ThoughtSpot : le précurseur de la nouvelle vague BI arrive en France

Le « nouveau Tableau Software » vient d’ouvrir un bureau à Paris après s’être imposé aux États-Unis comme le précurseur de l’analytique augmentée. L’éditeur, qui vise une introduction en bourse, est encore peu connu en Europe. Mais ses ambitions y sont grandes.

ThoughtSpot. Ce nom ne vous dit peut-être pas grand-chose, mais cela risque de changer. La société fondée en 2012 en Californie par un des anciens créateurs de Nutanix, Ajeet Singh, s’est en effet forgé une solide réputation outre-Atlantique. À tel point que cet acteur de la « Modern BI » est aujourd’hui classé par le Gartner dans les leaders de son Magic Quadrant, aux côtés de PowerBI, Qlik et Tableau – les trois moteurs de la précédente évolution de l’analytique.

Suite de l'article ci-dessous

Gartner considère même ThoughtSpot comme l’avant-gardiste de la nouvelle vague de la BI : le Dynamic Data Storytelling. L’éditeur est en effet un des tout premiers à avoir exploré les terres de l’intelligence augmentée et du Machine Learning appliquée à la BI. Et les autres ont suivi, résume le Gartner.

Après avoir conquis sa renommée aux États-Unis, ThoughtSpot lorgne aujourd’hui sur l’international. Dont la France où il a ouvert son premier bureau cette d’année.

Cet essor devrait, logiquement, aboutir à une entrée en bourse.

Dynamic Analytics

Dans un entretien avec nos confrères de SearchBusinessAnalytics (groupe TechTarget, également propriétaire du MagIT), le PDG de ThoughtSpot, Sudheesh Nair, explicite en ces termes ce qui, pour lui, fait la différence entre son produit et ses concurrents :

« Si vous demandez à des gens qui connaissent ThoughtSpot – et je sais qu’il y en a beaucoup de gens qui ne nous connaissent pas, et c’est normal –…, ils vous répondront “recherche et IA”. Il est important que nous continuions à développer cela. Ceci dit, nous ne voulons pas que la recherche soit la première chose que vous faites. Nous voulons qu’elle soit la deuxième. Et si on vous communiquait ce que vous cherchez avant même que vous ne le demandiez ? ».

ThoughtSpot sur mobile

En clair, l’éditeur « pousse » les résultats analytiques en utilisant l’IA pour comprendre en amont les desiderata des utilisateurs. « Imaginez un responsable des ventes à Boston. Il dit au système qu’il est intéressé par les ventes de sa région – et c’est tout. Maintenant, le système comprend ce que cela signifie pour ce responsable, puis il lance plusieurs modèles et il revient vers lui avec des questions qui l’intéresseront, et surtout avec des enseignements (insights) qu’il juge pertinents – le système ne lui envoie pas tout un tas de notifications qu’il ne lira jamais ».

En sens inverse, « si un “insight” n’apporte pas de valeur ajoutée, nous voulons le savoir, afin que le système puisse comprendre et ajuster ses algorithmes ».

Pour ThoughtSpot, il ne s’agit donc pas d’avoir un tableau de bord statique, mais des indicateurs dynamiques, utilisateur par utilisateur, qui sont – dans un deuxième temps – approfondis par des requêtes. Typiquement ce que le Gartner a rebaptisé « Dynamic Data Storytelling ».

Feed & Monitor

Deux fonctionnalités à venir de ThoughtSpot sont directement issues de cette philosophie : Feed et Monitor.

Monitor est la première et la plus centrale qui permet d’avoir, « avant même que vous ne le demandiez » insiste le PDG, ce qu’un utilisateur cherche, dans le format qu’il souhaite : « sur mobile, une notification, une image, peu importe ».

Feed quant à lui est inspiré de l’analyse des réseaux sociaux. « À l’heure actuelle, ces médias sociaux ne sont faits que d’opinions. Mais imaginez une expérience basée sur des faits, avec quelqu’un qui dit que le trimestre a été mauvais, et un autre qui dit qu’il a été bon. Et là, des données apparaissent. Ce n’est alors plus un simple échange d’interprétations, on peut aussi s’appuyer sur des faits », explicite Sudheesh Nair.

Ces deux fonctionnalités sont considérées comme critiques pour le développement de la société. « Nous sommes très attentifs à ce qu’elles soient disponibles cette année », assure le PDG.

Embrace pour embrasser le cloud

Un autre changement majeur est la migration des données vers le cloud. Or pour son IA infusée et la rapidité de ses analyses, ThoughtSpot misait sur le in-memory, « c’est pourquoi ThoughtSpot visait surtout les clients sur site », rappelle Sudheesh Nair.

Mais ThoughtSpot a récemment évolué avec une fonctionnalité baptisée « Embrace » – compatible avec Snowflake, Redshift (AWS), BigQuery (GCP) et Synapse (Azure).

« Avec Embrace, nous passons au cloud, mais en laissant les données où elles sont », souligne le PDG pour qui le fait de ne pas bouger les data est un point essentiel pour réduire les coûts.

IPO et un pied en France

À terme Sudheesh Nair n’en fait pas secret : ThoughtSpot devrait entrer en bourse (à moins qu’il ne se fasse racheter avant…).

« Je suis plus que jamais persuadé que nous tirerons profit d’une introduction en bourse (IPO). Nos clients sont de grosses entreprises qui sont plus enclines à dépenser de gros budgets avec un partenaire coté en bourse, grâce à la confiance qui va avec ».

Tout n’est donc qu’une question de temps. La société vient en tout cas de clôturer une année fiscale avec un chiffre d’affaires de 100 millions $. Parmi ses clients, ThoughtSpot revendique Walmart, Exxon, Verizon, Daimler, RBS ou encore British Telecom, et en France, la Société Générale, AXA ou BNP Paribas.

En attendant cet IPO, en France, ThoughtSpot vient d’ouvrir un bureau à Paris avec à sa tête des anciens de Tableau Software et de Qlik.

« ThoughtSpot a été fondé avec un objectif simple, mais ambitieux en tête : construire un monde davantage axé sur les faits. Avec l’ouverture de notre bureau parisien, nous allons pouvoir plus facilement apporter cette vision aux entreprises françaises », s’est félicité pour l’occasion Ajeet Singh, cofondateur et président exécutif de ThoughtSpot. Le responsable France, Benjamin Caller, a en tout cas déjà traduit sa devise : « Si vous savez utiliser Google, vous savez utiliser ThoughtSpot ».

Bref, pas besoin de Machine Learning ou d’analytique prédictif pour savoir que les entreprises françaises vont rapidement savoir ce qu’est ThoughtSpot.  

Avec Eric Avidon de SearchBusinessAnalytics

Pour approfondir sur Outils décisionnels et analytiques

Close