APM : LightStep mise sur la surveillance des déploiements applicatifs

LightStep affine son logiciel d'observabilité avec sa nouvelle fonctionnalité Service Health for Deployments, qui doit aider les développeurs à trouver et à résoudre les problèmes des services déployés.

Alors que des acteurs comme Elastic, Splunk, AppDynamics et Dynatrace tentent de s’imposer sur le marché de l’observabilité, LightStep poursuit à son échelle le développement de ses produits.

Suite de l'article ci-dessous

L’éditeur fondé en 2013 à San Francisco, a lancé un nouvel outil visant à aider les développeurs à accélérer et à mieux gérer leurs déploiements en trouvant des baisses de performance en temps réel.

LightStep se spécialise dans la conception d’un logiciel d’observabilité pour les développeurs qui créant des microservices et des applications basées sur des fonctions programmatiques (FaaS). L’éditeur a récemment introduit la fonction « Service Health for Deployments ». Celle-ci permettrait aux programmeurs de repérer et de résoudre des problèmes de santé des services pendant et après un déploiement. 

Les équipes peuvent voir toutes les évolutions de la latence, des taux d’erreurs et débits liés à leurs opérations. L’outil de LightStep doit également fournir des informations sur les raisons d’une régression de fonctions. Pour cela, il s’appuie sur l’analyse de traces à partir de comparaisons d’histogrammes de latences, des diagrammes qui représentent les opérations et sur un moteur de corrélation automatisé qui doit repérer rapidement les causes profondes d’un problème.

Lighstep note la qualité des déploiements applicatifs

De plus, l’outil LightStep Instrumentation Quality Score indique aux programmeurs via e-mail la qualité du déploiement de leurs services et les conseillent en cas d’amélioration à effectuer.

Après une régression, Service Health for Deployments permet de lancer une analyse des causes profondes afin d’identifier ce qui n’a pas fonctionné. Les développeurs peuvent également surveiller les déploiements de manière proactive.

Enfin, LighStep ajoute de nouveaux « auto-installers » pour ajouter automatiquement des traceurs vers les frameworks Java, .Net, Node.js, Python et Ruby.

L'observabilité va au-delà de la surveillance, car elle tente de prendre en compte les comportements imprévisibles en observant le comportement du système au fil du temps pour obtenir des informations plus approfondies, déclare Cory Watson, directeur de la technologie chez SignalFX, un éditeur concurrent de LightStep.

SignalFX et LightStep tentent de s’attaquer à un problème épineux auquel les codeurs sont confrontés aujourd’hui.

« Les développeurs surveillent lorsqu'ils savent ce qu'ils doivent surveiller, mais avec quelque chose comme l'observabilité, vous ne savez pas où se trouvent les problèmes ; et vous voulez simplement tout observer », assure Talia Moyal, responsable du marketing produit chez LightStep.

En effet, les systèmes d'observabilité cherchent à comprendre l'état interne d'un système en interrogeant les entrées, confirme James Governor, analyste chez RedMonk.

« Certaines des possibilités d'observabilité sont une réponse aux changements dans la manière de déployer des logiciels et des architectures via les microservices, tandis que d’autres sont fonction des nouvelles opportunités ouvertes par la baisse du coût du réseau, de la puissance de calcul et du stockage induite par l’hyperconvergence », écrit James Governor dans une note publiée sur un blog.

En attendant, LightStep introduit son nouvel outil dans un marché en pleine mutation. L’observabilité est synonyme de consolidation et d’attrition.

Un marché en phase de consolidation

Les acteurs de la gestion des performances des applications (APM) s’efforcent d’inclure davantage de concepts issus de l’observabilité au sein de leurs offres. À l’inverse, les éditeurs de l’observabilité ajoute des fonctionnalités APM à travers des acquisitions. Pour rappel, les outils de ce type servent généralement à suivre et à gérer manuellement les performances ainsi que la disponibilité des applications.

Selon KellyAnn Fitzpatrick, un autre analyste chez RedMonk, il y a eu de nombreuses acquisitions sur le marché de l’observabilité. Splunk a racheté SignalFX et Omnition, tandis que New Relic a acquis IOpipe.

Cependant, « LightStep se distingue comme l'un des derniers petits fournisseurs indépendants dans le domaine de l'observabilité », indique KellyAnn Fizpatrick. « A cet égard, je pense qu’ils adoptent la même approche que leur concurrent Honeycomb.io. Les deux sociétés se sont exprimées avec force sur les caractéristiques qui définissent l’observabilité. Toutes deux assurent qu’elle ne devrait pas se réduire au modèle reposant sur trois piliers : les traces, les logs et les métriques ».

Pour approfondir sur DevOps et Agilité

Close