denisismagilov - Fotolia

Snowflake investit dans ThoughSpot pour sceller leur partenariat

ThoughtSpot a reçu une prise de participation de la part du spécialiste du datawarehousing cloud. Si l’opération laisse planer le doute sur un éventuel rachat, elle valide surtout l’orientation cloud du spécialiste de la BI.

ThoughtSpot a bénéficié d’une prise de participation de 20 millions de dollars de la part de Snowflake, renforçant ainsi l’alliance étroite existant entre les deux fournisseurs et laissant entrevoir la possibilité que le spécialiste du datawarehousing et de services de gestion de données dans le cloud acquière l’éditeur d’une plateforme analytique.

Suite de l'article ci-dessous

La contribution, révélée le 9 mars, a été effectuée par Snowflake Ventures, la branche de capital-risque de l’entreprise fondée par deux Français.

Les éditeurs, nés en 2012 et basés en Californie (Thoughspot à Sunnyvale et Snowflake à San Mateo), ont conclu un premier partenariat en 2019.

Cet accord permettait à leurs clients communs d’exécuter leurs workloads analytiques directement dans l’entrepôt de données en cloud de Snowflake sans avoir à extraire les données et à les charger dans ThoughtSpot pour les analyser. Snowflake a par la suite intégré la plateforme de ThoughtSpot à son programme Partner Connect, octroyant la possibilité aux clients de Snowflake d’essayer ThoughtSpot pour voir si la solution BI leur convient.

En juin 2020, ThoughtSpot a été nommé partenaire technologique de l’année de Snowflake – parmi les nombreux autres acteurs figurant dans son écosystème – pour l’innovation et a obtenu le statut de partenaire d’élite. Et en décembre 2020, le PDG de Snowflake, Frank Slootman, a été l’invité vedette du discours d’ouverture de Beyond.2020, la conférence virtuelle des utilisateurs de ThoughtSpot.

Reste toutefois à savoir si l’achat d’une petite partie de ThoughtSpot, qui a précédemment levé 543,7 millions de dollars en sept tours de financement et qui était valorisé à 1,95 milliard de dollars au moment de son tour de table de série E en août 2019, est le signe d’une future acquisition.

Ni Snowflake ni ThoughtSpot n’ont démenti cette possibilité.
Un porte-parole de Snowflake a répondu : « Pas de commentaire ».

Le PDG de ThoughSpot garde ses chakras ouverts

Sudheesh Nair, PDG de ThoughtSpot, a quant à lui déclaré que ThoughtSpot et Snowflake feront tout ce qui est le mieux pour leurs clients.

« C’est la question “sortez-vous avec pour vous marier” », commente Sudheesh Nair. « Frank Slootman et Mike Scarpelli, leur directeur financier, sont toujours concentrés sur ce qui est bon pour leurs clients, et ils font ce qui est bon pour leur entreprise. Ma réflexion est assez similaire, je cherche à savoir si [quelque chose] est bon pour nos clients. »

Pour l’instant, le PDG de ToughSpot affirme qu’il ne se projette pas dans un éventuel rachat par Snowflake.

« Je ne peux pas me permettre de penser à une acquisition », déclare-t-il. « Je m’efforce de bâtir une entreprise durable. Le produit technologique que nous avons est phénoménal, les talents que nous avons rassemblés sont sans égal, et nous avons des liquidités en banque, donc mon objectif est de continuer à me concentrer sur l’exécution et la construction de cette société pour qu’elle soit aussi grande qu’elle peut l’être. Mais cela dit, je n’enlèverai rien de la table ».

Au-delà de la prise de participation et du partenariat déjà existant, Snowflake et ThoughtSpot constituent une bonne combinaison technologique, selon Boris Evelson, analyste principal chez Forrester Research. Tout comme Google manquait de capacités BI avant d’acquérir Looker en juin 2019 pour 2,6 milliards de dollars, Snowflake manque d’une plateforme d’analytique avancée.

L’éditeur a lancé Snowsight en 2020, mais le service a des fonctionnalités limitées. ThoughtSpot, en revanche, a été construit avec des capacités d’intelligence augmentée et d’apprentissage automatique dès le départ et s’est rapidement imposé comme un concurrent des plateformes telles que Power BI, Tableau et Qlik.

En outre, après avoir initialement développé sa solution avec des clients sur site, ThoughtSpot a remanié sa plateforme au cours de l’année écoulée pour la rendre « cloud-first » avec une offre SaaS. Ce changement a non seulement permis de moderniser ses capacités pour les aligner sur l’orientation du marché, mais aussi de les moduler sur les aptitudes de Snowflake dans le cloud.

« Je ne peux jamais spéculer sur une acquisition, mais hypothétiquement, cela a du sens », estime Boris Evelson. « Une telle acquisition serait similaire, celle de Looker par Google il y a quelques années en matière de complémentarité des produits (lac de données/entrepôt de données et plateforme BI). »

Une validation de la vision plus qu’un projet d’acquisition

Si la complémentarité des deux éditeurs est évidente, Dave Menninger, directeur de recherche sur les données et l’analytique chez Ventana Research, souligne qu’une prise de participation de 20 millions de dollars n’est pas un phénomène unique et n’est pas automatiquement un signe avant-coureur de l’avenir.

« Pour Snowflake, cela permet d’étendre son écosystème et de fournir à sa clientèle une nouvelle corde analytique. »
Dave MenningerDirecteur de recherche sur les données et l’analytique, Ventana Research

« Une acquisition est toujours une possibilité, mais je ne tirerais pas de conclusions hâtives », déclare-t-il, prudemment. « Les sociétés de capital-risque adoptent une approche de consolidation de portfolio et il s’agit souvent davantage d’établir une relation plus étroite avec le partenaire que de prévoir une acquisition.

« Il n’est pas certain que Snowflake souhaite devenir un fournisseur analytique en particulier à ce stade, alors que cela pourrait mettre en péril les relations avec d’autres éditeurs. »

Au-delà d’un hypothétique signe avant-coureur de projets plus importants, la prise de participation de Snowflake dans ThoughtSpot permettra au spécialiste de la BI d’accélérer l’innovation produit, d’augmenter son retour sur investissement des migrations vers le cloud et d’approfondir sa stratégie commune de mise sur le marché avec Snowflake.

Sudheesh Nair a toutefois souligné que le financement n’est assorti d’aucune obligation et que ThoughtSpot est libre de dépenser l’argent comme bon lui semble, et qu’il ne fait qu’augmenter les réserves de liquidités de l’éditeur qui s’élèvent à environ 250 millions de dollars.

« Ce n’est pas comme si cela faisait bouger les choses d’un point de vue financier », avance-t-il.

Il s’agit néanmoins d’une preuve que « ThoughtSpot a pris la bonne décision en passant d’une solution sur site à une offre cloud », ajoute Sudheesh Nair.

« Le défi est toujours la perception, donc avoir une validation comme celle-ci de la part de l’un des plus grands acteurs de ce secteur va nous aider à accélérer cette transformation de notre appréciation », entrevoit-il.

« Pour ThoughtSpot, cela élargit son marché adressable et lui donne une certaine crédibilité dans le domaine du cloud. »
Dave MenningerDirecteur de recherche sur les données et l’analytique, Ventana Research

Dave Menninger considère lui aussi que l’investissement de Snowflake dans ThoughtSpot sonne comme une approbation du virage cloud de l’éditeur analytique.
« Snowflake est l’une des coqueluches du datawarehousing cloud en ce moment et tout le monde veut y être associé », juge-t-il. « Pour ThoughtSpot, cela élargit son marché adressable et lui donne une certaine crédibilité dans le domaine du cloud en se rapprochant de l’un des leaders. Pour Snowflake, cela permet d’étendre son écosystème et de fournir à sa clientèle une nouvelle corde analytique. »

Si Snowflake détient désormais une participation dans ThoughtSpot, celui-ci reste multicloud. En février 2021, il a formé une alliance avec Microsoft Azure, et il a des relations avec Google Cloud, AWS et Databricks.

Entre-temps, et si l’acquisition de ThoughtSpot par Snowflake ne se profile pas à l’horizon, le spécialiste de la BI continue de se positionner en vue d’une éventuelle introduction en bourse, ou d’un autre tour de financement privé substantiel en démontrant son succès au fil du temps, maintenant qu’il est devenu un éditeur SaaS. Son objectif est de transformer sa base de revenus annuels récurrents en mode SaaS, de garantir une rétention nette des revenus supérieurs à 120 % et de réaliser une croissance globale de son chiffre d’affaires de 40 à 60 %.

« Une fois ces objectifs atteints, ThoughtSpot disposera de beaucoup d’argent et d’options », conclut son PDG.

Pour approfondir sur Outils décisionnels et analytiques

Close