ronstik - stock.adobe.com

DevOps : l’avenir de Chef désormais entre les mains de Progress Software

Progress Software s’est engagé à investir massivement dans la R&D pour Chef Software, une fois son offre d’achat de 220 millions de dollars clôturée, mais les deux sociétés doivent rattraper un retard pour s’aligner sur les sujets les plus actuels de l’automatisation IT.

Progress Software trouve son origine dans le développement d’un langage de quatrième génération lancé en 1981, aujourd’hui appelé OpenEdge. La plupart des revenus de l’entreprise sont toujours liés à ses produits OpenEdge, mais elle a réalisé 24 acquisitions depuis 2001, et sept dans le domaine de l’automatisation IT et du DevOps depuis 2014.

Suite de l'article ci-dessous

Parmi celles-ci, nous pouvons citer Telerik, un framework de développement UI/UX .NET qui comprend l’outil de débogage open source Fiddler, Kinvey, un éditeur d’une plateforme de développement d’applications low-code, et Ipswitch pour la gestion des transferts de fichiers. Progress vend également les outils de surveillance de réseau WhatsUp Gold et iMacros, acquis avec Ipswitch.

Progress Software, un acteur « historique »

Cependant, la plupart des revenus de la société sont liés à OpenEdge, selon le dossier 10-K qu’elle a déposé auprès de la SEC en 2019. Le PDG de Progress, Yogesh Gupta, reconnaît que la société est perçue comme un acteur historique.

« Progress est un éditeur de logiciels vieux de 40 ans, et je ne sais pas combien il en existe sur cette planète », déclare Yogesh Gupta. Microsoft et Oracle ont à peu près le même âge, mais « les gens ne parlent que des entreprises qui ont été fondées au cours de ce siècle – il y en a peu comme nous », ajoute-t-il.

Progress Software consacre plus de 20 % de ses revenus à la recherche et au développement. La société tient la comparaison avec des entreprises plus importantes comme Oracle, qui a dépensé 15 % de ses revenus en R&D au cours de son exercice fiscal clôturé le 31 mai dernier. Selon Yogesh Gupta, Progress prévoit d’augmenter les investissements en la matière pour aider au développement des produits Chef, bien qu’il ait refusé de préciser une direction technique avant la clôture de l’acquisition, qui devrait avoir lieu dans moins d’un mois. Il a également refusé de dire si tous les employés actuels de Chef ou seulement une partie d’entre eux rejoindront Progress.

Progress a l’habitude de travailler avec les communautés open source grâce à son logiciel Fiddler, et le passage de Chef à l’open source il y a deux ans a grandement joué en sa faveur lors des discussions préparatoires à son acquisition, selon le PDG.

Maintenir l’activité ou innover ?

« Les clients de Chef recevront sûrement un support solide et continu de la part de Progress, et les opérations existantes de Chef seront maintenues dans un avenir proche », estime Charles Betz, analyste de Forrester Research. « Mais à long terme, la question est de savoir si Progress et Chef seront en mesure de susciter un nouvel attrait dans le domaine de l’automatisation IT », pondère-t-il.

« [Progress Software] est une entreprise qui génère 400 millions de dollars [397,6 millions de dollars de chiffre d’affaires l’année dernière] et ils ont payé 220 millions de dollars pour Chef », note-t-il. « La question est de savoir combien de travaux de R&D seront maintenus ».

Pour l’instant, l’accord ressemble à « un achat de titres à l’ancienne », similaire à ceux effectués par d’autres sociétés de legs comme CA, considère Charles Betz.

« Ils regroupent des petites entreprises, font de l’ingénierie financière et maintiennent l’activité, mais les grandes innovations ne sont pas à l’ordre du jour », tranche l’analyste.

Chef Software a également été confronté « au dilemme de l’innovateur » au cours des cinq dernières années. Les containers et Kubernetes ont introduit des concepts tels que l’infrastructure immuable, qui ont rendu quelque peu obsolète le positionnement de l’éditeur concernant la gestion de configuration.

La société a commencé à élargir son portefeuille en réponse à cette tendance en 2015, mais des produits plus récents comme Chef Automate et Chef Habitat ont eu du mal à s’imposer sur le marché, à l’inverse des projets open source concurrents tels que Tekton de Google et Spinnaker de Netflix. En fait, certains clients de Chef ont trouvé que l’utilisation idéale de Chef Habitat était de mettre à jour des applications existantes, mais ont déclaré que cela ne convenait pas aussi bien aux nouvelles applications natives du cloud.

En outre, Terraform de HashiCorp éclipse Chef dans le domaine de l’IaC (Infrastructure as Code), une couche située sous la gestion de la configuration. Le framework InSpec de Chef a effectivement gagné une certaine popularité au cours des dernières années, mais en grande partie auprès des clients actuels de Chef.

Il y a beaucoup d’infrastructures et d’applications existantes qui seront maintenues pour de nombreuses années à venir, considère Charles Betz, mais elles n’ont pas nécessairement besoin de beaucoup d’innovation ».

« L’histoire est en train de se jouer ici », assure l’analyste de Forrester. « Il semblerait que toute une génération de technologies intègre le legacy, dont les équipements qui ont besoin de gestion de configuration et les logiciels pour le faire », s’avance-t-il.

Pour approfondir sur Administration et supervision du Cloud

Close