auremar - stock.adobe.com

Industrie 4.0 : SAP et Siemens joignent leurs forces autour du PLM (mais un doute subsiste)

Les analystes pensent que l'accord SAP-Siemens pourrait être une victoire pour les deux éditeurs et leurs clients industriels car leurs produits sont complémentaires, mais il reste à voir comment toutes les pièces vont s'imbriquer.

SAP et Siemens, deux poids lourds des systèmes industriels, s'associent afin d’accélérer la modernisation des processus de fabrication.

Le partenariat vise principalement à intégrer Teamcenter, la plateforme de gestion du cycle de vie des produits (PLM) de Siemens avec les systèmes SAP, notamment SAP Intelligent Asset Management et SAP Portfolio and Project Management. L’objectif est de combiner des processus PLM, de supply chain et de gestion des actifs industriels. Traditionnellement, ceux-ci dépendaient de progiciels séparés.

Suite de l'article ci-dessous

SAP et Siemens vendront leurs systèmes respectifs, mais Teamcenter servira de « base principale pour la collaboration et la gestion des données tout au long du cycle de vie des produits », selon les deux sociétés.

Une plateforme unifiée pour les processus industriels

« Ce partenariat a pour but de faire émerger une plateforme unifiée qui permettra aux fabricants de numériser les processus nécessaires afin de répondre aux exigences de l'industrie 4.0 », déclare Franz Hero, responsable digital supply chain chez SAP. Les deux partenaires assurent qu'ils veulent créer un « fil numérique » qui relie la conception, la fabrication, l'exploitation et les expéditions.

« Il s'agit de s'assurer que vous disposez de toute la logistique autour du PLM pour amener les matériaux à la chaîne de production, et les produits de la chaîne de production au client », explique Franz Hero.

La plateforme PLM TeamCenter et l’ERP de SAP sont déjà intégrés, mais cette nouvelle imbrication sera plus profonde et potentiellement plus bénéfique pour les clients, selon Tony Hemmelgarn, président et directeur général de Siemens Digital Industries Software, une unité de la division Siemens Digital Factory. 

« Ce partenariat a pour but de faire émerger une plateforme unifiée qui permettra aux fabricants de numériser les processus nécessaires afin de répondre aux exigences de l'industrie 4.0 ».
Franz HeroResponsable digital supply chain, SAP

 « Siemens Teamcenter permet la gestion des données industrielles depuis la conception jusqu'à la fabrication et l'entretien », détaille-t-il. Cependant, Siemens manquait d'outils pour des éléments tels que la gestion des actifs de l'entreprise (EAM) et du cycle de vie des services qui permettraient d’établir ce « fil numérique » de bout en bout pour la fabrication.

« Teamcenter facilite la conception initiale pour la R&D, comme la CAO et la conception 3D, mais la valeur ajoutée provient de l’intégration avec les autres systèmes de l’entreprise », estime Tony Hemmelgarn. « Quand vous avez conçu et construit quelque chose, ce n'est qu’une première étape. Il s'agit de savoir comment vous l'entretenez, comment vous apprenez du comportement du produit sur le terrain, comment vous construisez un jumeau numérique tout au long de sa durée de vie, et comment vous utilisez cette connaissance au fur et à mesure de son emploi pour mieux la réintégrer dans la conception ».

Il est maintenant « essentiel pour les entreprise de disposer de cette vision de bout en bout des processus de fabrication, car elles doivent être plus réactives aux exigences changeantes de leurs marchés respectifs », renchérit Franz Hero.

« La crise de la COVID-19 a démontré très clairement que la transformation numérique est nécessaire pour qu’une entreprise devienne agile, réactive et résiliente, en particulier en termes de supply chain », ajoute-t-il. « Le moment est bien choisi car beaucoup d'entreprises ont reçu un coup de semonce et savent qu'elles doivent passer aux étapes suivantes du processus de numérisation. Unifier les processus de fabrication peut permettre de tirer un avantage de cette situation ».

Faire progresser l’industrie 4.0

« Ce partenariat est en gestation depuis des années, déclare Bob Parker, vice-président senior de la recherche sur l'industrie, les logiciels et les services chez IDC. « Mais le moment est venu de le mettre véritablement en œuvre ».

« SAP et Siemens ont une relation typique d'acteurs de l'IT. Ils sont tous deux clients, éditeurs, concurrents et partenaires », estime l’analyste. « Mais les vrais gagnants de cet accord sont les clients. Cela représente pour eux une opportunité si ces deux fournisseurs clés travaillent ensemble pour créer un modèle de données standard dédié aux produits, du début à la fin de leur cycle de vie ».

« Ce partenariat est en gestation depuis des années, déclare, mais le moment est venu de le mettre véritablement en œuvre ».
Bob Parker Vice-président senior de la recherche sur l'industrie, les logiciels et les services, IDC

C'est d'autant plus important que les fabricants s'efforcent de moderniser les systèmes et les processus pour devenir plus flexibles et plus réactifs aux évolutions rapides du marché, selon Bob Parker.

« La cadence à laquelle les entreprises essaient de lancer de nouveaux produits est en constante accélération, ce qui créé un besoin énorme du marché industriel pour une approche unifiée et donc une urgence [chez SAP et Siemens] pour conclure cet accord ».

Un accord « gagnant-gagnant »

« L’accord semble en effet être gagnant-gagnant pour les deux éditeurs comme pour leurs clients » estime Predag Jakovlevic, analyste spécialiste de l’industrie chez Technology Evaluation Central.

Siemens Teamcenter dispose de fonctionnalités plus adaptés aux grandes entreprises ayant des processus de fabrication complexes, tandis que SAP PLM « manque de capacités comme la PDM (gestion des données produits) et l'intégration de la CAO », résume Predag Jakovlevic.

« Il pourrait être avantageux pour SAP de proposer Teamcenter à ses clients [grand comptes] et de proposer son propre PLM là où il est le plus adapté », ajoute-t-il. « Siemens bénéficie de nouveaux clients PLM, et pourrait en outre utiliser Qualtrics pour connaître leurs sentiments à cet égard, ce qui serait également bénéfique pour SAP ».

Le nouveau partenariat ne supprime pas totalement la concurrence entre ces deux acteurs, prévient l’analyste. Il remarque qu’ils continueront à se disputer les clients sur les marchés de l’IIoT, du MES (Manufacturing Execution System) et de la gestion des opérations et de la fabrication.

Le sort incertain de SAP PLM

Cependant, SAP est resté vague quant au sort réservé à SAP PLM.

Il est probable que SAP s'en remette à Siemens Teamcenter pour les grandes industries manufacturières discrètes et complexes telles que l'automobile, l'aérospatiale et les machines industrielles, tandis que SAP PLM sera utilisé pour les industries moins complexes, semble confirmer Bob Parker. Siemens, d'autre part, pourrait faire concernant un autre secteur.

« Siemens était en train d’investir dans les applications de supply chain également, donc ils s’installent de plus en plus dans le périmètre de SAP », constate l’analyste d’IDC. « Il est cependant probable que Siemens s’en remette à SAP pour la suite des développements dans ce domaine ».

« Ils [SAP et Siemens] doivent régler les chevauchements qui subsistent dans leurs gammes de produits. Par exemple, à terme, combineront-ils le réseau SAP Asset Intelligence avec MindSphere ? Ils ont donc gros travail de tri à faire ».
Bob ParkerAnalyste, IDC

Obtenir le bon modèle de données et se concentrer sur le Teamcenter de Siemens est un premier bas bénéfique, selon Bob Parker, mais le gros du travail reste à faire pour que ce partenariat soit une réussite.

« Ils [SAP et Siemens] doivent régler les chevauchements qui subsistent dans leurs gammes de produits. Par exemple, à terme, combineront-ils le réseau SAP Asset Intelligence avec MindSphere ? Ils ont donc gros travail de tri à faire », estime-t-il. « Il faut également que les deux partenaires fassent travailler leurs équipes commerciales de concert. Vous avez ici des organisations de vente très performantes, très portées sur la compétition, il sera donc intéressant de voir comment elles peuvent joindre leurs forces ».

Pour approfondir sur Industrie et distribution

Close