beta-testing de VMware. Pat Getsinger a par ailleurs indiqué que Kubernetes ne serait pas intégré aux versions précédentes de vSphere ; les clients devront nécessairement mettre à jour leurs systèmes pour en profiter. Rappelons que la dernière version en date de vSphere, la 6.7, ne sera plus supportée d’ici à 2021.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close