ty - stock.adobe.com

Ivanti met à jour sa solution de gestion unifiée des terminaux

Ivanti Unified Endpoint Manager 2020.1 a été lancé dans le courant du mois de mai, se concentrant sur les fonctionnalités liées au travail à distance. De quoi souligner l’importance de l’administration des terminaux dans le monde de l’après Covid-19.

La toute dernière mouture de la solution de gestion unifiée des terminaux (UEM) d’Ivanti, Ivanti Unified Endpoint Manager 2020.1, se concentre sur l’expérience de gestion des appareils des télétravailleurs, avec notamment l’amélioration de la prise de contrôle à distance et celle du support de BitLocker.

Suite de l'article ci-dessous

Alan Braithwaite, directeur senior en charge de la gestion des produits chez Ivanti, relève que ces fonctionnalités jouent un rôle plus important depuis la mise en place des premières mesures de confinement, mais il souligne que ses équipes y travaillaient déjà avant. Et pour l’éditeur, l’accélération soudaine du recours au télétravail à travers le monde « s’est très bien passée », Alain Braithwaite notant une demande accrue sur des choses telles que le stockage cloud pour la mise à disposition de logiciels – une fonctionnalité de la nouvelle mouture d’Ivanti UEM.

« Les équipes informatiques ont besoin d’interfaces facilitant l’administration et accélérant l’interprétation des alertes pour gérer un campus virtuel étendu de terminaux et d’appareils. »
Liz MillerVP et analyste, Constellation Research

Liz Miller, vice-présidente et analyste principale chez Constellation Research, accueille positivement cette mise à jour : « alors que de plus en plus d’entreprises gèrent une main-d’œuvre distante susceptible s’inscrire dans la durée, les équipes informatiques ont besoin d’interfaces facilitant l’administration et accélérant l’interprétation des alertes pour gérer un campus virtuel étendu de terminaux et d’appareils ».
Pour l’analyste, la solution d’Ivanti « facilite la gestion des terminaux, de leur découverte à la livraison des mises à jour du système d’exploitation et, presque aussi important à notre époque, celle des correctifs – le tout de manière discrète pour l’utilisateur final ».

Améliorer les outils d’administration

Pour Alan Braithwaite, les améliorations apportées par la mise à jour, en matière de prise de contrôle à distance, devraient affecter positivement l’expérience quotidienne des professionnels de l’informatique. Jusqu’ici, cette prise de contrôle se faisait via les serveurs de l’entreprise. Avec la nouvelle mouture d’Ivanti UEM, « elle peut se faire directement depuis le cloud ». Et elle supporte désormais les systèmes exécutant macOS.

La meilleure prise en charge de BitLocker doit quant à elle faciliter l’adoption de la fonction de chiffrement du disque complet de Windows 10.
Et parmi les nouveautés figure un moyen de récupérer les informations de connexion à distance : « que faire si votre utilisateur final perd son mot de passe ? Il est renvoyé chez lui, et garde généralement son mot de passe sur une note sous son bureau, au cas où il l’aurait oublié. C’est un véritable défi pour eux de pouvoir le récupérer, à moins que vous ne disposiez d’une technologie ad hoc. Nous pouvons saisir cette information clé, la stocker en toute sécurité et la fournir… où que soient les utilisateurs », explique Alan Braithwaite.

Le support du stockage en mode cloud pour la mise à disposition de logiciels vise à permettre aux entreprises d’utiliser Azure ou AWS pour livrer des logiciels à leurs employés, réduisant ainsi la charge sur les VPN. Et pour Alan Braithwaite, la demande pour une telle fonctionnalité est antérieure à l’explosion actuelle du travail à domicile : « déjà avant le Covid-19, nous avions de plus en plus de clients nous disant ‘nous avons un certain nombre de travailleurs à distance sur le terrain, et nous essayons de déplacer les données de nos centres de calcul vers le cloud’ ».

L’importance croissante de l’UEM

Pour Liz Miller, le Covid-19 a considérablement augmenté le volume de terminaux à administrer : « [l’épidémie] a confié aux services informatiques la tâche presque impossible de garantir productivité et disponibilité avec ces appareils, mais aussi d’assurer la visibilité, le contrôle et la conformité sur un univers inconnu ». Selon l’analyste, « la plateforme d’Ivanti s’attache à cela sans perturber le flux de travail et la productivité des utilisateurs individuels ».

« Maintenant qu’une grande partie de leur main-d’œuvre est à distance, les entreprises se rendent compte qu’elles doivent investir dans ce domaine. Il y a une opportunité sur ce marché. »
Eric KleinAnalyste indépendant

De son côté, l’analyste indépendant Eric Klein, estime que l’explosion du recours au télétravail a mis en évidence la nécessité d’outils d’administration : « le travail à distance n’était pas un besoin absolu pour les entreprises qui avaient beaucoup de leurs travailleurs sur site. Maintenant qu’une grande partie de leur main-d’œuvre est à distance, les entreprises se rendent compte qu’elles doivent investir dans ce domaine. Il y a une opportunité sur ce marché ».

Eric Klein reconnaît les apports positifs de la nouvelle mouture d’Ivanti UEM, mais il se demande s’ils seront suffisants face à des poids lourds du marché tels que Citrix et VMware : « les efforts de communication et de marketing ont commencé à porter leurs fruits pour des éditeurs comme VMware et Citrix. Je pense qu’il sera un peu plus difficile pour les autres de se faire une place sur le marché ».

Pour approfondir sur Gestion des applications et terminaux

Close